Stranger Things – Saison 2

Catégorie : Séries
stranger things saison 2 netflix

Il y a des films, des jeux et bien sûr des séries dont on se sent exclus de la « hype » autour. Et c’est bien d’une série qui m’a fait ressentir cela dont je vais vous parler aujourd’hui : la saison 2 de Stranger Things. Enfin, du moins, je pensais cela avec la saison 1. Tout le monde en faisait des caisses, louait les références de science-fiction des années 80 que je ne connaissais pas, bref, en comparaison avec Sense8 sorti l’année dernière, le duel était perdu.

Alors forcément, je ne faisais pas partie de ceux attendant avec impatience une saison 2 déjà appréciée avant même sa diffusion. Et puis, de manière épidermique, j’ai plutôt l’habitude de me méfier quand un grand nombre adore quelque chose, et c’est avec cet état d’esprit que j’ai abordé le visionnage. Et pour le coup … j’ai assez vite changé d’avis.

stranger things 2

Ce que je n’appréciais pas avant, en plus des références dont je parlais en introduction, c’était une nouvelle fois le fait que la plupart des héros soient … des enfants. Ca me bloque, ça me braque, je n’arrive pas à m’y identifier et la production perd en intérêt. Pourtant ici dans cette saison 2, très vite sont arrivés différents personnages qui seront développés tout au long de la saison, avec en tête Sean Astin (le presssieux Sam dans le Seigneur des Anneaux) de grande classe.

Et si le casting rendent la série moins enfantine à mes yeux, le scénario également. Alors que dans la première saison, le tout était centré sur l’enquête du groupe d’amis sur la disparition de Will, ici on comprend dès le premier épisode qu’il s’agira de bien plus, et avec plus de moyens. Car oui le côté un peu cheap de certains effets me choquaient également, et ici on a un côté cinématographique bien plus poussé, au service d’une SF plus assumée, aux limites du fantastique par ailleurs. Et ça, j’ai kiffé !

Le pitch de base, sans spoiler davantage, est ainsi la suite presque directe de la saison 1, avec les conséquences de l’ouverture d’une « porte » entre le monde réel et le monde à l’envers (ok ok, je n’aime pas anglophoniser mes articles mais il est vrai qu' »Upside Down » serait bien mieux ici). Egalement, on découvre où est vraiment parti la jeune Onze après avoir vaincu le Demogorgon et ce que trame en secret les scientifiques toujours actifs de la zone de quarantaine.

stranger things 2 eleven

Et le résultat est saisissant : on est tout de suite pris dans un scénario qui va, tout comme pour les héros, très vite nous dépasser. L’ampleur de la menace qui gronde est telle que souvent je me suis demandé comment tout cela allait se terminer. Et pourtant, en suivant parallèlement plusieurs histoires (ce que j’ai adoré), la croisée des chemins dans les épisodes finaux donne un résultat prenant, avec des alliances improbables.

Puisque j’en parle à demi-mots, je me dois aussi d’évoquer l’humour de la série, que je trouvais un peu potache et « jeune » dans la saison 1. Ici ça fait souvent mouche et si bien sûr on ne rigole pas aux éclats car ce n’est pas le propos de la production, on sourit souvent. Et mine de rien, devant la dramaturgie du jeu d’acteurs de Winona Ryder ou encore celui de David Harbour, ça fait du bien.

Difficile d’en dire plus sans vous gâcher le propos de cette seconde saison de Stranger Things, mais croyez-le de parole d’un non-convaincu de la première, celle-ci tabasse bien. C’est certain, elle ne sera pas dans mon panthéon séries mais, malgré tout, des scènes très puissantes émotionnellement y sont diffusées et ça la rend à mes yeux, une série à voir immanquablement.

Article précédent

2 Commentaires

  • Répondre Wubri

    J’en suis à la moitié de l’épisode 2 et punaise que je trouve ça chiant. J’arrive pas à entrer dans cette série et pour l’instant je suis dans le même état que devant la saison 1: c’est moyen. (par contre je ne sais pas si tu as fait exprès mais tu as fait une faute à précieux)

    7 novembre 2017 at 12 h 54 min
    • Répondre Alexandre

      Tout dépend ta sensibilité et ton acceptation de la SF et du fantastique je pense. Perso, c’est pour ça que j’ai eu autant de mal avec la S1, car je n’apprécie pas spécialement le genre de base … mais ils ont su me captiver sur cette S2 !

      (et oui, l’orthographe était voulue :p)

      8 novembre 2017 at 11 h 24 min

    Laisser un commentaire