Peaky Blinders

Catégorie : Séries
peaky blinders

Que de temps passé sans avoir donné de nouvelles à celles et ceux qui ne me connaissent que par mes écrits, sur ce blog. Récemment, ma vie a en effet connu de nombreux chamboulements, tant personnellement que professionnellement, c’est pourquoi vous avez pu constater qu’en un peu plus de 2 mois, aucun article n’avait été posté.

Mais les choses changeront à partir d’aujourd’hui et c’est avec grand plaisir que je retrouve le chemin de l’écriture. Car si les publications étaient absentes, mes visionnages ne l’ont pas été. Ainsi, je signerai mon retour en évoquant avec vous une série que nous avons regardé d’une traite avec Madame après des mois de tentation : Peaky Blinders.

peaky blinders tom hardy

Peaky Blinders fait partie de ces histoires qui peuvent être résumées simplement, tout en conservant la complexité de leur intrigue. En effet, il est aisé pour moi de vous indiquer qu’il s’agit d’une série racontant les histoires d’après-guerre d’une famille de bookmakers anglais baignant dans des activités plus ou moins légales.

A mesure que leur pouvoir et leur influence grandira, des ennemis vont faire leur apparition dont certains incarnés par de grands acteurs du cinéma. Entre autres : Sam Neill (Jurassic Park), Adrien Brody (Le Pianiste) ou encore Tom Hardy (Venom, Mad Max, Dark Knight Rises, Inception). Autant de noms venant renforcer une qualité d’interprétation générale déjà très élevée.

Si la plupart des membres composant la famille Shelby, les « héros » de cette série, sont peu connus, nul doute qu’il mériterait à l’être davantage. Thomas, Ada, John, Arthur, Polly et bien d’autres, autant de personnages forts et charismatiques qu’ils habitent à la perfection. Et c’est l’une des nombreuses forces de la série, ne pas livrer de personnages manichéens : ils évoluent tous au fil des 4 saisons actuellement disponibles et certains connaissent même des fins que l’on aimerait pouvoir changer. En ce sens, Peaky Blinders ne vous proposera pas de destins lisses et sans saveur, bien au contraire, et pour notre plus grand plaisir.

peaky blinders adrien brody

La maturité est ainsi une des autres forces de la série. La violence y est aussi omniprésente, tant directe que psychologique. Guerres de gangs obligent, les affrontements sont quotidiens : préservation de territoires, combats de rue, assassinats, stratégies politiques ou encore viols et mariages forcées. Tout cela est monnaie courante, ce qui n’ouvre pas Peaky Blinders à tous les publics à mon sens.

Malgré tout il serait une erreur de passer à côté de cette représentation âpre d’une Angleterre d’entre-deux-guerres saisissante, en proie à la montée du communisme russe pendant que le gouvernement peine à faire régner l’ordre sur un territoire brisé. Je ne vous révélerai pas de qui il s’agit, mais sachez également que la série fait régulièrement référence, là-encore directement et indirectement, à des figures historiques de cette période. La crédibilité n’en est que plus grande, tout comme le récit qui nous est conté.

En conclusion, je suis très heureux de cette découverte et je la recommande à tous les amoureux d’Histoire, d’accents britanniques, d’intrigues complexes et ceux qui n’ont pas peur d’images parfois difficiles. Et, contrairement à ce qui est de plus en plus difficile pour les séries longues de plusieurs saisons, Peaky Blinders parvient constamment à se renouveler, tant par les personnages que la série instaure que par l’échelle par laquelle on la visionne. Un conflit dans un petit quartier anglais peut vite dégénérer et trouver une résolution d’ampleur nationale. Saisissant et bluffant, à l’image de la production.

12 février 2019
Article précédent

Laisser un commentaire