Overwatch World Cup 2018 – Paris

Catégorie : Actualités, Jeux Vidéo
overwatch coupe du monde casters france lutti alphacast shaytwan 2018

Ah oui, tout de même, 2 mois sans articles par ici … il suffit de vacances de rêve en Ecosse et d’une rentrée professionnelle plus que chargée pour que j’oublie l’une des choses que j’apprécie le plus : écrire. Toutes mes excuses pour cela, je vais tâcher à l’avenir de me rattraper, comme avec ce billet un peu particulier, puisqu’il va s’agir de mon retour sur la dernière phase de qualification pour la Coupe du Monde d’Overwatch 2018 ayant eu lieu à Paris les 21, 22 et 23 septembre derniers.

Je ne suis pas particulièrement, voire pas du tout, l’actualité de l’Esport. D’ailleurs, je ne suis pas certain de l’orthographe de ce mot qui fait parfois polémique. Mais quand des compétitions de League of Legends se sont déroulées en France par le passé, cela attire mon attention, tout d’abord par fierté de constater qu’un événement de cette ampleur peut avoir lieu « à domicile », mais aussi et surtout parce que je joue au jeu en question, dans son côté compétitif. Et pour Overwatch, le moins que l’on puisse dire est que je suis en plein dedans également, et ce depuis son lancement il y a plus de 2 ans.

overwatch world cup coupe du monde 2018 paris france

Prévente des billets intenses avec un sold-out de quelques milliers de places en 10 minutes, j’ai eu la chance de faire partie des heureux possesseurs du sésame. Enfin j’allais assister à quelque chose de ce genre, et même si cela impliquait entre 5 et 6 heures de route, après coup, putain que ça valait le coup !

Plusieurs matchs avaient lieu le dimanche 23 septembre, dernier jour des qualifications et celui auquel nous avons pu assister avec Madame, dont 2 de l’équipe de France, ou « Le 6 » pour ceux qui ont suivi la hype entourant cet événement depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux. Un Community Manager a été désigné en amont, Troma, afin de générer et attiser cet enthousiasme d’une communauté qui n’attendait que cela. Et le moins que l’on puisse dire est que le pari a été réussi : nous somme actuellement considérés comme le meilleur public DU MONDE après notre prestation du week-end.

J’avoue toutefois avoir découvert pas mal de choses sur cette journée, à commencer, je l’avoue, par certains joueurs, que je n’avais jamais vu dans l’Overwatch League (compétition mondiale de ‘clubs’ sur le jeu, au contraire des sélections nationales, comme sur cette Coupe du Monde). Une des révélations me concernant a été Benbest, le Tank principal de la sélection, qui a su détecter les failles adverses et s’y engouffrer, généralement à renfort de Choc Sismique. D’ailleurs, l’inspiration est tellement présente que Reinhardt va devenir mon main sur cette 12ème saison, devant mon éternel Faucheur. L’idée d’être celui qui peut tout faire basculer quand le timing parfait se présentera me plait énormément.

overwatch avec le 6 equipe de france coupe du monde 2018 benbest poko unkoe

Crédits photo : TimoVerdeil.

Mais par dessus tout, c’est l’ambiance incroyable qui se dégage des matchs qui m’a surpris. Que cela soit provoqué par les first kills d’un Soon en grande forme, d’une Poko-bombe à venir ou simplement des engagements de combat, le public était omni-présent, comme un 7ème homme en communion avec l’équipe qu’il supporte. L’ambiance était dingue, absolument dingue. Plusieurs jours après, je n’ai toujours pas récupéré ma voix tellement j’ai hurlé de peur, de joie, d’excitation. C’était vraiment énorme et, à l’instar d’un match de football ou d’une quelconque discipline sportive « classique », les sensations étaient assurément présentes.

Et pour ne pas être en reste, les résultats étaient là. L’équipe de France termine 1ère de son groupe avec 5 victoires sur 5 matchs, dont 4 gagnés par un score fleuve de 4 à 0. Enorme, c’est le mot. L’enceinte du parvis de la Défense a tremblé et c’est pour le mieux ! L’organisation était au petits oignons et même les micros-soucis d’écran en fin de journée n’ont pas réussi à gâcher la fête. Les écrans installées dans la salle permettaient à chacun de profiter au mieux du spectacle, tout comme l’incroyable équipe assurant la restauration non-stop toute la journée. Un grand bravo à ces équipes de salariés et bénévoles ayant oeuvrés pour la réussite de ces journées.

Si ma seule déception a été de ne pas pouvoir repartir avec un T-shirt de l’équipe de France, stock (très) limités obligent, je n’ai qu’une hâte, revivre un tel moment. J’oublie d’ailleurs également de parler des broadcasters français, qui étaient présents en direct dans la salle pour commenter les différents matchs, pour notre plus grand plaisir. Ainsi j’ai pu voir Shaytwan, Alphacast ou encore celui qui a l’animation dans le sang et dont j’adore beaucoup l’énergie, Lutti.

La recette était donc tellement bonne qu’elle paraissait presque écrite d’avance. Si pour la suite de la compétition la Corée du Sud est grande favorite, les français ont montré qu’ils n’avaient pas que du coeur et de la baguette, mais aussi des atouts sérieux pour être considérer comme les meilleurs. La suite des événements aura lieu lors de la Blizzcon 2018 des 2, 3 et 4 novembre. Le déplacement n’est pas envisagé cette fois-ci (oui, les Etats-Unis, ça fait loin, quand même) et je serai ainsi derrière mon écran et « mon » équipe pour les pousser à conquérir le toit du monde. Si les jeux vidéo sont souvent considéré, à tort, comme vecteur d’animosité et de violences diverses, tous les acteurs gravitant autour de cet événement dédié à Overwatch ont prouvé qu’au contraire, on pouvait y trouver de la cohésion, du respect et des émotions qui définissent les sports traditionnels, à l’heure où le débat est ouvert sur leur présence ou non aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, qui auront lieu en France.

Une petite vidéo de la dernière manche victorieuse de la France face à la Pologne

26 septembre 2018
Article précédent

Laisser un commentaire