Returnal

Catégorie : Jeux Vidéo
returnal rogue like lite dark souls ps5 dualsense exclu

Les exclusivités de la PS5 sont et seront attendues au tournant tellement leur rôle de vitrine de la console est important. La pénurie de composants n’aidant pas, les titres sortant de l’ordinaire sont particulièrement attendus au tournant. Si le connu et pourtant difficile Demon’s Souls s’en est remarquablement sorti avec son remake, qu’en est-il de ce Returnal que l’on connait finalement depuis peu ?

Vous n’avez pas pu échapper à la tempête qu’il a généré en relançant le débat sur la difficulté et la présence d’un mode facile dans les jeux vidéo dit « difficiles ». Car en effet dans ce Returnal vous allez mourir, beaucoup, souvent, et beaucoup trop souvent d’ailleurs. Me concernant, ça n’est pas quelque chose qui me rebute car j’aime le challenge et les jeux exigeants. Toutefois, j’ai appris une nouvelle leçon en jouant à ce titre, celle de mieux me renseigner avant de me lancer dans un jeu : car si j’ai apprécié et apprécie énormément de points ici, je sais que je ne le terminerai jamais.

returnal biome desert portail

Comme dans la série des Souls, on est très rapidement mis dans le bain avec une cinématique d’introduction qui ne dépasse pas la minute avant d’atterrir, malgré nous, sur une planète semblant aussi familière qu’hostile. Je comprends vite ce qui m’attend : la mort. Et pour l’éviter le plus longtemps possible, j’ai pour réflexes de conserver au maximum les rares objets rendant de la vie, mais aussi les améliorations de l’équipement pouvant en ajouter.

Car, en effet, ce jeu de tir à la 3ème personne un peu particulier vous permettra, malgré son côté austère, d’évoluer différemment à chacune de vos tentatives d’évasion. Parfois un avantage, souvent un inconvénient, comprenez bien que cela signifie la perte d’un build sympa pour vos compétences réduit à néant par simple inattention sur des monstres randoms. La mort entrain la réinitialisation de TOUS VOS PARAMÈTRES. Bon, il y a de petites exceptions pour vous permettre de rejoindre plus rapidement certaines zones débloquées, mais j’y reviendrai.

Les premières heures de jeu sont absolument grisantes : gameplay nerveux et graphismes magnifiques, on prend plaisir à évoluer à tâtons dans les différentes zones du titre. La manette de la PS5 offre des sensations et des possibilités jamais éprouvées lors des gunfights, l’immersion est vraiment saisissante. Sans spoiler, il y a même certaines phases de FPS mettant en avant un autre point fort de Returnal, son scénario.

Car contrairement aux Souls, avis perso, ici l’avarice n’est pas monnaie courante et on récupère régulièrement des bribes d’informations assez limpides pour nous permettre d’élaborer théories et possibilités sur la raison de notre présence. Science-fiction, fantastique, simples vraisemblances avec notre univers ? Tout est possible, même si malheureusement je n’en verrai jamais le bout car j’ai décidé d’arrêter mon aventure après le second boss, avec encore bien des mystères enfouis aux confins du monde.

returnal scenario histoire maison

Et ça n’est pas la volonté qui manque pour terminer l’aventure, ni même le temps … mais peut-être sans doute la durée de mes sessions de jeu. Car Returnal impose quelque chose dans sa façon de jouer, le retour à 0 de notre exploration prend non seulement effet à notre mort … mais à toute autre raison de fermer le jeu/éteindre la console. Pas de sauvegardes auto, de checkpoints, rien. Tu meurs, tu veux regarder Netflix, tu dois aller bosser ou simplement dormir, pouf, tu perds ta progression.

Ce « challenge » paraissait sympa au début mais aura eu raison de ma patience avec le temps. Qui plus est et contrairement à un Hades, il n’y a pas de vraies évolutions du personnages après une mort (PVs accrus, permission de mourir X fois afin le reset, plus grande puissance de feu, etc). C’est ce point particulier que j’avais pourtant lu à de nombreuses reprises dans la presse et qui avait finit de me convaincre, comme quoi on s’améliorerait naturellement au fil des tentatives. La vérité, il n’en est rien. Hormis, comme je le disais plus haut, des petites subtilités pour passer plus rapidement d’un monde à l’autre une fois les boss de chaque zone battus. Mais bon, ça n’a pas suffit à me redonner la foi.

J’espère avoir réussi à vous transmettre mon ressenti : ça n’est pas tant la difficulté, me concernant, qui a été un réel problème dans mon expérience avec le titre. Non, c’est davantage la frustration liée aux mécaniques du genre qui m’ont sapé le moral. Information insuffisante, mauvaise communication, non-lecture de l’excellent article de chez JVFrance sur le sujet, je ne sais pas. Quoiqu’il en soit, je n’arrive toutefois pas à en vouloir à Returnal ou à ses devs du studio Housemarque pour cette exclu PS5 singulière qui m’aura encore fait découvrir de nouvelles sensations de jeu, agréables … ou un peu moins. Je vous conseille malgré tout de tenter vos chances car il vaut le détour, mais en toute connaissance de cause ou peut-être quand le jeu sera un poil moins onéreux.

Article précédent

Laisser un commentaire