Mon fils et les écrans

Catégorie : Papa
enfant ecran precaution television portable tablette

Les écrans. Voilà un sujet sur lequel je voulais écrire depuis longtemps car, et c’est le moins que l’on puisse dire, celui-ci concerne mon quotidien. Car oui j’ai cette chance d’être papa au foyer depuis la naissance de mon fils et, même si cette chance est parfois à double tranchant pour la santé mentale, pour autant la réponse à la question des écrans a été assez limpide dans nos esprits.

Je vais tenter de vous partager mon ressenti là-dessus et pour m’aider dans ma tâche et sortir un peu de mes écrits persos, j’ai eu le plaisir et l’honneur de recueillir le témoignage de professionnelles sur le sujet. Cet article sera donc découpé de la sorte : ma façon de penser avant la venue de mon fils, l’état des choses à l’heure actuelle et ce qu’on envisage pour la suite.

enfant exterieur activite plein air jeu

Il y a donc des évidences concernant l’exposition des enfants aux écrans. Enfin, c’est un peu con de dire ça, finalement et comme sur beaucoup de sujets, chacun est libre de faire ce qu’il veut mais puisque ici c’est ma maison à moi, j’y exprime mes idées persos. Ne prenez pas offense de choses que vous ne faites pas et ne vous inquiétez pas, l’inverse sera également de mise. Je préfère éclaircir ce point dès le départ car si je me suis rendu compte d’une chose avec la parentalité, c’est que les gens deviennent nerveux en cas de différences. Alors que je m’en fous, ici on échange et on partage !

Revenons à nos moutons; nous concernant avec Madame certaines choses étaient claires dès le départ : jamais nous ne laisserons notre fils devant la télé, surtout dans ses premières années de vie, pour être tranquille et continuer notre vie, comme s’il n’était pas là. Pour nous, nous ne devons pas lui imposer notre façon de vivre, notre emploi du temps habituel. Non, il fait partie intégrante de notre vie désormais et même si cela implique des sacrifices (au sens objectif du terme), alors nous les ferons avec joie pour profiter de bébé au maximum, et qu’il s’épanouisse au mieux.

Car oui, sans être spécialiste de la vue, nous avons toujours imaginé, et parfois constaté, que si un très jeune enfant (j’entends par là bébé, moins de 3 ans) était exposé aux écrans tôt, cela pouvait avoir des répercussions. Ben oui, des clips musicaux ou des épisodes de dessins animés réservés à des enfants plus grands sont extrêmement bruyants, colorés, alors qu’un petit bout développe tout juste ses sens. Et encore, en écrivant ces lignes je pense aux télévisions mais que dire des PC ou pire, des smartphones, que l’on mettrait à 20cm de leurs yeux pour être certains qu’ils en voit le contenu. D’ailleurs, ces dangers d’une exposition précoce aux écrans sont confirmés par Julie, Orthoptiste dans la région parisienne.

Orthoptie et exposition précoce aux écrans

L’orthoptiste est un auxiliaire médical qui a pour vocation le dépistage, la rééducation, la réadaptation et l’exploration de la fonction visuelle. Il travaille en étroite collaboration avec les ophtalmologistes en particulier mais aussi les autres médecins tels que les pédiatres (dépistage du strabisme ou de l’amblyopie).

*En ce qui concerne l’exposition des enfants aux écrans, c’est assez simple. Aucune exposition avant 3 ans aux écrans et télévisions et limiter le plus possible les interactions avec les smartphones. Car le très jeune enfant, l’exposition répétée et prolongée régulièrement aux écran « l’enferme » dans son interaction avec les autres personnes de son entourage et crée des troubles du développement verbal, moteur et intellectuel.

ecran enfant precaution bebe nourrisson conseil(cliquez ici pour la plaquette complète)

Alors il est certain que certaines journées sont plus longues que d’autres, surtout lorsqu’on est des parents geeks (au foyer qui plus est). Mais allez, dans l’intérêt de notre enfant, n’est-il pas préférable d’en profiter et de, finalement, donner le bon exemple ? Jouer, sortir, lire, faire des activités adaptées. Bien sûr tout n’est pas toujours possible tous les jours, mais concrètement nous avons tiré un trait sur les folles journées de binge-watching de séries, l’intégrale annuelle du Seigneur des Anneaux version longue ou encore la poursuite de mes milliers d’heures de jeu sur Overwatch, et tout ceci afin de donner le meilleur à notre fils, ou du moins essayer.

Car non, on n’élimine pas des habitudes ancrées depuis des années et je ne vous cache pas que nous avons parfois regardé des séries en mangeant, pendant que le petit dormait entre nous sur le canapé. Egalement, pour se détendre un peu et s’amuser à initier notre fils à la musique que nous écoutons, nous lui mettions parfois des clips que nous aimons ou des OST de jeux vidéo en fond sonore. On se dit que cela ne fera pas de mal, qu’à l’échelle d’une journée ça n’est rien.

Et puis un jour, Madame me parle d’un podcast qui a été un véritable déclic pour nous et notre façon de vivre tous les 3. Dans celui-ci, la question des écrans vis-à-vis des jeunes enfants est centrale et le Dr Anne-Lise Ducanda, entre autres, intervient et décrit avec doigté les conséquences qu’ils peuvent avoir. Retards de développement, syndromes autistiques, une « bulle » dans laquelle nous mettons l’enfant sans nous en rendre compte et qui le coupe petit à petit du monde extérieur. Et ben vous savez quoi ? Suite à ça nous sommes passés au 0 écran, même en mode passif comme nous pouvions le faire car cela a aussi des répercussions. Egalement, plus de repas sur le canapé comme nous en avions l’habitude et, à table, nous avons imaginé une ‘corbeille’ fictive pour nos téléphones, que nous ne touchons plus. Toutes ces résolutions nous nous y tenons depuis et, si la transition a pu être difficile au début, c’est désormais un plaisir à mettre en place au quotidien.

LIEN PODCAST

enfant bebe ecran jeu activite

Depuis, nous sommes sur des rails et essayons de maintenir le cap dans l’intérêt de notre fils. Bien sûr, parfois de petits écarts de quelques minutes 1 à 2 fois par semaine se produisent le temps d’admirer le déhancher du petit cul de mon fils sur de la musique, mais pas davantage car il n’a pas besoin de cela pour passer le temps. Pour cela il nous a nous, il a ses jouets, il a nos sorties. Et devinez quoi ? Ça semble fonctionner.

Voilà 1 an que nous pratiquons le 0 écran et chaque fois qu’il rencontre de nouvelles personnes il sourit, rit, essaie de parler, signe les mots que nous lui avons appris pour communiquer et colle bien plus ces personnes que ses propres parentsquisetuentpourluisaloparddegossedenomdediou. Rien n’est parfait et nous avons encore des efforts à faire mais je suis persuadé que la base est là, et cette base nous la consoliderons petit à petit avec le temps.

Concernant l’avenir lointain, bien évidemment j’aimerais qu’il ait déjà fini God of War dans sa difficulté maximale et qu’il me cite les dialogues de Dragon Ball avant ses premiers jours d’école, mais j’ai décidé d’être clément et je lui laisse … les 18 prochaines années pour cela. Plus sérieusement, petit à petit avec les années comme indiqué dans le tableau en haut d’article, il aura un accès contrôlé aux écrans afin d’en maitriser et comprendre leur utilisation. Une autre Anne-Lise, Orthoptiste également de la région parisienne, donne d’ailleurs quelques pistes pour être attentif au développement oculaire de l’enfant.

Vue nourrisson et contrôle ophtalmo

L’œil et la vision sont immatures à la naissance. Toutes les structures sont présentes mais ce sont les stimulations visuelles qui vont permettre le bon développement et la maturation du système visuel de bébé. Un nouveau-né voit un objet très contrasté à 30 cm, reconnaît le visage de ses parents et sa vision est en noir et blanc. Petit à petit, en grandissant, la vision se précise : mise en place de la fixation, des mouvements oculaires, le développement des contrastes ainsi que celui des couleurs.

De ce fait, il est très important de stimuler la vision de l’enfant dès son plus jeune âge par des supports adaptés afin d’entrainer sa vision à se développer. Il n’est pas conseillé de laisser son enfant avec un seul type de jouet, que ce soit écran ou non d’ailleurs. Plus les jouets seront diversifiés, meilleur sera le développement visuel.

Egalement, un point qui est très important pour assurer un bon développement visuel, la Haute Autorité de Santé recommande des contrôles ophtalmologiques des enfants sans symptômes ou sans plaintes : à 9 mois, 3 ans et 6 ans. Il est rare qu’un enfant se plaigne de sa vision, alors pensez à consulter un professionnel de la santé, cela peut sauver sa vision et tous les apprentissages qui vont avec !

nature sortie enfant

Pour conclure, le suivi de la qualité de la vue de mon fils est primordial. Comme les autres sens, en être privé ou même diminué est vraiment un handicap dont on peut tenter de le prémunir, alors pourquoi s’en priver ? Nous sommes ses parents, il découvre à peine le monde et commence à en découvrir les possibilités mais je pense qu’il est de notre devoir sur ce point, comme sur tant d’autres, d’intervenir afin de le guider, dans son intérêt et le nôtre.

N’hésitez pas à partager en commentaire votre façon de voir les choses afin que nous puissions échanger ensemble ! Merci à vous d’avoir lu, j’espère une nouvelle fois que ce genre d’article vous a plu 😉

Article précédent

10 Commentaires

  • Répondre Nanakie

    Toujours hyper intéressant et enrichissant de lire les témoignages d’autres parents, qui plus est le tien depuis le temps qu’on se « connait ».

    J’en ai parlé il y a peu, chez nous nous avions la même vision … et avons faillit. Je suis déçue de constater que ma fille a connu les DA à ses 18 mois, pour X raisons que je ne re-détaillerai pas ici.

    Mais malgré cela, son temps TV reste maîtrisé tant sur la durée hebdo, que sur le contenu : on regarde avec elle et on en discute après.

    Hélas, depuis le confinement, mon z’homme s’est emballé sur SON temps écran et y passe la majeure partie de sa vie (télétravail + sorties limitées au printemps + ennuis de rester à la maison = mauvaises habitudes tenaces).
    Tu sens les clashs de couple là ?

    Bref, la parentalité tout comme la vie de couple, n’est pas un long fleuve tranquille, mais comme tu exposes si bien : avec une bonne discussion calme et sereine, on peut toujours décider d’améliorer les choses pour atteindre le plus possible notre idéal .

    9 août 2020 at 23 h 27 min
    • Répondre Alexandre

      « On regarde avec elle et on discute » je pense que c’est un mantra que l’on devrait tous se répéter ! Communication et bienveillance sont les clés à mon sens … de la famille comme du couple en effet, mais c’est un autre débat ^^’

      C’est certain que le confinement a représenté une situation exceptionnelle pour chacun. Difficile de porter un avis sur une chose dont nous n’avons que peu de recul, qui plus est quand elle cumule plusieurs facteurs comme tu le rappelles.

      J’espère tout de même que Ty’Pèche (mes souvenirs sont bons ?) va bien et que vous allez vite retrouver votre équilibre :)

      11 août 2020 at 0 h 00 min
  • Répondre Doc-addict

    Je suis admirative de votre façon de faire 😮 Personnellement, j’aimerais que mon fils évite totalement tous les écrans, mais ce n’est pas de l’avis de mes proches (alias les parents et beaux parents). Du coup, quand on est en visite, il y a souvent la télé en fond ou papi qui veut montrer des photos au petit fils… On essaie d’expliquer calmement notre avis, mais cela revient toujours sur la table. Alors oui, mon fils a parfois regardé des écrans quand on faisait des visios lors du confinement, ou entend la TV (mais ne regarde pas l’écran), mais ce n’est jamais sur de longues périodes, et on s’occupe toujours de lui en même temps. Je suis totalement d’accord sur votre façon de faire (pour moi, vous êtes un peu un modèle de parents, outre le fait que je vous aime beaucoup), et nous faisons de notre possible pour que notre fils soit bien éveillé. Mais même malgré ses écarts, quand je vois son évolution, sa sociabilité, je ne me fais pas trop de soucis. Ce qui compte, c’est que nous contrôlons et faisons attention à son évolution :)

    9 août 2020 at 22 h 32 min
    • Répondre Alexandre

      Houla, que je rougis devant ta dernière parenthèse, merci Doc … mais sache que rien n’est facile, comme j’ai tenté de l’expliquer dans l’article.

      De mon côté aussi, ma mère a voulu conserver l’habitude de la « télé en fond », mais comme je lui ai rabâché et comme c’est très bien expliqué par le Dr dans le podcast, même une exposition indirecte le stipule plus qu’il ne le devrait via les écrans. Ca représente des sons trop rapides et/ou forts pour lui chez qui les sens sont en plein développement !

      Ca n’est jamais facile de toute façon la confrontation de son propre modèle d’éducation avec le reste du monde. Famille, amis, écoles … on tâche de faire au mieux, mais l’essentiel est de penser à notre enfant je pense, à son bien-être. Si ça dérange, et bien tant pis. C’est en tout cas le cap qu’on essaie de maintenir.

      Courage à toi dans cette épreuve et la bise à tes 2 hommes 😉

      10 août 2020 at 23 h 57 min
  • Répondre BOZON

    Bonjour, l’article est très intéressant et je vais exposer ma propre expérience. Parents trentenaires geeks (séries, jeux, portables, tablettes). Avant la naissance de mon fils qui aura 6 ans en fin d’année. Il était pour nous inconcevable de l’exposer aux écrans et nos amis déjà parents nous donnaient toutes les raisons de garder cette idée.

    Toutefois comme beaucoup il nous a été difficile de ne pas déborder. Au réveil de la sieste, finir un niveau, une quête, un donjon,… avant de rapidement éteindre mais globalement il a plutôt été épargné.
    Le « soucis » s’est présenté avec l’arrivée de sa sœur (3 ans). Qui s’est finalement retrouvée plus tôt devant les écrans.
    Difficile de contraindre l’un à se passer désormais des écrans (même si la dose est faible) ou l’autre à entendre au loin la télé sans y avoir accès.

    Des « règles » sont toutefois en place. Seul mon fils aujourd’hui a accès à la tablette et uniquement pour des applications de découvertes (ça surprend toujours les gens d’entrendre un gamin de 5 ans parler de pétrolier et de marée noire dans la salle d’attente du médecin ).
    J’ai ressorti la Wii et je joue quelques fois (30 min max) avec lui à mes cotés. Super Mario Galaxy et Crash Bandicoot (sur PS4) pour lui permettre de découvrir les jeux.
    Quant à ma fille, elle à découvert certes plus tôt que prévu Yakari, Les Storybots et la Pat’ Patrouille mais toujours pendant une période courte.

    Dernier point important pour finir l’explication, désormais séparés, sa mère et moi respectons sensiblement les mêmes règles mais surtout nous ne mettons pas de côté toutes les autres activités possibles à faire avec nos enfants. Visite de musée, parc animalier et autres sorties « nature et culture ». Nous lisons énormément en tant qu’adultes et par extension lisons énormément pour et avec nos enfants.
    Activités sportives, vélo, piscine, balades à pieds, club multisport,…
    Éveil musical, mini concert, pièce de théâtre enfant, par d’attractions,…
    Jeux de sociétés, ateliers créatifs, dessin, peinture,…
    Et bien sûr, nous parlons ensemble. Beaucoup et de tous les sujets avec peu de tabous (bien sûr chaque chose en son temps selon les questions posées).

    Finalement sans être des surdoués, nos enfants sont éveillés plus que bon nombre d’enfants de leurs âges. Ils ont des idées, de l’imagination, ils sont curieux et bavards. Il réclame bien plus les activités extérieures ou créatives que la télé mais parfois ils apprécient quelques minutes de programmes parfois éducatifs, parfois moins mais toujours agréables.

    9 août 2020 at 19 h 46 min
    • Répondre Alexandre

      Merci de ce retour détaillé !

      Un sacré témoignage d’amour et de discipline dans l’intérêt de l’enfant. En effet, je ne peux qu’imaginer la situation avec 2 petits, mais il me semble que la situation a été très bien maitrisée malgré une séparation qui aurait pu avoir des conséquences désastreuses.

      Ton dernier paragraphe me parle vraiment car c’est tout ce que l’on souhaite : pas qu’il soit surdoué mais éveillé, curieux, empathique. Franchement ton retour est un exemple sur bien des points, et j’ai l’impression que l’éducation positive en général plane également sur tes petits, ce que je trouve admirable et mettons en place également.

      A bientôt j’espère 😉

      9 août 2020 at 21 h 33 min
      • Répondre BOZON

        Oui effectivement j’essaie de tendre le plus possible vers une éducation positive. C’est dingue généralement ça fonctionne avec tout le monde. Les enfants ou quand tu gères une équipe dans le cadre du travail ou d’un loisir voir même avec les animaux.
        C’est bête et ça paraît évident mais pas à tout le monde malheureusement.

        Je ressens aussi beaucoup d’amour et positivité dans ta paternité. Cela dit ça ne me surprends qu’à moitié car je te suis depuis quelques années dans tes errances de gamer et ta personnalité semblait plutôt cool et positive.

        Pleins de bonnes choses à vous 3 pour la suite. De nombreuses aventures ludiques ou non vous attendent et ça c’est vraiment fun!

        9 août 2020 at 21 h 45 min
        • Répondre Alexandre

          Wow, et bien, ton message me touche, merci pour ces compliments. Je ne sais pas si nous échangeons sur Twitter car ton pseudo ne me dit rien là-bas, mais que tu y sois ou non c’est une grande joie de te savoir parmi mes lecteurs ! (et spectateur de mes ‘errances de gamer’ hehe)

          10 août 2020 at 23 h 49 min
  • Répondre Nathalie Leblanc

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Chaque parent a sa vision de la parentalité, sa manière de faire… Et je suis bien d’accord pour les écrans. Mes minis sont plus grands que le tien (6 et 11 ans) et ont donc le droit à la télé (par exemple) mais j’essaie de limiter et de leur faire comprendre qu’ils ne faut pas regarder trop longtemps ou ne se limiter qu’à ce genre d’activité. De même quand ils ont le droit aux jeux vidéo c’est limité dans le temps, etc.
    J’aime beaucoup ce genre d’article où tu partages ton expérience, c’est intéressant et contrairement à d’autres il n’y a pas de jugement, tu ne te poses pas en défenseur de l’ultime vérité (ta manière de faire), tu parles de ton quotidien, ton ressenti, c’est top.
    Merci 😉

    9 août 2020 at 17 h 48 min
    • Répondre Alexandre

      Merci beaucoup de ton retour Nathalie. Même après des années de blogging il m’arrive de sauter dans l’inconnu alors si ma façon de témoigner trouve écho chez certains, comme toi, c’est top !

      J’espère que le cap dont je parle dans l’article sera maintenu jusqu’à ta propre expérience qui me semble très saine pour les enfants. On entend souvent ‘oh mais c’est une génération écran de toute façon’, sauf que non, il faut graduer les autorisations selon moi pour ne pas qu’ils grillent des étapes importantes de leur développement. J’espère que tout se passe bien pour les tiens, et que FFX sera leur FF préféré sous peu 😉

      9 août 2020 at 21 h 24 min

    Laisser un commentaire