Lalaland, c’est non.

Catégorie : Cinéma
lalaland affiche

Il y a de ces films que l’on va voir mais dont on ne sait rien. C’est clairement le cas avec Lalaland qui nous a vivement été conseillé de part sa nature : une comédie musicale avec une histoire sympa et qui fait pleurer à la fin.

Nous aimons la musique et les séries/films chantants, pourquoi pas donc, sur le papier. C’est donc avec les épisodes musicaux de Buffy contre les vampires, Grey’s Anatomy ou encore Glee (je triche), que nous sommes allés en salles pour voir le résultat ici. Le moins que je puisse dire, c’est que l’atterrissage fut brutal …

524229.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Pas de souci tout d’abord concernant le spoiler : il n’y en aura pas ici, comme chaque film ou première saison de série, afin que vous puissiez découvrir vous-même ce qu’il s’y passe et juste avoir un avant-goût ou une alerte ici au préalable.

L’histoire est donc celle de deux personnes à première vue très distinctes l’une de l’autre. Ryan Gosling d’une part, interprétant Sebastian, un virtuose du piano et fan de jazz désireux de monter son propre club. De l’autre, Emma Stone  joue Mia, une caissière dans un petit restaurant désireuse de devenir une artiste sur scène.

Par la force des choses, ces deux personnes ne vont avoir de cesse de se croiser au gré de plusieurs « arrêts-sur-chansons » jusqu’à s’épauler l’un et l’autre pour concrétiser leurs projets respectifs. Les choses ne vont bien sûr pas se faire aussi simplement et ils vont chacun rencontrer plusieurs embûches sur le chemin du rêve, à commencer par une société hollywoodienne qui avance vite, très vite même, bien plus que ne le voudront nos héros.

525010.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Mais ne perdons pas de vue le principal à savoir le côté « musical » du film qui s’ancre dès les premières minutes. En effet, de temps à autres et de manière aléatoire, des séquences vont devenir musicales et les acteurs deviendront chanteurs le temps des titres interprétés. On ne peut pas dire que les voix sont fantastiques mais on peut dire que les acteurs ont donné du leur et c’est généralement assez frais, même si je préfère les passages au piano, saisissants, surtout lorsqu’on sait que Ryan Gosling a appris le piano en 3 mois pour ce film.

Malheureusement il s’avère que le film dans sa globalité reste assez mou, et ce manque de rythme m’est trèèèèès dérangeant. Souvent pendant la séance j’ai failli m’assoupir entre 2 scènes chantantes tellement c’est plat, sans saveur, et quelques fois redondant dans le propos. Même la fin dont « tout le monde parle » m’a paru sans saveur et très convenue niveau construction. Certes le parallèle qui est proposé est sympathique mais … je sais pas, les sentiments développés m’ont paru bien faibles et ça n’a pas agit.

Du coup, si je conçois totalement le côté satyrique de Lalaland vis-à-vis d’une Amérique en pleine expansion, le talent des acteurs (Ryan Gosling t tro bo en vré <3), il ne faut pas pour autant oublier les basiques, qui m’ont fait défaut ici : un récit de fond passionnant, des sentiments et une relation amenés comme il se doit pour rendre le dénouement fort (ça aide pour une histoire d’amour), et peut-être des chansons un peu plus longues ici. Car si je ne me suis pas endormi pendant les 2h, le sommeil n’était pas loin et, comme je l’ai vécu très rarement dans ma vie, la sortie de salle était salvatrice.

16 février 2017
Article précédent Article suivant

17 Commentaires

  • Répondre creakiff

    moi c’est tout le contraire j’ai adorer lalaland mais je comprend que ce film ne plait pas à tous !
    moi j’ai adorée les nombreuses références , les couleurs , les musiques (j’adore celle aux piano aussi !)

    26 mars 2017 at 19 h 26 min
  • Répondre anahaddict

    Pour un fois, nos avis sont totalement différents haha D’ailleurs je vais sortir aujourd’hui un billet plein d’éloges sur le film :’) Mais je peux comprendre que tu n’ai pas aimé La La Land, je pense que clairement : ça passe ou ça casse. Pour moi le cinéma est quelque chose de très personnel et très subjectif. On peut dire tout ce qu’on veut sur la qualité des acteurs, de la photographie ou autre, si émotionnellement on n’arrive pas à s’impliquer, ça ne passe pas, peu importe les qualités techniques du film.

    20 mars 2017 at 10 h 40 min
  • Répondre Melifog

    J’avais compris que tu n’avais pas aimé… Je n’ai pas ressenti les mêmes choses que toi, j’ai vraiment été touchée par le scénar que j’ai trouvé très beau et juste. Leur histoire est pour moi le fond du film, la relation entre les deux personnages, la manière dont elle évolue… Sans trop en dire, la scène vers la fin (le « et si ça c’était passé comme ça » en gros) je l’ai trouvé vraiment très prenante, j’avais une boule dans la gorge. Qui n’a jamais fait ce petit schéma dans sa tête par rapport à une situation similaire ?
    Oui certes les voix ne sont pas ouf mais la fragilité dans la voix d’Emma Stones c’était le petit truc en plus…
    Après il ne peut pas faire l’unanimité et c’était vraiment super intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un qui n’a pas aimé le film !
    Toujours un plaisir de te lire !!

    17 février 2017 at 21 h 31 min
    • Répondre Alexandre

      Merci de ces gentils mots malgré un avis divergent !

      La « fameuse scène » comme tu dis était tellement téléphoné de mon côté que ça ne m’a rien fait. Pire, après je me suis dit « Ok, et alors ? », le côté dramatique m’est totalement passé à côté …

      Enfin, c’est ça qui fait la richesse du monde, des ressentis subjectifs bien différents 😀

      20 février 2017 at 13 h 16 min
  • Répondre tinalakiller

    Même s’il est super bien techniquement et que j’ai aimé le duo Stone-Gosling, La La Land m’a assez déçue, je me suis pas mal ennuyée, ça ne m’a pas touchée et le côté « spectacle » cache pour moi la banalité de l’histoire (et cette fin ne m’a pas particulièrement surprise). Bref, on est d’accord !

    17 février 2017 at 18 h 56 min
    • Répondre Alexandre

      AMEN TO THAT 😀

      Tu as dis en 3 lignes ce que j’ai tenté de faire passer dans mon article : sentiment partagé !

      20 février 2017 at 11 h 25 min
  • Répondre tesscadoret

    J’ai pour ma part adoré ce film car il était, en effet, hors du temps, poétique… Il faut dire que je suis très compliquée en films. J’ai très rarement envie d’aller au cinéma, de payer une place (et encore dans mon petit cinéma, c’est 6€, encore heureux) pour voir quelque chose de banal que le petit écran me suffirait à voir, ou pas. Je suis de plus en désintéressée des films avec du sang, du sexe, du rire graveleux ou beauf. Je n’aime pas trop la science-fiction et quand les thrillers sont compliqués, ça m’ennuie. Donc « La La Land », sur sur ces plans-là, m’aura séduite car il était tout le contraire. Des couleurs, des étoiles, du jazz. Je n’en demande pas plus et puis, c’est vrai aussi, que j’aime assez les films lents. Comme quoi, une grande part de subjectivité compte, quoique le film a séduit beaucoup de monde l’ayant vu. Votre critique aura le mérite de souligner certaines faiblesses rencontrées pour autant. :)

    17 février 2017 at 12 h 13 min
    • Répondre Alexandre

      Merci en tout cas de ce retour très pertinent !

      Une critique, quel qu’en soit le sujet et la volonté de son auteur, sera fatalement subjective et c’est notre capacité à l’interpréter qui est mis en avant lors de ces lectures : pour ma part j’ai du faire une erreur quelque part en me basant sur les oui-dires sur Lalaland, qui n’est finalement pas à mon goût.

      Malgré tout je reste ravi de constater qu’il a plu à certaines personnes :)

      20 février 2017 at 11 h 09 min
  • Répondre auroreinparis

    Ouf, je ne suis pas la seule à ne pas avoir été complètement emballée !

    17 février 2017 at 12 h 08 min
    • Répondre Alexandre

      Eeeet non, parfois la majorité est silencieuse ! Mais en effet ça fait toujours plaisir de voir que nous ne sommes pas des fous, isolés dans notre bulle 😀

      20 février 2017 at 10 h 57 min
  • Répondre Dehell

    Eh ben c’est dommage ¯\_(ツ)_/¯
    J’ai pas trouvé que le film manquait tant que ça de rythme (pourtant j’suis super relou là dessus), au contraire. J’étais vraiment accroché à l’évolution des persos, de leur relation, de leurs rêves, et l’impact que ça avait sur le visuel du film (comme tes deux photos d’illustration le montrent bien). Après j’ai aussi un gros faible pour les récits de personnages passionnés et rêveurs, et le décalage créé entre ce Los Angeles fantasmé et la réalité des deux protagoniste m’a beaucoup plu.

    Cet aspect contraste d’ailleurs avec le précédent film de Chazelle, Whiplash, qui était beaucoup plus viscéral dans sa façon de traiter plus ou moins les mêmes thèmes. J’me suis pas pris la même claque avec La La Land qu’avec Whiplash, en grande partie parce que les romances ont facilement tendance à me lourder, mais ça m’a pas empêché de prendre mon pied. Je vous conseille quand même de jeter un œil à Whiplash histoire de, c’est une de mes plus grosses claques de ces dernières années :)

    17 février 2017 at 10 h 13 min
    • Répondre Alexandre

      Et bien merci du conseil mon cher Dehell pour Whiplash, que je ne connais que de nom !

      Pour Lalaland c’est drôle tu vois, c’est exactement pour les raisons que tu cites dans ton 1er paragraphe que je n’ai pas apprécié : cette évolution, cette histoire et même jusqu’au dénouement, j’ai tout trouvé téléphoné.

      La mise en scène n’y a rien changé, ça m’a vraiment gavé tout le long …

      20 février 2017 at 10 h 39 min
  • Répondre Shayann

    Hello !

    Je suis allée voir La la land suite à toutes ses critiques positives. Ça faisait longtemps que je n’étais pas allée au ciné, en ce moment il est vraiment très rare que je regarde un film en même temps que tout le monde !

    Personnellement j’ai bien aimé ce film, je n’en suis pas sortie déçue, mais je comprends tous les reproches que tu en fais. C’est vrai que le film est un peu longuet mais les scènes musicales viennent redonner un peu de rythme quand il faut. Que ce soient des reprises sympathiques ou des compositions douces et mélancoliques, j’ai vraiment apprécié la bande sonore du film.

    J’ai apprécié aussi son petit côté « hors du temps ». Dans quelle époque le film s’inscrit-il vraiment ? Je lui trouve une aura un peu années 60 bien que les acteurs soient équipés d’iPhone et autres technologies contemporaines.

    Certaines scènes un peu oniriques et sujettes à l’interprétation de chacun ont eu un effet rafraîchissant pour moi. Je ne m’attendais pas à les trouver au milieu de ce récit et je les ai appréciées. La scène finale dont tu parles d’ailleurs en fait partie selon moi. Je l’ai aimé parce qu’elle était à la fois belle et triste, mais réaliste. C’est à la fois une happy ending et ce n’en est pas une. J’aime la complexité de cette scène et je me suis aperçue qu’elle pouvait être interprétée différemment selon le spectateur.

    Tout cela fait que j’ai bien aimé le film, mais je n’irais pas jusqu’à dire qu’il était parfait et je n’en suis pas ressortie aussi enchantée que beaucoup d’autres.

    16 février 2017 at 20 h 26 min
    • Répondre Alexandre

      Je n’avais même pas remarqué les anachronismes, tu me cloues avec cette histoire d’Iphone, dam Oo

      Enfin, à mon tour je comprends tes arguments et je suis ravi si tu as pu apprécié ton visionnage, il en faut tout de même 😀

      20 février 2017 at 10 h 36 min
  • Répondre LaGeekEnRose

    Critique très juste, moi j’ai été un peu + touchée mais par moment oui! les longueurs sont chiannnnntes. Après pas le film de l’année pour moi comparé à Your Name ou Eddie The Eaggle.

    16 février 2017 at 20 h 26 min
    • Répondre Alexandre

      Je ne connais pas le second mais on m’a également beaucoup parlé de Your Name ! Mais du coup je suis refroidi avec ce Lalaland … mon visionnage attendra le DVD 😀

      20 février 2017 at 10 h 29 min
      • Répondre LaGeekEnRose

        Si tu es cinéphile et que tu aimes l’animation japonaise, je te le conseille :)

        28 février 2017 at 12 h 03 min

    Laisser un commentaire