La Terre du Milieu : l’Ombre de la Guerre

Catégorie : Jeux Vidéo
terre du milieu ombre de la guerre

Il y a de ces jeux discrets dont on entend peu ou pas parler, malgré un potentiel sur le papier énorme. Cela a été le cas pour le jeu La Terre du Milieu : l’Ombre du Mordor, sorti il y a quelques années et qui a été noyé sous un flot de critiques alternant entre le non-respect de la licence de base ou encore au sujet des limites du gameplay.

Pour ma part, je l’avais énormément apprécié. C’est donc avec joie que j’ai accueilli l’annonce de sa suite, l’Ombre de la Guerre, afin de me replonger au sein des terres de Sauron en compagnie du spectre auquel nous sommes liés, Celebrimbor. Après un marathon-visionnage de la trilogie originale avec Madame en guise de piqûre de rappel, il était temps de réincarner Talion, le héros du jeu. Alors, verdict après l’avoir fini ? Et bien le moins qu’on puisse dire est que je me suis é-cla-té 😉

ombre de la guerre balrog

Mon cœur de fan ne peut s’empêcher d’être satisfait lorsque l’environnement, dès l’introduction, est incroyablement familier. La quête de l’anneau est une nouvelle fois au centre des débats, et ce malgré avoir repoussé l’ombre du Seigneur des Ténèbres à la fin du 1er opus. Mais il s’agira d’un anneau un peu particulier cette fois-ci, celui dont Celebrimbor rêve depuis qu’il a forgé l’Unique, un anneau qui ne pourrait être corrompu par Sauron.

Cela peut paraître un peu redondant mais le tout est bien amené, notamment avec des nouveaux personnages comme Arachné jouant le rôle d’un tiers fondu aux intrigues de la Terre du Milieu depuis longtemps mais ne se révélant que maintenant. La suite, vous la découvrirez vous-mêmes et je ne saurais vous dire autre chose que de prendre garde au Roi-Sorcier et ses Nazgûls, particulièrement présents ici …

Les plaines du Mordor sont vastes et vous serez amenés durant votre quête à en explorer les moindres recoins. Divisées en régions dans lesquelles vous trouverez autant de paysages différents, les quêtes y seront elles aussi nombreuses. Comme précédemment, vous aurez le droit à des classiques missions de libération de capitaines, de piège à tendre à des gradés de l’armée de Sauron afin de pouvoir les corrompre et les prendre sous votre aile. Car oui, le système « Nemesis » vous permettant d’infiltrer dynamiquement l’armée adverse, avec des ennemis qui se souviendront de vous, est toujours d’actualité et c’est une très bonne chose car il fonctionne très bien.

ombre de la guerre talion celebrimbor

La grosse nouveauté dans cet épisode sera la capture de forts. Dans chaque zone vous rencontrerez une place forte gardée par une armée locale avec à sa tête un Chef de Guerre des plus féroces. Il vous faudra donc infiltrer l’armée en recrutant des partisans, tuer des généraux pour rendre le siège qui suit plus aisé. Et la prise de celui-ci jouit d’une mise en scène des plus spectaculaires qui m’a totalement fait oublier la répétitivité, souvent nécessaire, de ces captures réparties dans tout le Mordor.

Et du contenu à foison, il y en a aussi dans les quêtes qui sont toutes plus variées les unes que les autres. En effet, plusieurs d’entre elles sont réparties en ce que je qualifierai de « quêtes secondaires importantes », à l’instar des quêtes de loyauté de la saga Mass Effect. Et honnêtement le niveau est assez égal en qualité et vous fera découvrir l’incroyable bestiaire de l’univers Seigneur des Anneaux. Juste pour vous donner envie, il se peut par exemple que vous soyez amenés à vous confronter à Tar Goroth, le Balrog qu’affronte Gandalf dans les films …

Enfin, l’histoire globale était vraiment très intéressante, avec un crescendo dans les dernières heures de jeu assez épique. Et même si je trouve toujours un certain manque de charisme à notre ami Talion, j’ai eu plaisir pendant des dizaines d’heures à retrouver son gameplay nerveux qui s’enrichit au fil des compétences débloqués dans l’arbre de talents disponible. Et si on peut regretter une difficulté parfois inégale entre l’orc de base que l’on croise en mission et les boss souvent très relevés pouvant rebuter, le fait est que j’ai pris un pied d’enfer à jouer à ce jeu, que je conseille à tous les fans de la licence, et même les autres 😉

Article précédent

Laisser un commentaire