La Désolation de Smaug

Catégorie : Cinéma

1

Comme le 1er épisode de cette nouvelle trilogie prenant place dans l’univers de la terre du milieu, Le Hobbit 2 : la Désolation de Smaug fait parti de ces films que l’on attend avec impatience, comme une valeur sûre, en cette fin d’année.

Et oui, même si le néophyte de ce monde fantastique peinera à attraper le wagon en cours de route, les fans de la licence savent qu’il va s’agir une nouvelle fois d’une réussite. Et cette fois encore, c’est en effet ce qui se passe quand on sort de la salle : on vient de passer un bon moment sans voir les presque 3h de film passer !

4

Comme l’indique cette image ainsi que le titre, Smaug le dragon va ici jouer un rôle majeur. Et oui on reprend là où l’histoire s’était précédemment arrêtée, à savoir la vision du royaume d’Erebor. Celui-ci parait d’ailleurs assez proche et pourtant il faudra à la compagnie de Thorin traverser une nouvelle fois des dangers insoupçonnés afn d’atteindre leur but.

Cette compagnie est composée du prétendant au trône des nains Thorin Ecu-de-Chêne, de nains tous plus roux les uns des autres, le magicien gris Gandalf et bien sûr le hobbit Bilbon Sacquet désormais détenteur du presssieux anneau de pouvoir, conférant l’invisibilité à son porteur.

Sans trop en dire, les orcs menés par leur chef Azog ne seront pas ici la menace principale. En effet les arachnophobes en prendront pour leur phobie, et les humains de la ville d’Esgaroth vont jouer un rôle majeur. Les elfes sont également de la partie, avec Legolas, Tauriel, ainsi que leur roi Thranduil en acteurs majeurs. Amis, ennemis ? La frontière est parfois mince …

2

Comme dit précédemment, on ne voit pas le temps passer. Comme pour le Voyage inattendu, la Désolation de Smaug est parfaitement rythmé et sont parfaitement alternés phases d’actions et phases calmes  où l’on découvre souvent l’ampleur de la menace qui grandit dans l’ombre, le retour d’un ancien ennemi que tous avait oublié …

Malgré le contexte assez sombre, l’humour est une nouvelle fois présente et certainement pas oubliée avec ces nains tous plus butés les uns que les autres. On retrouve également l’ampleur de certaines batailles, non pas par le nombre (ne vous attendez pas à retrouver un autre affrontement du même genre que celui de Minas Tirith), mais par le gigantisme. Sans spoiler, il se pourrait qu’enfin dans cet épisode la Confrérie affronte enfin le « dragon dans la montagne ».

Le point négatif qu’il faudrait souligner, si tant est que c’en soit un, c’est la fin. Là où le 1er épisode donnait envie de voir la suite, disons que là c’est un peu plus brutal, on ne peut même pas considérer cela comme une fin ouverte puisqu’on sait qu’il s’agit là d’une nouvelle trilogie. De part le fait, la suite est déjà prévue et on a juste la mauvaise impression qu’on nous coupe le film en plein milieu d’une scène d’action, un peu comme quand Voldemort récupère la baguette de Sureau sur la tombe de Dumbledore : terriblement frustrant …

En bref c’est une nouvelle fois un très bon film. On passe un bon moment dans cet univers fantastique bien connu et la découverte de ce nouvel adversaire tapis dans l’ombre dont le pouvoir ne cesse de croître n’augure que du bon pour la 3ème partie de cette trilogie, et de nombreux affrontements épiques sont à venir. Il semblerait donc que nous nous dirigions vers un nouveau final en apothéose, dont le dénouement ne se fera que dans trop longtemps ! En attendant, voici la bande annonce :)

Article précédent Article suivant

1 commentaire

  • Répondre Alexandra

    Les puristes, fans du bouquin, en général n’aiment pas, comme pour la première trilogie. Perso j’a adoré. C’est un super divertissement, on est frustré par la fin, mais surtout parce qu’on sait qu’il va falloir attendre 1 an pour connaître la suite. En tant que femme, j’ai beaucoup aimé l’acteur qui interprète Bard l’archer 😉 Autant je suis deg qu’ils fassent un remake de The Crow, autant le choix de cet acteur n’est pas si mal :p

    8 avril 2014 at 14 h 29 min