Insaisissables 2

Catégorie : Cinéma
insaisissables 2

J’aime quand le Cinéma me surprend et voir des films ou leur suite sortir alors que je ne m’y attendais pas, c’est top ! Cela faisait un moment que je n’avais pas vu le film Insaisissables, depuis sa sortie en salles à vrai dire, et voir que le 2 a fait son apparition en salles m’a tout coup incité à le revoir, avant de partir en direction des salles obscures.

Du coup, c’est avec l’intrigue bien à l’esprit que je me suis rendu à la séance, et avec également des premiers retours assez durs sur la qualité du film. Il ne serait pas foncièrement mauvais, mais carrément moins bon que le 1er. Du coup afin de me forger ma propre opinion j’y suis aller en laissant à l’entrée mes a priori. Verdict !

insaisissables 2 daniel radcliff

Pour apprécier, au sens objectif du terme, cet Insaisissables 2, je vais d’abord vous dire ce qui m’avait fait adorer le 1. C’est fun, nerveux, et la magie y est exploré de manière extrêmement moderne au risque de tomber dans l’impossible techniquement parlant, mais c’est tellement bien amené qu’on se laisse bercer. Des rebondissements nombreux et un cliffhanger de fou sur lequel je m’étais fait avoir ont fini de m’achever.

De cette suite j’attendais donc les mêmes choses, même si forcément certains éléments, certains procédés dans la mise en scène et la révélation des explications sont déjà connus. Mais le casting m’avait aussi intrigué avec la présence d’un certain Daniel Radcliff qui a troqué sa baguette de Sureau pour un jeu de cartes. Et dès le début, le rythme reprend ses droits.

En effet, l’immersion est rapide lorsque l’on apprend très vite que les « 4 cavaliers » vont reprendre du service, après avoir découvert l’émissaire de l’Oeil en fin de film précédent. Enjeux différents mais pas trop, tours extrêmement rapides et captivants, la magie de l’introduction opère, et ce malgré une nouvelle cavalière assez irritante tant par sa voix que par son rôle, bien trop sous-estimé. Sa magie à base de trucages/blessures avait du potentiel mais n’aura pas été assez exploité à mon goût. Et par la suite, tout s’essouffle un peu.

insaissibles 2 jesse eisenberg

Révélations et personnages sortis d’outre-tombe vont s’enchaîner à un rythme fous, voir trop fou. Si revoir certains visages charismatiques du 1 fait plaisir, constater que leur rôle s’appauvrit dans une certaine redondante lourdeur, ça gâche tout. Ca arrive à presque tous, avec pour point culminant le moment où Daniel Radcliff arrive. Comment ? Pourquoi ? Qui est-il et surtout que veut-il à nos héros ? Vous le saurez dans le film, mais la raison ne vole pas bien haut.

Le dernier tiers de l’intrigue se concentre sur le désormais habituel « gros coup final » qui nous sera comme pour chaque effet, expliqué méticuleusement (un peu trop parfois). Et le dénouement va là-aussi me décevoir avec son envie de trop bien faire. On sent qu’ils ont voulu donner une ampleur à ce que devienne les Cavaliers et ce qu’il découvre mais, concrètement, il n’y a pas grand chose. Un 3ème épisode de ce qui serait alors une trilogie ne m’étonnerait pas plus que ça.

En conclusion, voici ce que je peux dire du film sans trop vous en dévoiler : ce film n’est ni très bon, ni très mauvais comme j’ai pu le lire. On y passe comme pour le 1 un très bon moment sans temps morts mais fatalement, il souffre de la comparaison avec le 1er, qui était vraiment génial sur pas mal de points. Dommage qu’ils pêchent à trop vouloir en faire comme en donnant davantage de profondeur au récit et aux personnages, cela aurait pu être une suite d’anthologie. La magie est toujours là, mais elle s’essouffle clairement.

11 août 2016
Article précédent Article suivant

9 Commentaires

  • Répondre Solene

    J’ai regardé ce film et je dois dire que je n’ai pas réellement été impressionnée. Cela dit, j’ai été ravie de voir Daniel Radcliffe dans un autre rôle que celui du sorcier Harry Potter :)

    8 novembre 2016 at 7 h 05 min
  • Répondre Seilin

    Assez d’accord avec toi! J’ai passé un bon moment, il y a un fort potentiel, mais l’intrigue n’est pas aussi bien que le premier pour ma part et j’ai tout de même été légèrement déçue au final.
    Sur la fin, on pense clairement à un nouvel opus, mais je pense que c’est assez ouvert pour leur laisser le choix justement!

    15 août 2016 at 18 h 03 min
    • Répondre Alexandre

      Moui, mais je les mets en garde dans ce cas : faire une nouvelle suite reviendrait à corriger les erreurs du second opus, qui est déjà perfectible … on verra où ils nous mèneront, car je suis certainement d’une trilogie, mais attention à la faute de goût et la redite !

      25 août 2016 at 11 h 18 min
  • Répondre MarionRusty

    Oui la magie s’essouffle car elle reprend les mêmes techniques que le premier volet, pourtant j’ai passé un bon moment et le film remplit son contrat: nous divertir. C’est un gentil blockbuster oubliable.

    13 août 2016 at 14 h 25 min
    • Répondre Alexandre

      « Un gentil blockbuster oubliable » voilà qui résume de manière plus synthétique que je ne saurais jamais le faire le film ! C’est ça 😀

      25 août 2016 at 11 h 16 min
  • Répondre Sweet Judas

    J’avais déjà pas trouvé le premier opus transcendant (le coup du mec qui met de côté sa vengeance pendant trente ans pour assurer sa couverture ridicule de flic blasé, nan, c’est trop gros même pour toi Mark, j’achète pas)… Pour tout te dire, je me suis même endormie devant (et pourtant, POURTANT, y’avait Woody Harrelson dedans hein). Alors le deuxième opus, je pense que je vais passer mon tour. Jesse Eisenberg, je l’aime seulement quand il chasse des zombies avec son copain et sa veste en peau de croco.

    12 août 2016 at 14 h 05 min
    • Répondre Alexandre

      En effet si tu n’avais déjà pas apprécié le 1er film, tu n’aimeras pas plus celui-là c’est certain. Et j’imagine que depuis mon retard de réponse, ça n’a pas évolué de ce côté 😀

      Il est vrai que sa couverture c’est un peu gros malgré tout. On en apprend davantage sur cette vengeance justement dans le second, mais … je ne sais pas … sans rien dévoiler, c’est vraiment bâclé de ce côté-là, j’ai personnellement été déçu du trop grand nombre de retournements de situation, qui finalement nuisent au pitch de base.

      25 août 2016 at 11 h 16 min
  • Répondre Je suis un gameur.com

    Eh oui c’est souvent le problème des deuxièmes opus… Comment continuer à captiver le spectateur ? Il y a sûrement des solutions mais quand une recette fonctionne, pourquoi l’abandonner ? C’est là l’éternel dilemme !

    12 août 2016 at 0 h 51 min
    • Répondre Alexandre

      Oui, le tout est d’arriver à la synthèse entre la nostalgie et des nouveautés salvatrices. Ici, sans pencher totalement vers la redite, on manque quand même d’un petit quelque chose :)

      25 août 2016 at 11 h 07 min

    Laisser un commentaire