Final Fantasy XV

Catégorie : Jeux Vidéo
final fantasy xv

Je ne fais pas partie de ces personnes ayant particulièrement attendu ce jeu alors qu’il se nommait encore Final Fantasy Versus XIII. Bien sûr la sortie de chaque épisode de la saga est un petit événement en soi et j’ai toujours plaisir à le découvrir. Mais j’ai appris que souvent, à trop attendre de quelque chose, la déception n’est pas bien loin …

C’est pourquoi, pour des raisons de survie face au spoil également, j’ai décidé pendant la campagne infinie de communication autour du jeu de n’en voir que très peu, pour ainsi dire rien, hormis les deux démos Duscae et Platinum. Je débutais ainsi l’histoire Final Fantasy XV, riche de son introduction Kingsglaive, le plus sereinement du monde, impatient d’en savoir davantage.

ffxv noctis

N’ayez toutefois craintes durant votre lecture des futures lignes, rien dans mes écrits ne spoilera l’aventure. Comme toujours je tâcherai de vous raconter mon expérience de jeu sans gâcher la vôtre. Attention toutefois à la galerie d’images à la toute fin, j’y partagerai les images recueillies pendant mon aventure tellement il y en a, et tellement je n’ai pas su les départager pour illuster cet article.

Conformément aux promesses faites durant les trailers et lors des démos du jeu, le titre est tout d’abord résolument orienté combats en temps réel. Clairement une des grandes interrogations des joueurs, on oublie ici le tour par tour (avec la possibilité de « geler » les affrontements grâce à un mode spécifique ou pour dispenser les objets curatifs/offensifs à notre disposition) au profit de quelque chose de bien plus nerveux. Amateur de gameplay classique laissant le temps à la réflexion j’ai eu du mal à m’y faire mais après avoir fini le jeu … je ne peux plus m’en passer, j’adore la nervosité et la grandeur des affrontements !

Et plutôt que de rebondir sur les combats pour parler d’une caméra parfois hasardeuse (qu’il est aisé de dompter, même en intérieur), je vais vous parler d’une autre promesse, celui du mariage de l’univers Final Fantasy et sa légende du cristal avec des composantes et un monde résolument modernes. Ainsi, il ne sera pas anormal d’ici croiser des chocobos avant de prendre le volant de son Audi pour se rendre au supermarché du coin afin d’acheter des potions et autres Queues de phénix. Un mélange que j’avais beaucoup de mal à ingérer de prime abord une nouvelle fois et puis … la magie a finalement opéré, et l’alliance des deux mondes se déroulent très naturellement. Un pari pas gagné d’avance, mais réussi.

L’histoire est évidemment au cœur des débats avec un affrontement de fond entre l’empire du Niflheim, conquérant, menaçant le royaume du Lucis d’invasion. Et je dis bien « de fond » car même si durant le scénario nous sommes amenés à directement interagir dans cette guerre, c’est finalement quelque chose de plus subtil qui nous attend, de plus grand. Et par « nous » j’entends le prince Noctis et ses 3 compagnons : Ignis, Gladiolus et Prompto. Un groupe très hétérogène que l’on apprend à connaître et apprécier grâce à la mini série Brotherhood les mettant en scène et nous en apprenant leur passé. Un indispensable que je vous conseille à tous !

Pour revenir à la trame principale, il est à noter que certains manquements sont se font sentir. Ils ne m’ont en aucun cas empêcher de comprendre les tenants et les aboutissants de … ce qui nous est donné de voir et de faire, mais souvent durant les cinématiques je me suis dit « tiens, on aurait pu avoir les détails de [événement random], au lieu de nous balancer ça à brûle-pourpoint ». Cette sensation se fait surtout sentir lors de la seconde partie du jeu lorsque les révélations se font plus présentes, davantage encore à partir du chapitre 13, décrié pour son gameplay original, mais que j’ai adoré en tous points.

Un autre sujet de polémique de ce que j’ai pu lire ici-et-là est justement cette dissociation du jeu en 2 parties : la première qui se prête davantage à de l’open-world avec une multitude de quêtes annexes pas toujours passionnantes tant en terme d’originalité que de contenu. C’est là que vous passerez la majeure partie de votre aventure et à juste titre tellement le contenu est riche et votre aventure, finalement libre. A la suite d’un certain événement concernant Noctis et les siens, l’aventure prend une autre tournure et tout s’accélère en terme de récit. Ainsi oui le titre devient plus linéaire dans sa construction mais non moins plaisant me concernant. Que voulez-vous, Final Fantasy X n’est pas mon FF préféré pour rien : la linéarité ne me dérange pas si elle est au profit d’un récit captivant, et c’est le cas ici tellement le rythme est haletant.

ffxv chocobos

Enfin, je vais vous parler de l’immersion globale que nous procure le jeu. Il va sans dire que ce qui frappe d’abord, ce sont les graphismes : c’est simple, ils sont magnifiques. Les paysages sont tels que je n’avais pas vu un tel niveau depuis Uncharted 4 et The Order : 1886, les deux plus beaux jeux au monde qui existent actuellement. Après il faut faire attention aux gros plans et bugs de texture qui jouent parfois des tours, mais très globalement, on prend une claque de chaque instant. Quel pied de parcourir les plaines du monde à dos de chocobos et d’en contempler le moindre mouvement ! Et que j’ose pas vous dire la sensation ressentie lorsqu’une invocation survient … devant répondre à certaines conditions avant de pointer le bout de leur majesté, le résultat est conforme à nos attentes, exceptionnel.

Un gros travail a également été fait, comme toujours, au niveau de l’ambiance sonore. Les thèmes sont magnifiquement entraînants, tantôt épiques collant à des combats dantesques, mais également plus sombres et lourds lorsque le besoin s’en fait sentir. Et si on retient le fameux air des chocobos lorsqu’on les chevauchent, je me suis aussi laissé réellement surprendre par le climat des donjons. Musique quasi inexistante, jumpscares auxquels nous ne sommes pas habitués, cette partie du jeu a été agréablement inattendue. Et à propos de surprise inattendue, que dire de la possibilité d’écouter au volant de la Regalia certaines pistes audios des anciens Final Fantasy … du génie !

Enfin, avant de vous laisser avec la galerie d’images retraçant mon aventure (et celle de Madame, qui a shootée pour l’occasion), je voulais faire un petit point sur la durée de vie du titre. Je l’ai fini en 40h de jeu sans faire le quart de toutes les quêtes annexes et donjons disponibles, ce qui vous offre un aperçu du potentiel. A noter que l’end-game est monstrueux avec la possibilité d’explorer des donjons secrets, bastonner des créatures autrefois inaccessibles, etc. De quoi vous occuper, comme moi encore actuellement, un bon moment.

Alors en conclusion, ce Final Fantasy XV est-il le messi tant/trop attendu ? Peut-être pas car certains passages, sans empêcher la bonne compréhension du scénario, sont avares en scènes qui pourraient densifier le récit et pas mal de « micros-défauts » viennent ternir l’expérience (bordel, pourquoi on ne peut pas prendre plusieurs chasses en même temps, hein ?). Malgré tout j’ai été happé par l’histoire de Noctis et des siens, et de ce qu’ils deviennent. Leur épopée est modernico-fantastique et le résultat est extrêmement prenant, poignant, jusqu’aux dernières secondes de jeu. S’il ne détrône pas FFX dans mon coeur, il s’en rapproche sur certains points. Et pour vous ? 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

19 décembre 2016
Article précédent Article suivant

10 Commentaires

  • Répondre Neoraptor (@Lihan_li)

    Coucou Alex !

    Après avoir fini le jeu hier soir, dormi pour me remettre de mes émotions (ou pas), je peux enfin te faire mon retour dessus, et je crois qu’on tombe d’accord sur pas mal de choses.

    …Pfffuuii, je ne sais même par trop où commencer, je suis encore bouleversée par cette fin (et comme j’écoute l’OST en même temps, ça aide pas #AutoFlagellation).
    Ce FF est pour le moins nouveau et déconcertant. J’ai adoré l’idée du road-trip avec mes potos, de découvrir qui ils étaient, de partager un moment de leurs vies, de modernité dans ses décors sauvages. En fait, si je devais résumer l’aventure en un mot, ça serait nostalgie. J’ai comme l’idée qu’en nous faisant des clins d’oeils par rapport aux anciennes aventures (les musiques des anciens FF, Biggs et Wedge -> clin d’oeil FFVIII et autres…), de faire le jeu sous forme de retour dans le passé, de ses 10 ans d’attente, c’est le sentiment que les concepteurs ont voulu faire naître en nous. Ca me fait penser également au cliché de Prompto, comme si ses photos étaient là justement pour ranimer ses moments d’échanges, pour nous souvenir. Enfin, je le vois comme ça.

    Cependant, même si mon coeur a été touché. Tout comme toi, je trouve que l’aventure est loin d’être parfaite. Je suis habituée à des FF avec des scénarios un peu plus « creusé ». L’idée est bonne, mais certaines choses sont mal exploités, ou juste passer sous silence =/ Je crois que j’aurais accepté d’attendre encore un peu pour avoir une aventure plus complète.
    Le gameplay m’a un peu déconcerté aussi (coucou le tour par tour) mais j’ai fini par m’y habituer en passant par le mode « stratégie » qui me correspondait au mieux à mes attentes. Je déplore également les quêtes secondaires qui sont basiques ou d’une pauvreté à faire pleurer…alors qu’on pourrait y ajouter des détails importants/intéressants pour le jeu/perso etc. C’est là qu’on comprend tout l’enjeu d’avoir vu Kingslaive et Brotherhood pour comprendre certains points de l’histoire.

    Bref, FFXV est loin d’être parfait, mais il a le mérite d’apporter un tournant dans son histoire, et je l’ai beaucoup apprécié. Je dirais même qu’il se place bien dans le top 5 de mes FF préférés.

    PS : L’OST EST PARFAIT <3

    26 décembre 2016 at 11 h 08 min
    • Répondre Alexandre

      Et bien, après relecture (elle se sera fait attendre), quelle analyse intéressante tu nous apportes concernant le côté clins d’oeil/nostalgie. Tu as tout à fait raison et je me rends compte que j’aurais pu/dû y consacrer un paragraphe entier 😮

      L’ombre de Sin au loin quand on est sur la berge au sud/est, le météore qui fait penser au logo d’FFVII, et tout ce que tu évoques … ils sont forts !

      Maiiis en effet il ne faut pas avoir d’œillères et certains défauts sont là quoi qu’on en dise. L’OST met heureusement tout le monde d’accord :)

      3 janvier 2017 at 16 h 11 min
  • Répondre Shayann

    Déjà, un mot sur ta réaction face au marketing et à la communication du jeu. Je me suis totalement retrouvée dans ton comportement puisque je fais exactement la même chose. Actuellement, j’esquive comme je peux les vidéo de gameplay et autres de Horizon, Zelda, The Last Guardian, et autres.
    Sinon, bravo pour l’écriture de ton test :)

    20 décembre 2016 at 13 h 11 min
    • Répondre Alexandre

      Merci Shayann !

      Oui, ça n’est pas facile dans le monde actuel et sa politique de sur-com de tout esquiver … magazines, web, même dans une file d’attente ou dans un bus on peut se faire spoiler une chose que nous ne voulions pas voir.

      C’est dur d’avoir de la volonté dans ce monde de brutes :)

      22 décembre 2016 at 11 h 00 min
  • Répondre manidos2

    Ton test est très bien alex et donne vraiment envie mais perso je vais attendre les differentes majs car en ce moment trop de jeux en cours xD

    19 décembre 2016 at 19 h 57 min
    • Répondre Alexandre

      Hehe tu as bien raison d’attendre, c’était mon cas avant la sortie du jeu d’ailleurs : j’ai fini celui en cours (Xeno 2) pour pouvoir m’y atteler tranquillement, puisque depuis peu je ne joue plus qu’à un gros jeu à la fois :)

      Du coup personnellement j’aurai la flemme de refaire le jeu pour les scènes ajoutées/mises à jour, je me connais, tu devrais donc profiter d’une expérience encore plus grande que la mienne et pour 30/40€ a priori, enjoy !

      22 décembre 2016 at 9 h 14 min
  • Répondre Hibou

    Dis donc, je suis assez surpris de voir un article aussi posé et raisonnable. Tes tweets sur le jeu laissaient quand même supposer que tu avais adorissimé (mais si, ça existe, je suis sûr, non, ne va pas regarder dans le dico).

    Et pas un mot sur la pêche! :p

    19 décembre 2016 at 19 h 50 min
    • Répondre Alexandre

      Non c’est vrai je ne me suis pas étalé sur les quêtes annexes, je ne me reconnais pas O_o

      Et sinon, tu doutais de ma mesure, de mon intégrité et de mon objectivité, enfoiré ? <3

      22 décembre 2016 at 9 h 12 min
  • Répondre Nico'

    Salut,

    Étonné de pas avoir non plus de commentaires ici mais bon c’est pas grave je peux crier First comme un sale kikou que l’ont a tous envie de taper ^^

    Bon pour revenir au vrai sujet, le test est bien écrit, récence un peu tout les points, cependant, de ton côté, tu as trouvé les quêtes annexes, (choix ton mot selon ce que j’ai pu lire sur le web) redondante/chiante/nulle ?

    Et si tu cherches à en prendre pleins les yeux, tout en ayant une bonne histoire et un bon gameplay, Rise of Tomb Raider m’a bluffé sur de nombreux points même en le comparant à Uncharted (ce qui me chagrine mon petit coeur de fanboy) :D.

    Merci de ton avis !

    19 décembre 2016 at 19 h 33 min
    • Répondre Alexandre

      Mon cher « First-tête-à-baffes »,

      Oui en terme de claque j’ai joué à Rise of Tomb Rider sur 360 et on était déjà ravi avec Madame, alors j’imagine que sur next-gen ça doit être encore plus impressionnant ! Peut-être un jour en promo :)

      Quant aux quêtes secondaires d’FFXV elles sont reloues principalement pour une raison : 90% concernent les mêmes pnjs aux mêmes endroits qui te les filent, du coup niveau originalité c’est 0 et RP aussi, tu peux les enchainer à l’infini jusqu’à résolution, c’est pas très passionnant … il faut vraiment varier son jeu en les faisant sinon c’est ennui assuré 😮

      20 décembre 2016 at 14 h 25 min