Xenoblade Chronicles X, le sauveur de la Wii U

Catégorie : Jeux Vidéo
Xenoblade Chronicles X

Non vous ne rêvez pas, je vais vous parler d’un jeu Wii U. Le dernier remonte à Mario Kart 8 (en 2014, tout de même) et force est de constater que quasi aucun jeu ne m’a attiré sur la console, passés les « classiques de Nintendo ». Et pourtant, voici qu’un Xenoblade Chronicles X sauvage apparaît !

Xenoblade Chronicles, j’en avais entendu parler sur Wii comme l’un des meilleurs RPG qui soit sur consoles Nintendo, voir sur consoles tout court. N’ayant pu l’acquérir en version physique de part sa cote démesurée, je l’ai acheté en version dématérialisée. Mais sur les conseils de connaisseurs (Majora’s Mark en tête), j’ai préféré entamer l’aventure X avant, les liens entre les deux épisodes étant plus que faibles. Alors, la Wii U a-t-elle ici trouvé son sauveur ? Réponse :)

xenoblade_chronicles_x_review_b.0

Une aventure épique, voilà ce qui m’avait été vendu. Et désireux d’enfin connaître une vraie grande aventure sur Wii U c’est dans cet esprit que j’ai commencé le jeu. Space opera clairement futuriste, le titre plonge très rapidement le joueur dans le bain dans ce qui n’est pas sans rappeler l’invasion de la Terre par les Moissonneurs dans Mass Effect. Et ouais, rien que ça.

Du coup le joueur, ou la joueuse puisqu’on peut personnaliser son personnage à loisir, se réveille sur une planète inconnue, secouru par une escouade que nous n’allons pas quitter, ou si peu, jusqu’à la fin du jeu. Ainsi, notre quête va avoir pour but de répondre à ces questions : « Pourquoi ce crash ? » « Qui est l’auteur de l’attaque visant à détruire notre vaisseau ? » ou encore « Qui suis-je ? » « Quelle est cette planète ? ».

Et puisque j’évoque la planète, c’est l’occasion pour moi d’en dire davantage sur les environnements que nous sommes amenés à voir et explorer durant notre aventure. Ils sont magnifiques. Immenses, riches, immersifs, même le défaut que je pensais être rédhibitoire dans mes premières heures de jeu est finalement une richesse : la faune. On trouve de tout dans les différentes régions, des packs de monstres très faibles, d’autres plus isolés à des niveaux bien plus élevés que le notre, mais près desquels il faut parfois passer durant l’aventure. Ainsi, la sensation de « monde sauvage » est réelle avec son lot de prédateurs et ennemis plus puissants que nous qu’il faut apprendre à éviter plutôt que de combattre.

Concernant l’environnement, une autre chose frappe également assez vite : l’ambiance sonore. Peut-être le point que j’ai à la fois le plus apprécié mais qui peut également se révéler agaçant. Vous savez comme les tubes qui peuvent passer à la radio qui sont super sympas à la première écoute, sympas à la 10ème mais quand on l’entends une 100ème fois, ils deviennent gonflants. Ici c’est pareil, il existe des pistes audios vraiment extraordinaires, de l’épique au triste en passant par de très entraînantes musiques d’ambiance, j’ai franchement adoré ce que j’ai entendu, moi qui accorde tellement d’importance à ce que j’écoute en jouant. Mais comme celles-ci sont associés à une zone/type d’action bien précise, à force, attention à l’overdose !

a-vast-open-world-that-you-ll-never-grow-tired-of-exploring-726434

Autre point à deux visages, le système de combat. Le moins que je puisse dire est que mes débuts dans le jeu furent bien calamiteux, et jusqu’à la fin du titre j’ai eu des questions sur certaines fonctions. La faute au parfois surplus d’informations qui nous est donné. C’est gentil de nous faire des sliders-tutoriaux sur des choses que l’on débloque où qu’il est possible de faire, mais en avoir parfois 5 ou 6 à la suite à la fin d’un chapitre, c’est trop. Pour moi qui ne me souvient plus de ce que j’ai fait ce matin, j’oublie vite. Et ce que j’oublie devient une lacune pénalisante et frustrante par la suite. Et ça, ça m’énerve.

Mais revenons au système de combat à proprement parler : accessible, riche et complexe à la fois, il vous permettra de développer le style de jeu que vous préférez avec plus d’une dizaine de classes disponibles, avec autant de sorts différents pour chacune. Ainsi vous pourrez attaquer à distance, maitriser plutôt le corps-à-corps ou bien favoriser le soin et le soutien de vos alliés. Mais le meilleur survient au milieu de l’histoire lorsque vous débloquez les Skells, ces Gundams ultra-modernes qu’il est possible d’acquérir dans l’aventure et avec lesquels vous pouvez combattre, vous balader … ET MEME VOLER ! Rien n’est plus kiffant que ce dernier point, vraiment, l’exploration prend une toute autre tournure … et les combats aussi :)

Du reste, le scénario brumeux au départ se décante petit à petit pour faire naître en nous de plus en plus de questions, voir une curiosité certaine. L’histoire est prenante et les personnages ont une âme … à défaut d’avoir un visuel. Car oui, si les méchants sont très bien lotis à ce niveau et sont tous très classes, nos héros sont ternes, lisses, au premier degré. C’est d’ailleurs ce qui empêche le jeu d’atteindre des sommets dans mon cœur de joueur : l’émotion et l’immersion qu’on pourrait ressentir est souvent gâcher par des textures dégueulasses et une inexpressivité des personnages. La musique tente maladroitement de rattraper des passages parfois cruciaux, mais force est de constater que ça ne fait pas toujours mouche. Malgré tout et en y mettant du sien, on parvient à voir au delà, à constater la profondeur du récit.

Pour venir à terme de cette aventure épique, vous devrez compter une centaine d’heures, en moyenne. A titre d’exemple je n’ai moi-même pas chercher à faire toutes les quêtes annexes du jeu et pourtant j’ai atteint les 85h sans forcément, pour conclure l’aventure. La durée de vie est donc colossale, et bien plus encore si vous souhaitez tout faire de fond en comble. Je ne peux pas vous mentir en vous disant que le contenu secondaire est passionnant dans son ensemble, mais certaines composantes le sont vraiment : principalement la rencontre de nouveaux personnages dont on aimerait connaître davantage l’histoire pour ma part.

En définitive et puisque je ne veux pas vous gâcher le plaisir de la découverte, Xenoblade Chronicles X est ce que j’espérais qu’il soit : le sauveur de la Wii U, un de ces jeux que l’on achète obligatoirement avec la console. J’ai d’ailleurs oublié d’évoquer un fait important : l’utilisation du Gamepad est utile dans le jeu ! A chaque session il m’était impossible de m’en passer, que ce soit pour les voyages rapides, des informations liées aux quêtes, gagner de l’argent, etc. Du coup il est vrai que malheureusement, il y aura beaucoup de « paliers psychologiques » à franchir pour voir le bout de l’aventure. Une difficulté parfois mal dosée, des explications sur le gameplay et les possibilités en jeu qui le sont tout autant ou encore une animation du faciès des personnages qui laisse à désirer sont autant de facteurs qui ont failli me faire arrêter. Pourtant, en se forçant et je l’avoue sans honte, en demandant parfois de l’aide en ligne, j’ai découvert en Xenoblade le meilleur RPG auquel j’ai joué depuis longtemps. La fin de l’histoire laissant présager une suite, je ne souhaite que ça afin que Monolith Software puisse corriger les petites erreurs de parcours et replonger de nouveau sur les terres de Mira :)

Article précédent Article suivant

12 Commentaires

  • Répondre Peb

    J’attendais ce titre avec impatience et j’ai finalement attendu avant de me le procurer. J’ai entendu beaucoup de déception à son sujet mais tu me redonnes envie de le prendre. Il va falloir désormais que je sois patient pour le trouver à bon prix, a côte a déjà bien grimpé!

    8 mars 2016 at 22 h 46 min
  • Répondre prophetie91

    Le RPG d’une génération. Malheureusement , il ne sera pas le jeu qui sauvera la Wii U mais il la marquera de son empreinte indélébile, c’est certain. Il est le genre de titre sur lequel on se retournera dans 10 ans, en se disant  » ahh mais oui ! Il y avait ce jeu incroyable sur cette console ! ». Tout n’est que démesure et entre les multiples prises de risques, il y a forcement des ratés. Mais comment leur en vouloir….l’aventure est belle, elle m’a marqué…On pardonne tout aux génies. ^^

    Tu sais ce qu’il te reste à faire hein ?? TU LE SAIS !!!!! XD

    http://legamerbarbu.com/xenoblade-chronicles-x-test-galactique/

    Au cas où ton GPS serait HS…..hihihihi.

    1 mars 2016 at 0 h 07 min
      • Répondre prophetie91

        J’avais déjà lu ta review concernant Xenoblade Chronicles. Je vais aller jeter un œil sur celle-ci. ^^

        1 mars 2016 at 9 h 38 min
        • Répondre Alexandre

          Les gars qui font les panneaux publicitaires quoi 😀

          Pour ma part ne vous en faites pas, je ne vous oubliais pas !

          1 mars 2016 at 9 h 52 min
        • Répondre Majora's Mark

          J’espère que tu arriveras jusqu’à la fin, et j’ai hâte de lire tes commentaires.

          1 mars 2016 at 10 h 54 min
    • Répondre Alexandre

      C’est certain que déjà aujourd’hui si on me demande un titre sur Wii U, je ne saurais citer que lui ! Rien à foutre des jeux Mario qui sortent sur chaque console sans vraiment d’innovations …

      Du coup, je me demande si c’est parce que c’est une perle ou le seul vrai bon jeu de la console qu’en effet on lui pardonnera certains défauts 😀

      1 mars 2016 at 9 h 55 min
    • Répondre sharnalk

      >

      Le RPG d’une génération. Malheureusement , il ne sera pas le jeu qui sauvera la Wii U mais il la marquera de son empreinte indélébile, c’est certain

      C’est un peu de ce que je me suis dit en lisant le titre. J’avoue que ce qu’on m’a dit sur l’histoire et les quêtes annexes m’ont un peu rebutés. En tout cas j’avais adoré le premier.

      Le ressenti d’Alex sur le milieu du jeu (le robot , le robot, le robot !!!) est l’aspect clairement du jeu qui à contrio me donne envie ^^

      6 mars 2016 at 10 h 27 min
      • Répondre Alexandre

        Le Skell (ce grand robot/gundam géant), ça change clairement la donne et renouvelle tant l’exploration que les combats, un énorme plus ! :)

        7 mars 2016 at 21 h 05 min
  • Répondre aishitsuzukeyo

    Maintenant, il ne te reste qu’à vivre l’histoire incomparable du prédécesseur ! Autant celui-ci est excellent, autant le premier est inoubliable.

    29 février 2016 at 22 h 39 min
    • Répondre Alexandre

      Héhé, il dort toujours sur la Wii U depuis la promo de décembre. Prêt à être lancé :)

      1 mars 2016 at 9 h 53 min
      • Répondre Majora's Mark

        Tu vas voir : une histoire bien meilleure, des personnages bien plus profonds et des musiques de fouuuuuuuuu. Par contre au niveau graphismes, faudra enfiler tes lunettes de la nostalgie (ce qui n’empêche pas certains environnements d’être hallucinants)

        1 mars 2016 at 10 h 54 min

    Laisser un commentaire