Lucy, ou le trip sous acide de Luc Besson

Catégorie : Cinéma

1

Lucy, un film qui sort un peu de nulle part en ce qui me concerne. Avant la sortie ciné, je n’en avais jamais entendu parler, rien, pas même l’ombre d’un petit buzz sur internet. Et puis les affiches ont commencé à pulluler, les avants-premières également, et avec elles les premières critiques.

J’aurais à ce propos tout lu : « Luc Besson a touché le fond avec ce film », « Besson renoue avec la SF avec brio », j’en passe et des meilleures. Mais comme souvent il faut se forger un avis soi-même, et que le pitch ne présage rien n’extraordinaire mais avec des pistes pour être malgré tout un film sympa, j’y suis donc finalement allé. Verdict.

3

Le moins qu’on puisse dire, c’est que de la Science Fiction il y en a, aucun doutes là-dessus. Je ne sais même pas par où commencer tellement ça part dans tous les sens, surtout dans le dernier quart d’heure. Je vais donc vous raconter le pitch de base tout en essayant de ne rien vous spoiler, comme à l’accoutumée.

Nous sommes donc ici en présence de Lucy, une jeune fille comme toute autre, qui va être sélectionnée parmi d’autres afin de devenir une « mule » au service d’une mafia en transportant une nouvelle drogue expérimentale. Oui mais voilà, certains événements vont se produire, et cette drogue va être ingéré par son organisme.

Résultat : les capacités de son cerveau sont démultipliées et elle va pouvoir accéder à son ensemble progressivement. Les plus cinéphiles d’entre vous se souviendront de Limitless (mon 3ème billet sur le blog il y a bientôt un an !) dont l’intrigue était la même, mais le traitement totalement différent. Car si Bradley Cooper utilisait ses capacités pour son incroyable développement personnel (mais donc plus structuré, plus cohérent et ne berçant pas dans la SF), Lucy elle aura une vision plus … globale, métaphysique.

5

Cette histoire est narrée d’une manière plutôt rythmée de bout en bout, grâce à un parallèle entre une Scarlett Johansson qui découvre ses « capacités » et un Morgan Freeman, ici professeur de philosophie, qui explique ce qu’un être humain pourrait accomplir s’il pouvait avoir un tel niveau de connaissances : télépathie, télékinésie, contrôle du temps et de l’espace, etc.

Le film offre ainsi des pistes de réflexion intéressante sur le but de l’être humain sur Terre. Pourquoi sommes-nous là ? Dans quel but existons-nous ? Mais le souci est qu’à peine les cartes distribuées, les paliers d’évolution de Lucy s’enchainent, et on est plus occupé à tenter de maintenir son attention sur une histoire qui part très loin, sur le devenir du personnage avec tant de connaissances, que réellement réfléchir soi-même sur les questions amenées ici.

C’est d’ailleurs dans ces moments là que la SF est omni-présente, osant concrètement nous montrer ce qui nous parait improbable et inconcevable, nous humains de 2014. Le parti-pris de Besson dans son interprétation de ce que donnerait un être humain avec ces capacités est pour le moins … particulière, et on berce parfois même dans le fantastique.

Il ne me sera pas possible de poursuivre cette critique sans en dévoiler davantage, c’est pourquoi je m’arrêterai là et attends avec impatience les retours en commentaires de celles et ceux ayant vu le film. Personnellement il en ressort que finalement, la SF n’est peut-être pas mon délire, ou du moins quand il se veut trop « vraisemblable » comme ici. Vraiment, c’est très perché dans le dernier quart d’heure du film et je comprends désormais les avis divergents, qui finalement comme souvent traduisent les différences de sensibilité entre spectateurs.

Article précédent Article suivant

23 Commentaires

  • Répondre Tiloa

    Comme souvent je me retrouve à regarder le film bien après tout le monde ^^ » mais je me souviens souvent des articles que j’ai vu passer sur le blog sans les avoir lu car j’attends de voir les films généralement ! Bref, me voilà !

    J’ai plutôt apprécié le film en ce qui me concerne. Vu le sujet, je pense qu’il aurait du durer plus longtemps car effectivement les derniers pallier s’enchainent trop rapidement et ça fait beaucoup à avaler d’un coup pour le téléspectateur.
    J’ai plus accroché au début qu’à la fin car le niveau de métaphysique est tellement intense sur la fin qu’il faut du temps pour le digérer oui !
    J’ai aimé le jeu d’actrice de Scarlett Johanson en tout cas :) surtout au début où elle est paumée dans ce qui lui arrive je l’ai trouvé très crédible en tant qu’humaine « lambda » projettée dans un monde qui n’est pas le sien.
    J’aurais aimé voir une utilisation plus profonde du perso de Morgan Freeman mais bon le film est tellement court par rapport à l’immensité du sujet abordé !

    L’évolution de Lucy liée à ses acquisitions de nouvelles capacités du cerveau est intéressante mais du coup elle est un perso « tout puissant » et les autres font bien maigres à côté d’elle (au secours le flic français). Evidemment elle se suffit à elle même (malgré ce qu’elle dit au flic en question avec un pseudo baiser tout pourri) donc c’était pas trop étonnant mais encore une fois tout va trop vite !

    18 décembre 2014 at 21 h 59 min
  • Répondre tinalakiller

    Comme tu l’as peut-être lu sur mon blog, j’ai détesté ce film de A à Z. En gros j’ai trouvé le film débile et prétentieux, une sorte de gros mix entre National Geographic, 2001 L’odyssée de l’espace et The Tree of Life et pour moi Besson confond beaucoup de notions. Je n’ai pas non plus aimé Scarlett Johansson (pour moi elle est ultra mauvaise) ni son personnage trop antipathique, jamais attachant.

    19 septembre 2014 at 18 h 30 min
    • Répondre Alexandre

      J’ai vu oui, et ton commentaire confirme :)

      19 septembre 2014 at 20 h 46 min
  • Répondre Yuan

    Je l’ai pas encore vu, il est sur ma to-watch-list, mais je voudrais juste réagir sur une tendance globale qui émerge ces dernières années de dire qu’une oeuvre a été réalisée sous drogue dès que c’est créatif.

    « ohlala mais qu’est-ce qu’ils ont pris les développeurs / les réalisateurs ?! »

    Comme si être créatif, ça n’existait plus, comme si pour être créatif fallait complètement être pété au crack dans un coin de taudis lugubre.

    Ou peut-être que d’un point de vue des images, ça fait vraiment penser à un trip sous acide, je sais pas xD

    8 septembre 2014 at 23 h 36 min
    • Répondre Alexandre

      Je ne dis pas ça par hasard, la fin surtout fait REELLEMENT penser à ça :)

      8 septembre 2014 at 23 h 47 min
      • Répondre Yuan

        Ok ahah en tout cas il est sur ma liste de film à voir, je me jetterai dessus quand il sortira en DVD, pas le temps d’aller au ciné malheureusement

        18 septembre 2014 at 19 h 05 min
  • Répondre marie

    Pas vu…j’ai eu beaucoup d’avis divergents. en plus de ça je n’aime pas l’actrice principale… aïe ! ^^

    8 septembre 2014 at 15 h 55 min
  • Répondre Cécile

    Et bien moi j’ai beaucoup aimé ! Comme toi je comprends tout à fait que la fin peut ne pas plaire. Mais j’ai adoré tout ce tourbillon de sensations, de retour dans le passé… et surtout la rencontre avec la 1ère femme. Parce que le titre du film n’est pas anodin et est lié à cette Homme préhistorique !

    J’ai vraiment du mal à expliquer pourquoi j’ai aimé ce film en réalité, je pense qu’il est beaucoup basé sur le ressenti du spectateur :)

    1 septembre 2014 at 17 h 19 min
  • Répondre Samia

    Franchement j’ai beaucoup aimé la première partie du film ! J’adore l’idée, comment elle a été tournée… Mais franchement au bout d’un moment, comme tu dis, c’était vraiment très très science-fiction et pour moi ça part trop en live, un vrai « trip » comme le dit si bien le nom de ton article…

    22 août 2014 at 15 h 29 min
    • Répondre Alexandre

      Content de trouver quelqu’un qui a eu exactement le même ressenti :)

      Le film avait du potentiel, mais est parti loin, trèèèès loin.

      22 août 2014 at 15 h 56 min
    • Répondre Sylvain

      Je ne vais pas souvent au cinéma et j’aurais du m’abstenir d’aller voir cette grosse [BIP] De Lucy, soit les acteurs n’ont pas lu le script soit ils ont été grassement payer pour accepter de jouer dans ce truc bien pourri car là Besson il a carrément craquer

      27 août 2014 at 8 h 53 min
      • Répondre Alexandre

        Ouch, voilà une critique bien amère, désolé pour toi l’ami ^^

        Sans être aussi dur que toi, je ne pense pas que tout soit à jeter non, mais rallonger le film déjà pour amener plus de réflexions/explications, ça aurait été pas mal. Après, pour le délire final, là …

        27 août 2014 at 9 h 15 min
        • Répondre Sylvain

          Je suis d’accord avec toi sur le fait de rallonger le film c’est vrai qu’avant la fin je me suis demandé si le film continuait ou s’arrêter là et quelle déception de voir que non.

          27 août 2014 at 13 h 01 min
  • Répondre AnahAddict

    J’ai vu l’affiche du film avec Scarlett Johansson, j’ai fait « oh tiens ça m’intrigue », j’ai vu « Luc Besson » j’ai fait « mouais bon un autre jour » (oui je suis méchante). Enfin bref j’ai pas envie de dépenser 8€ pour ça, en plus à peine 1h30 de film (oui je suis encore méchante).

    19 août 2014 at 13 h 06 min
    • Répondre Alexandre

      Haha mais qu’elle est vilaine !

      Réalisateur mis à part (je n’en suis ni n’en vomi un en particulier) en effet je ne conseille pas ce film, tu ne louperas pas ta vie en restant chez toi :)

      19 août 2014 at 14 h 44 min
  • Répondre Rétro'spective d'une parisienne

    Je découvre ton blog avec cet article sur le film Lucy, et également avec quelques autres billets lus sur Hellocoton. Une vraie belle découverte, une plume affirmée et une pensée bien tournée, bref, que du plaisir pour la littéraire amoureuse de la lecture et de l’écriture que je suis.
    Tu viens de gagner une lectrice supplémentaire !
    Quant au film Lucy, j’ai moi même été le découvrir la semaine dernière, et je dois dire que si mon ressenti est mitigé, globalement, je pense qu’en n’en attendant pas trop, on ne peut qu’être globalement agréablement « surpris » par un film bien ficelé, avec une trame de fond un minimum plus recherchée que la plupart des traditionnels films de SF ou d’action, une porte ouverte à une réflexion volontiers philosophique et métaphysique, bien que le film n’explore à mon sens pas suffisamment cette piste pour s’inscrire dans la conventionnelle trame hollywoodienne. Mais de belles portes ouvertes qui nous donnent envie de réfléchir plus en profondeur à la sortie de la salle.
    Et en bonne fan de Scarlett que je suis, j’avoue, j’ai aimé, bien que ce ne soit pas le film du siècle.

    17 août 2014 at 13 h 38 min
    • Répondre Alexandre

      Et bien, le moins qu’on puisse dire c’est que lire des retours comme ça fait bien plaisir, surtout quand on s’implique lors de l’écriture à être le plus aéré et agréable possible pour le lecteur. Merci !

      Plutôt d’accord avec toi sinon, hormis que cette fameuse réflexion philosophique nous a certes été amenée de manière assez claire, mais l’action générale du film, assez soutenue, ne m’a pas laissé le temps de réellement y répondre, ou du moins d’y réfléchir. Le film aurait gagné à être allongé de 20/30min pour pallier cela je pense, mais bon comme tu le dis ce n’est pas le film du siècle alors, ne soyons peut-être pas si pointilleux :)

      17 août 2014 at 17 h 20 min
  • Répondre Leydorn

    Les Gardiens de la galaxie sont beaucoup plus accessibles que Lucy, donc oui, allez les voir, là au moins personne ne sera dépaysé, moi ça va, c’est toujours mieux de rester sur une bonne impression.

    14 août 2014 at 18 h 44 min
  • Répondre Mona Champaign

    Je note le « avec brio » ! 😉

    12 août 2014 at 14 h 31 min
  • Répondre agrippine

    entendu parler la semaine dernière comme le dernier besson super attendu, me suis dit pourquoi pas, l’histoire a l’air sympa, puis vu quelques critiques de ce genre et on a abandonné l’idée…tu me fais croire que jne ne loupe rien de particulier finalement..
    on va donc plutot attendre mercredi pour les gardiens de la galaxie :)

    11 août 2014 at 8 h 31 min
    • Répondre Alexandre

      Je pense que tu ne loupes rien en effet ^^

      Pour les Gardiens de la Galaxie, je suis pas mal intrigué, ne connaissant pas du tout cette licence. J’attendrai de voir quelques retours pour voir s’il s’agit d’un peu plus que d’un film d’animation/espace/super-héros.

      11 août 2014 at 9 h 48 min
  • Répondre Necro

    Femmes violentes, check (Nikita, Leon, Colombiana)
    Poursuite et voitures de police détruites, check (Taxi 1-2-3-4-5-6-7 …)
    Mafieux asiatiques, check (Taxi n° ??)
    Dauphin (lol !) , check (Le grand bleu)
    Femme dont le destin « sauve », check (5è élément)
    Pan pan boum boum, check (tous les derniers Besson)

    Bref, un gros mélange de tout ce qu’à pu faire Besson, et pas forcément le meilleur …

    A ça on rajoute un délire façon 2001 de Kubrick mais sans le talent de Kubrick, Morgan « Caution Sagesse » Freeman dans une clonage parfait de ses derniers rôles (Transcendance, quelqu’un ??) et un film bouclé en 20mn car dès qu’elle OVER 9000 !!!, euh, à 20% et qu’elle défonce tout, le film n’a plus d’intérêt plus des trucs pompés à droite à gauche (comme lire les communications réseau, ça vient de la série Alphas) et on a une bonne grosse daube sans intérêt aucun.

    1h20 de perdu.

    C’est de la «  » » »SF » » » » (je mettrais plus de guillemets, mais bon) pour gentil spectateur se laissant attendrir par les jolies couleurs, c’est tout.

    10 août 2014 at 22 h 59 min
    • Répondre Alexandre

      N’ayant pas été voir Transcendance je n’ai pas pu faire le lien pour Morgan Freeman, mais en effet après vérification c’est carrément de l’abus …

      Décidément, bien peu de choses sauvent le film.

      11 août 2014 at 10 h 12 min

    Laisser un commentaire