Liberté

Catégorie : Actualités

Nous avons vécu un moment historique. Un putain de moment historique. Les derniers événements en France vous les connaissez : un terrible attentat dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo. J’ai ainsi expérimenté avec ce qu’il s’est passé un sentiment particulièrement désagréable, l’impuissance.

Je devais rédiger en tant que prochain article un billet sur l’excellente série Marco Polo que j’ai d’abord repoussé, pour finalement l’échanger en terme de publication avec celui-ci. Le but ne sera pas d’y polémiquer, d’y convaincre, mais juste d’exposer mon ressenti à l’aide de cette plateforme, de mes écrits. J’ai donc choisi de vous raconter chronologiquement mon 7 janvier 2015.

B6xdUFoIEAAtuyf

Mercredi 7 avant de quitter le boulot je vois ça-et-là dans mon flux d’actus Twitter des messages relayant une intrusion au siège de Charlie Hebdo. L’information venant du blog de Jean-Marc Morandini, je m’en suis d’abord méfié de part le côté polémiste du média mais en rentrant chez moi j’ai découvert l’ampleur de ce qu’il se passait, du choc qui venait de se produire : mon pays a été victime d’un acte terroriste en son cœur.

Après la stupéfaction est venu l’embrasement des réseaux sociaux, comme jamais je ne l’avais vu auparavant. L’affaire Nabilla me parait bien loin et bien maigre en comparaison de ce qui se déroule sous mes yeux. La vidéo des deux terroristes en fuite abattant un policier au sol désarmé a très vite circulé. N’ayant lu que la description de ce qui s’y trouve, j’ai choisi de ne pas la regarder, le voyeurisme n’étant pas mon truc. Mais déjà on a une idée de la froideur et de la barbarie de ces individus, si le massacre orchestré à Charle Hebdo n’avait pas suffit.

Par la suite rien ne s’est arrangé lorsqu’on apprend qu’ils habitaient à Reims et qu’un troisième homme, plus jeune, résidait lui à Charleville-Mézières. Charleville, j’y suis né, y ai grandi, et y habite actuellement. Reims, j’y ai fait mes études. Putain … et comme si ces nouvelles ne suffisaient pas, j’apprends que le RAID, unité d’élite de la police nationale, est envoyée aux deux endroits pour y traquer les suspects.

Et déjà se développe le côté malsain des réseaux sociaux : je lis certains messages indiquant que le jeune de Charleville ne pouvait être complice des deux autres puisqu’il était en cours dans son lycée au moment des faits. Volonté de certains à faire le buzz en inventant des faits, ou réalité terrible traduisant un lynchage médiatique … d’un innocent ? La soirée qui est plutôt une nuit se termine sans que pour autant on ne retrouve les auteurs de la tuerie.

je suis charlie

Et là pendant la nuit les premières questions : et si on les retrouve, on fait quoi ? J’ai pu constater, parfois à mes dépens, que la questions divise énormément. Pour ma part j’ai essayé de raisonner de manière pragmatique, comme souvent, mais pourtant j’en suis arrivé à la même conclusion que celle que me dictait mes tripes : ces gars devaient crever. Par les forces de l’ordre lors d’une intervention ou par un membre des familles de personnes décédées, mais ils devaient, ces personnes ont perdu le statut d’être humains. La justice en France les auraient condamnés au mieux à l’isolement à vie, logés/nourris alors que des français qui travaillent vivent dans la rue, ça me dégoûte rien que d’y penser.

Je sais que ce que je dis est dur et que peut-être certains vont être surpris, choqués, sans pour autant être capables de dépasser le stade du « je pense comme ça, tout le monde doit penser comme ça », franchement, désabonnez-vous de mes pages sur les réseaux sociaux : c’est que vous ne me connaissiez pas vraiment et que j’ai fait une erreur de jugement en vous croyant comme moi, capables d’accepter le fait que le monde n’a pas une et unique position sur tout.

Le lendemain de cette funeste journée a été très étrange également : personnellement, difficile de décrocher de mon téléphone ou des réseaux sociaux pour être au courant des dernières avancées de ce qui est la traque du siècle. Pourtant pas de localisation concrète des criminels en fuite et, comme pour compenser, un climat terrible mêlant inquiétude, indignation, et colère. Colère qui est d’ailleurs au coeur des débats entre plusieurs catégories de la population : ceux faisant l’amalgame entre musulmans et extrémistes voulant tuer tout le monde, ceux critiquant ceux qui veulent tuer tout le monde, mais aussi certains soutenant les actes qui se sont produits, mais qui n’ont de couilles que sur les réseaux sociaux, et qui sont bien contents d’être dans cette France dans laquelle ils grandissent mais qu’ils fusillent pourtant aisément.

Ce qui est dangereux avec ces amalgames c’est celles et ceux ne dissociant pas le terrorisme d’une religion quelconque. Blâme-t-on l’ensemble des chrétiens pour les méfaits du Ku Klux Klan ? Non. Pourquoi alors blâmer les musulmans pour les actes d’extrémistes en dissociation totale avec l’idéologie de la religion qu’ils prônent ? S’ils avaient crié « Pour la gloire de Jésus » en massacrant les 12 victimes de Charlie Hebdo, aurait-on fait une chasse aux sorcières ainsi ? Je ne pense pas. Les extrémistes devraient mourir parce qu’ils menacent les libertés de chacun, les croyants devraient pouvoir le rester en toute sérénité, quelque soit le dieu qu’ils ont choisi. Je n’évoquerai pas les « solutions » toutefois parce que je n’en ai pas, je ne suis ni un politique ni un érudit qui aurait toutes les cartes. Si je ne serais pas tendre avec des terroristes avérés, la question de « comment les détecter » est entière, mais doit être résolue dans cette période d’après 7 janvier 2015, ou nous arriverons à d’autres drames.

charlie

Vendredi matin, aucune nouvelle des deux fugitifs. Médias qui en dévoilent trop, sentiment d’insécurité total, et toujours cette frénésie de l’information. Et puis tout bascule : une course-poursuite entre nos forces de l’ordre et les forcenés qui vont finalement se réfugier dans une imprimerie. Parallèlement, une prise d’otages dans une épicerie par une personne indiquant être en lien avec les deux frères, exigeant leur libération sous peine d’exécution d’otages.

La tension est alors à son comble et les heures sont interminables. Le GIGN, RAID, GIPN et autre composante de nos forces de l’intervention encerclent les terroristes et on assiste à un déploiement tactique sans précédent : trafic suspendu, isolement total des bâtiments. On parle d’hélicoptères … et même d’un tank ! C’est ouf, ce qu’il se passe est ouf. Le monde est ouf. Et puis à 17h en quelques minutes tout bascule : un assaut simultané est lancé et les coupables de la tuerie dans Charlie Hebdo sont morts, sans aucune victime parmi les otages … durant l’intervention.

Bravo. Bravo à nos forces de l’ordre d’avoir attraper ces raclures en 48h, surement possible plus tôt si les médias ne révélaient pas autant d’informations, mais là c’est un autre débat. Bravo et merci de permettre au soufflé de retomber, à cette tension de s’apaiser. Alors oui rien n’est fini, les extrémistes il y en aura toujours, dans tous les pays, et il y en avait déjà avant. Est-ce que ce qu’il s’est passé va les galvaniser pour commettre d’autres atrocités ? Peut-être. Mais je choisi de ne pas vivre dans la peur qu’ils veulent mettre en place, qu’ils tentent immiscer en chacun de nous. Nos brigades d’intervention répondront présents de nouveau, et de nouveau nous gagnerons, de nouveau nous serons debouts.

Pour autant la fracture sociale dont tout le monde parle ne devrait pas exister. Tous les mouvements de soutien que l’on voit ici-et-là sont présents pour défendre la liberté d’expression, ce même type de liberté que certains reprochent à d’autres parce qu’ils ne réagissent pas de la même manière qu’eux. On peut ne pas être effrayé, mais respecter le voisin qui l’est. On peut être athée et respecter les croyances de chacun. On peut ne pas vouloir la peine de mort pour des individus comme ceux que l’ont a traqués pendant deux jours, et respecter ceux dont c’est la volonté.

Ce respect, c’est la liberté.

Article précédent Article suivant

8 Commentaires

  • Répondre tinalakiller

    Un très bel article, sincère et argumenté à la fois. #Jesuischarlie

    11 janvier 2015 at 12 h 11 min
  • Répondre La belle bleue

    Bien dit ! mon sentiment, je l’ai donné sur FB donc tu le connais, il est assez proche du tien d’ailleurs.

    10 janvier 2015 at 22 h 36 min
  • Répondre Cleophis

    Tu te doutes bien que je ne suis pas en accord avec tout mais si cela peut te faire du bien d’en parler sur ton blog, c’est positif. :)

    10 janvier 2015 at 20 h 10 min
    • Répondre Alexandre

      Je crois me douter, oui :-)

      Me faire du bien je ne sais pas, mais comme je l’ai dit sur la page FB, je me voyais mal rédiger/vous faire lire un article joyeux après ces événements, et puis je voulais poser par écrit pas mal de choses. C’est désormais fait !

      11 janvier 2015 at 12 h 47 min
  • Répondre Doc-addict

    Je crois que tu as su exprimer une partie de ce que je ressens, et je t’en remercie pour cela.

    10 janvier 2015 at 15 h 52 min
  • Répondre florian

    Très beau billet Alex ;)! tu as mis en exergue de nombreux points essentiels, et je remarque que beaucoup de personnes se sont mobilisé et se sont unis, quelque soit leurs religions, face à ce drame! tu as véritablement raison sur le fait que l’on ne doit pas faire d’amalgames entre religions et extrémisme!.. Le monde entier nous a soutenu, nous, Francais, devant cette horreur! j’espère juste que cette union continuera, car c’est ensemble que nous deviendrons libre!.. Apprendre à respecter son prochain et soi même sera déjà une grande avancée!..

    10 janvier 2015 at 15 h 25 min
  • Répondre iWebgirl

    Tout est dit, et bien dit, et tu connais mon avis sur la question. :)

    10 janvier 2015 at 14 h 35 min
  • Répondre Sand

    Beau billet Alex. Merci

    10 janvier 2015 at 13 h 29 min