La planète des singes : les origines

Catégorie : Cinéma

1

Si quand j’ai entendu parler pour le première fois du folklore Planète des Singes j’ai été perplexe (ben oui des singes qui parlent, dit comme ça, c’est pas super engageant), mais après avoir regardé les films je me suis rendu compte qu’il y avait une vraie histoire derrière.

Un scénario global donc, liant plusieurs films, où les singes comme les humains véhiculent autant d’émotions l’un que l’autre. Diffusé dimanche soir sur TF1 (encore eux), c’est l’épisode intitulé « Les origines » que je vais critiquer ici, car déjà à l’époque de sa sortie ciné, je l’avais a-do-ré !

6

Ici l’action se déroule dans notre époque, où les singes sont donc des animaux comme les autres, incapables de prononcer plus que des cris pour communiquer. Le point de départ va donc être ce qui me faisait peur à la base, des expériences génétiques … Original, non ? Et bien en fait même si le pitch de départ laisse à désirer, le traitement associé va faire oublier les origines (oh oh) de l’histoire tellement le spectateur va être pris dans l’évolution de César, le « héros » principal du film.

Ces fameuses manipulations ont donc pour but de lutter contre la maladie d’Alzheimer, favorisant le développement des cellules cérébrales, et devinez qui partage le plus de son patrimoine génétique avec le nôtre pour devenir de parfaits cobayes ? Le singe bien sûr. Et c’est là que César, le singe adopté par Will Rodman (interprété par Jales Franco), entre en scène. Sans vous révéler pourquoi ni comment (oui je reprend les bonnes habitudes du non-spoil !), il possède de naissance ce virus lui permettant de développer des capacités cognitives hors normes, et on va ainsi assister à son incroyable développement.

De simple animal il va évoluer au delà de toutes les attentes imaginables, jusqu’au point ou cela deviendra incompatible avec une vie « humaine », en captivité. La rencontre avec d’autres singes est inévitable, et cela donnera d’ailleurs lieu à certaines des meilleurs scènes du film. César usera d’intelligence pour survivre dans ce monde nouveau, parmi les siens. Là aussi il gravira les échelons un à un jusqu’à en devenir le leader, jusqu’à les libérer tous.

5

Je m’arrêterai là concernant le scénario qui se veut très immersif de César et ses nouveaux potes, pour qui on se prend d’une énorme empathie, et ce grâce à une motion capture (vous savez ce procédé par lequel on créé artificiellement un corps et ses moindres mouvements à l’aide de capteurs placés sur le corps d’un acteur) de haute volée. Et pour « interpréter » le personnage principal, c’est Andy Serkis qui s’y colle, celui à qui on doit l’excellent personnage Gollum de la trilogie du Seigneur des Anneaux.

Le réalisme développé est tel qu’on ressent la moindre expression, le moindre sentiment ressenti par les singes, César en tête de file, les humanisant encore un peu plus, nous faisant nous interroger sur le bienfait des tests sur les animaux, ces pauvres bestioles qui n’ont rien demander à personne, que l’on chasse de leur lieu natal pour servir la science. Sauf que dans ce film pas de bol, l’efficacité du virus sur les singes est telle qu’elle leur permet d’user des atouts de leur corps mêlés à une intelligence sans commune mesure : une mélange dont la mise en scène est exceptionnelle et on se croirait parfois dans un épisode de Prison Break avec un César dont le charisme croît de scène en scène.

Des scènes cultes, une tension constante, des punchlines qui marquent, ce film est une réussite à tous les niveaux. Certaines séquences du film, dont celle d’après générique, laissaient présager une suite probable afin de mieux le lier aux premiers films de l’univers Planète des Singes, où les singes sont complètement devenus l’espèce dominante sur Terre. Et en effet cette suite aura lieu, je vous laisse d’ailleurs les bandes annonces des 2 films pour mieux apprécier le tout. Dépêchez-vous donc de rattraper le wagon si vous n’avez pas vu cet épisode, Les origines, car ça arrive très bientôt, pour cet été :)

Article précédent Article suivant

4 Commentaires

  • Répondre lea

    je trouve que césar est un singe super gentille et intelligent jai regarder le 2 et c’estait trop bien

    6 août 2014 at 19 h 59 min
    • Répondre Alexandre

      Content que tu aies aimé aussi alors, je pense pareil ^^

      6 août 2014 at 23 h 08 min
  • Répondre Jokira

    Super article comme d’habitude ! J’ai moi aussi particulièrement aimé ce film dès sa sortie, et je dois dire que j’ai très très hâte de voir la suite cet été au cinoche ! 😀 Il faut dire que la saga des Planètes des Singes est cultissime ! Vivement l’article sur la Planète des Singes : l’Affrontement. ^^

    14 avril 2014 at 18 h 55 min
    • Répondre Alexandre

      Merci du retour :)

      Oui vivement, j’ai hâte de savoir comment en 4 ans comment tout cela a évolué, même si le trailer en dit déjà long ! Après, il n’y aura plus cette phase de découverte de d’évolution de la race au niveau de l’intelligence, donc à voir ce sur quoi ils vont centrer le scénario …

      14 avril 2014 at 19 h 53 min

    Laisser un commentaire