Les Chevaliers du Zodiaque, la légende du Sanctuaire

Catégorie : Cinéma

1

Même si vous n’avez jamais regardé un épisode d’un des dessins les plus célèbres qui soient, vous ne pouvez pas ne pas connaître les Chevaliers du Zodiaque. Si l’anime est terminé depuis quelques années avec plusieurs arcs narratifs développés dans chaque saison, le film dont il va être question aujourd’hui traite du premier : la bataille du Sanctuaire.

L’exercice d’adaptation est périlleux on le sait. Effets kitsch à mourir, réalisation datée ou encore infidélités à l’oeuvre d’origine, les risques sont grands. Malgré tout, le récent Albator m’avait laissé de très bonnes impressions quant à la qualité visuelle et scénaristique possible des adaptations de ce genre. En est-il de même pour les Chevaliers du Zodiaque ? Réponse.

3

Il y a tout d’abord quelque chose qui frappe : le design de l’univers. Je vous avoue avoir mis plusieurs minutes à m’y faire dans ce parti pris du tout en image de synthèse. Tant sur les personnages que sur les libertés prises dans la représentation du fameux Sanctuaire, je ne spoilerai pas mais c’est … surprenant de prime abord … puis on s’y fait, puisqu’on réalise que c’est le ton donné à l’ensemble du film : un mélange de classe et de WTF.

Nous suivons donc Seiya et ses camarades chargés de protéger la réincarnation de la déesse Athéna, dans une Grèce moderne où chaque personne possède un « cosmos » intérieur que seuls des individus comme nos chevaliers sont capables d’utiliser pour utiliser des capacités hors du commun, propres à la constellation à laquelle ils sont liés. Egalement, ils endossent des armures dont le visuel rappelle parfois le film Tron. De même que pour le reste, c’est parfois limite mais toujours sans dénaturer l’oeuvre originale, ça me va.

Il est difficile de résumer en un film une aventure qui s’étale normalement sur plusieurs heures, et en cela le rythme est extrêmement soutenu. On ne s’ennuie pas une seule seconde et c’est quelque chose de très plaisant. Certains crieront au scandale devant les raccourcis pris sur des combats cultes, mais l’important est là : ce ressenti de puissance omni-présent, parfois à la limite de l’indécence.

6

A ce propos il y aura de grands moments, je pense propre à chacun. Le combat Hyoga/Camus où les Exécutions de l’Aurore de chacun se confrontent est assez énorme, tout comme le final où Seiya enflammera son cosmos à son paroxysme dans une scène qui n’a rien à envier à au gigantisme d’un God of War. C’est énorme, vraiment énorme, j’étais comme un fou sur mon siège.

Le vrai regret sera finalement que le film s’adresse tout de même à des initiés pour être pleinement apprécié. Le film dure 1h30 seulement et aurait gagné, au niveau de l’histoire mais nous l’avons vu aussi au niveau des combats, à s’étoffer. Quelqu’un n’ayant jamais regardé l’anime comprendrait la trame globale parce que ce n’est pas non plus Inception, mais ne saisirai pas forcément toutes les subtilités des relations entre les personnages et leurs psychologies, tout juste évoquées ici (Mü/Doko/Shiryu, Hyoga/Camus, etc).

La difficulté pour ce film est donc là : de part ses nombreux raccourcis et libertés pris, il ne saura pleinement convaincre un grand public pas forcément réceptif à cette histoire de chevaliers ni des initiés exigeants désireux de voir une représentation fidèle à 100%. Malgré tout, j’ai personnellement trouvé que « l’âme » du manga originel était conservée. Est-ce parce que je venais de voir Dragon Ball Evolution qui lui est pour le coup un navet total ? Peut-être … Mais si vous avez l’esprit ouvert, je vous le conseille tout de même, j’ai passé un bon moment 😉

Article précédent Article suivant

9 Commentaires

  • Répondre lamyfritz

    J’ai également bien apprécié cette adapt’… comme quoi la critique mainstream a ses limites, ça fait plaisir.

    28 août 2016 at 22 h 17 min
    • Répondre Alexandre

      Nous ne sommes pas seuls au monde à l’avoir apprécié, ouf o/

      29 août 2016 at 21 h 03 min
  • Répondre sharnalk

    Je n’avais pas vu cet article, curieusement j’aime beaucoup le début du film, le moment où l’on découvre les héros, les quelques nuances sur chacun d’eux. L’humour est assez efficace, non vraiment c’est sympa. Le film tente de prendre son temps au début de la traversée notamment avec la maison du Taureau, et les habiles transitions pour Camu et Deathmask … Après le rythme s’affole … Bien entendu, le film supprime tous les passages auxquels Shun est mis en valeur et donc logiquement le Gold Saint des Poissons.

    La fin avec Saga est assez déconcertante à mon gout, dommage car l’idée de tuer le personnage au moment de la poursuite d’Aiolos est intéressante, voir plus cohérent que dans le manga.

    Le reste, je pense être un fan assez « fermé d’esprit » sur Saint Seiya, car pour moi la licence est et restera sur les magnifiques dessins de Shingo Araki. Je sais que cet avis n’est pas très intéressant et qu’il faut encourager également la technologie, mais ce film n’aura jamais la qualité artistique du troisième film de la licence (ni du second). Sans parler des musiques de Seiji Yokoyama qui avaient magnifiées le tout dans les années 80. Sans ces deux facteurs importants de la licence, oui j’ai forcement du mal, bien que le résultat de ce film ne soit nullement mauvais.

    25 juillet 2015 at 17 h 26 min
  • Répondre La Fille en Geek

    Tout comme toi, je me suis dit que j’allais regarder ce film parce que celui sur Albator m’avait bien plu.
    Dans les mangas d’origine, l’arc narratif du sanctuaire est vraiment bien et envoie du pâté quand même è_é donc s’il fallait commencer par quelque chose au cinéma, c’était pas ça (outre que le fait qu’en plus ce soit le début 😛 )

    Déjà sur l’aspect graphique, pareil, il faut un petit temps pour s’adapter. Mais j’ai envie de dire, c’est comme quand on commence un nouveau manga. Il y a le chara-design qui peut être un peu particulier, et différent de ce dont on a l’habitude, mais on s’y accommode vite. Là, le côté « réalisme en image de synthèse mais en gardant les codes du design manga » peut être un peu déroutant au début mais finalement je trouve que ça passe bien.

    Par contre, comme tu dis, le rythme est hyper soutenu, et dès les premières minutes, Boum les méchants, les voitures qui explosent, la fille en danger, les héros badass… Je pense sincèrement que ça survole trop l’histoire. Pour moi, on dirait un peu un épisode 0 d’une nouvelle saison, celui qui résume vite fait tout ce qui s’est passé dans la saison précédente. Tout traiter en 1h30 c’était impossible, il aurait peut être fallu envisager deux films, voire une trilogie. Moi j’aimais bien tout le drama autour de la mère de Hyoga au fond de l’océan, et le maitre de Shiryu au bord de sa cascade… Le fait que dans la bataille du sanctuaire les chevaliers de bronze accèdent peu à peu à leur 7ème sens… Bien sûr je ne dis pas qu’il faut TOUT reprendre du manga, genre le tournoi pour récompenser les chevaliers de bronze avec l’armure d’or du sagittaire, le vol de cette dernière, puis le fait qu’elle se sépare en morceaux et qu’il faille tous les récupérer un par un, et puis aussi le faux suspense sur l’identité du maître de Seiya, toussa toussa… Mais bon, pour moi il fallait trouver un meilleur compromis entre adaptation fidèle et libertés artistiques.

    En revanche, big up au passage WTF et complètement kitch du chevalier du cancer en mode grand méchant Disney xD J’ai trop kiffé ahahaha.

    24 juillet 2015 at 12 h 09 min
    • Répondre Alexandre

      J’ai longtemps chercher à quoi me faisait penser Masque de Mort et … je crois que tu viens de me donner ma réponse haha, un méchant de Disney, c’est totalement ça ! ^^

      Concernant le film, tu as mis le doigt dessus. Pour contenter plus de monde et davantage respecter l’oeuvre originelle, riche, que l’on connait tous, il aurait fallu allonger le film de 30min/1h ou comme tu le dis, une trilogie pourquoi pas ! Ca aurait été génial, car en effet les événements que tu indiques sont extrêmement poignants pour certains (moi aussi je kiffais la maman de Hyoga T_T) et ça n’aurait qu’améliorer la production :)

      24 juillet 2015 at 12 h 19 min
  • Répondre Sifhel

    Bizarrement ce film ne m’attire pas du tout, je crois que j’ai du mal avec leur parti pris graphique justement. Je le regarderai quand il sera visible sur la toile.

    11 mars 2015 at 17 h 05 min
    • Répondre Alexandre

      C’est très particulier oui, tu as raison de faire ça, ça évite l’éventuelle déception d’avoir payé une place de ciné pour une déception :)

      11 mars 2015 at 18 h 37 min
  • Répondre Sorenette

    J’ai vu plusieurs avis assez catastrophiques sur ce film donc je ne m’attendais pas à voir de critiques positives!
    Personnellement, j’avais détesté Albator, alors je ne pense pas que ce soit fait pour moi x)! C’est vrai que je ne suis pas du tout familière avec les univers en question, mais j’avais envie d’en apprendre plus justement et j’avais été vraiment déçue… En plus, je trouve que leurs images de synthèses manque cruellement d’âme. Ton article est chouette mais ça n’aura pas réussi à me convaincre malheureusement ^^!

    9 mars 2015 at 12 h 08 min
    • Répondre Alexandre

      Merci du retour !

      Mais quelque part … ça ne m’étonne pas, je n’essaie même pas de convaincre parce que je sais très bien qu’il peut déplaire 😉

      Je te le conseille malgré tout quand il sera disponiblegratuitementparlemoyenquelonsait, histoire de te faire une idée.

      9 mars 2015 at 16 h 39 min