Exodus : Gods and Kings

Catégorie : Cinéma

1

Il y a des acteurs comme ça, très peu à vrai dire, que j’aime suivre, et dont l’actualité cinématographie m’intéresse. Si depuis Enemy et Night Call, Jake Gyllenhaal en fait parti, Christian Bale est également un acteur qui donne de sa personne, souvent physiquement, pour l’interprétation de ses rôles.

Comme le titre le suggère ici, Exodus : Gods and Kings raconte l’exode des hébreux fuyant la tyrannie de l’Egypte. Christian Bale y incarne Moïse dans sa quête de liberté pour son peuple. Cette histoire nous la connaissons tous, ou presque, et la question qui va se poser va alors être celle du traitement : s’agit-il ici d’un mythe revisité à la Noé ou d’un simple blockbuster américain ? Comme vous le verrez la réponse est loin d’être évidente …

4

Je dois d’abord vous avouer qu’hormis la comédie musicale « Les 10 commandements » avec Daniel Lévi et son envie d’aimer, de l’histoire de Moïse je n’en connais que très peu. Ajoutez à cela une très mauvaise mémoire, et j’ai eu ainsi le droit de presque en découvrir l’histoire sous mes yeux, histoire dont je vais d’abord tenter un bref résumé.

Un grand pharaon d’Egypte a ainsi deux fils : Ramsès, l’héritier naturel, et Moïse, recueilli bébé par la famille royale, porté par le Nil. Pour bâtir pyramides et autre Sphynx, les travaux titanesques que cela engendrait nécessitaient une main d’oeuvre nombreuse, mais surtout docile : les Hébreux, peuple nomade dont le nom signifie « passer ».

Ainsi on va découvrir les vraies origines de Moïse, qui sera alors confronté à certains choix, certaines décisions, qui changeront la face de l’Egypte. La révolte gronde face à des milliers d’années de servitude et l’éventualité de se libérer du joug des pharaons parait bien loin au début du film. Puis petit à petit celui qui deviendra l’un des prophètes les plus connus de l’histoire étonnera par sa force de conviction, son parcours, son évolution tout au long des 2h30 qui lui sont consacré.

2

Mais voilà ce qui aurait pu être une jolie reconstitution de ce que l’on connait des textes bibliques, même enjolivée comme Noé cité plus haut, est pourrie par de nombreux défauts, à commencer par un casting inégal. Autant Christian Bale a un charisme de fou, autant Ramsès, son frère, le pharaon, conjugue ce que je déteste : à la fois un personnage caricatural au possible et un acteur qui renforce ce sentiment. Une des premières bonnes têtes à claque de l’année.

Une autre chose qui m’a gêné est la représentation de Dieu, ou plutôt de son messager. Sans trop en dire, je n’ai pas du tout adhérer à sa représentation et son caractère … d’enfant gâté. On touche au mysticisme et j’ai trouvé que ça s’en éloignait parfois pour n’être qu’un prétexte afin de déclencher les 10 plaies d’Egypte, notamment à l’origine d’un nouveau souci : le sort réservé aux animaux dans ce film.

Et attention je suis bien conscient de certaines traditions ancestrales qui à l’époque était la norme et je respecte cela, mais ce qui m’a gêné est la représentation parfois gore et gratuite de leur sort. Je n’ai pas ma carte à la PETA mais pourtant ça m’a vraiment dérangé. Chevaux, lapins, crocodiles, tout le monde y passe, et de manière crue : égorgement, dépeçage, éventrement, bref que des trucs sympas.

Exodus n’est ainsi ni parvenu à me divertir, ni à m’apprendre de nouvelles choses. Des tas de petites choses parasitent le film en plus de celles déjà citées : une armée de chars résistant à l’éboulement d’une falaise, la chronologie de l’écriture des 10 commandements, l’absence totale de scènes de vie des Hébreux après avoir quittés l’Egypte, etc. Christian Bale porte le film à lui tout seul et lui permet de rester à la surface (du Nil) afin de ne pas être considéré comme un navet. Un film comme rarement je peux vous en déconseiller.

25 janvier 2015
Article précédent Article suivant

14 Commentaires

  • Répondre Kallyane

    faut que je jette un oeil à ce film malgré tout… parce que je suis une grande fan de l’histoire égyptienne depuis toute petite (moi j’ai vu le Prince d’Egypte… bah quoi, c’est une bonne référence non ? ^^) et que je rêvais d’être archéologue en Egypte plus spécialement (et risquer les malédictions, oui, j’y crois, oui je suis un peu maso !). Au moins je perdrais pas mes sous au cinoche pour aller voir un film à la limite du navet AAAAHEM.

    15 février 2015 at 15 h 22 min
    • Répondre Alexandre

      Oui je pense que tu fais bien :)

      N’hésite pas à revenir quand tu l’auras vu me donner ton avis !

      16 février 2015 at 10 h 51 min
  • Répondre Tequi

    Au départ j’étais dégoûtée qu’il soit interdit ici… et puis finalement ils l’ont autorisé et j’avais plus envie de le voir ! mouarf ! Bon je crois que je jetterai quand même un oeil, mais plutôt sur petit écran avec la possibilité de zapper si ça m’enquiquine !
    Bisous !

    26 janvier 2015 at 16 h 43 min
    • Répondre Alexandre

      Keuuuaa, il a été interdit, vraiment ? Je ne le savais même pas …

      Sinon oui, je pense en effet que c’est la solution la plus avisée :-)

      26 janvier 2015 at 16 h 56 min
  • Répondre Charlie Hawkins

    J’ai également été très déçue du film… j’y allais principalement pour voir Christian Bale, qui me manquait depuis qq temps…
    Je trouve que pas mal de choses sont surfaites… quant à l’incarnation dans un enfant borné, têtu et moqueur… j’ai trouvé qu’il y a avait en lui un esprit vengeur qui n’avait peut-être pas sa place…
    Ramsès a été selon moi très mal interprété… sa nonchalance quant à la vie politique et l’exagération de ses sentiments ensuite…
    Bref je n’en rajouterais pas plus mais heureusement que Bale était là ! Sans acteur confirmé comme lui, ça ne reste qu’un film américain comme un autre… Dommage de le part de Ridley Scott quand on voit son passé de réalisateur !

    26 janvier 2015 at 9 h 02 min
    • Répondre Alexandre

      Mon dieu (pour rester dans le thème), que ça fait plaisir de lire ton commentaire, c’est exactement une synthèse que j’aurais pu écrire !

      « un esprit vengeur qui n’avait peut-être pas sa place… »
      « Ramsès a été selon moi très mal interprété »

      Tout est dit ^^

      Comme toi, j’ai trouvé que Christian Bale tenait comme il pouvait le film, mais ne pouvait à lui seul le porter jusqu’au stade de « bon ».

      26 janvier 2015 at 14 h 34 min
  • Répondre Shayann

    Eh ben dis donc, j’ai pas l’impression qu’on ait vu le même film !

    Je suis d’accord sur le charisme de Christian Bale, c’est réellement un grand acteur et comme tu le dis, les rôles qu’il endosse au cinéma exigent souvent une transformation physique de sa part (parfois spectaculaire, comme dans The Machinist). Dans ce film même, on le voit d’abord beau et en bonne santé, puis un peu plus maigre lorsqu’il quitte le luxe de Memphis et retourne à ses origines modestes (bon gré mal gré).

    Par contre, en quoi as-tu trouvé Ramsès caricatural ? Je pense qu’il fallait qu’il endosse ce rôle, d’enfant un peu trop gâté, qui est devenu un adulte empli de fierté et qui ne sait pas prendre les bonnes décisions pour son peuple, ce qui aura fait de lui un terrible Pharaon. S’il avait été plus sage et plus juste, il n’aurait pas conduit son peuple d’Egypte avec une telle obstination, même face à des éléments qui le dépassent. Il se prend pour un Dieu, il le dit lui même, il pense donc pouvoir faire face aux colère divines qui s’abattent sur son pays. Puis, c’est un peu la folie (le chagrin ?) qui s’empare de son esprit, ce qui le pousse à poursuivre Moïse et les esclaves libérés (après 400 ans de servitude, et non des milliers), oubliant son rang, sa grandeur, se foutant royalement des vies dont il a la charge (il perd bon nombre de son armée dans ce fameux éboulement de montagne, elle n’y survit pas. Il fait juste le choix de continuer, le nombre au départ étant largement suffisant pour compenser les pertes).

    Pour ce qui est de la cruauté envers les animaux, où ? On nous suggère bien quelques sacrifices d’agneaux, mais c’est pour faire face à la pire de toutes les plaies, celle qui emporte les enfants dont les maisons ne sont pas protégées par ce fameux sang d’agneau. Il y a les bêtes malades aussi, qui crachent du sang parce qu’elles en ont plein les poumons, après je ne vois pas trop. J’ai eu de la peine pour les nombreux chevaux morts dans les guerres qui sont montrées, mais on voit ça dans beaucoup de films de ce genre donc ce n’est pas non plus si choquant.

    Enfin, pour la personnification de Dieu (Moïse l’appelle messager à un moment c’est vrai), il faut savoir que Dieu ne paraîtra jamais devant ses prophètes tel qu’il est, mais plutôt tel qu’ils se l’imaginent, pour ne pas les choquer, leur faire peur, les rendre fous, tellement une apparition pure et simple de Dieu pourrait être trop… trop (explication qu’un bon chrétien m’a faite il y a peu). C’est pourquoi, dans la Bible, Il apparaît aux yeux de Moïse sous la forme d’un buisson en feu… bleu. Je ne me souviens pas d’une histoire d’enfant. C’est vrai que dans ce film, du coup ce messager semble capricieux, et très peu magnanime, contrairement à Moïse qui prend plus volontiers en pitié les Égyptiens sur qui s’abattent les plaies.

    Les vrais reproches que j’aurais à faire à ce film, finalement, c’est qu’on se concentre énormément sur Moïse, mais peu sur son entourage (que deviennent sa femme et son fils dans ce voyage sans fin jusqu’à Canaan ? Que deviennent sa sœur Myriam et sa mère adoptive une fois que le voile est levé sur ses origines ? Ne les retrouve-t-on pas parmi le peuple libéré ?) Et puis finalement, je ne comprends pas où sont passées les 2h30 de film, car on ne nous montre pas l’enfance de Moïse, on nous le laisse découvrir au fil de l’histoire, comme un retournement de situation inattendu (lol), on passe très vite sur les plaies d’Egypte qui s’abattent sur Memphis, on ne voit pas Moïse arriver en Terre Promise (si ma mémoire est bonne, il a voyagé toute sa vie pour guider son peuple jusque là-bas, et arrivera très malade aux portes de leur destination, mais Dieu lui accordera de la voir, du haut d’une colline juste avant de mourir). Bref, ce film est probablement long pour rien et ne se concentre pas sur l’essentiel. Il n’est pas trop mal, mais ce n’est pas non plus un chef d’oeuvre cinématographique. Pourtant j’encourage qui est curieux d’aller le voir et de se faire sa propre opinion, je ne lui accorderais pas une note aussi sévère que toi.

    25 janvier 2015 at 22 h 49 min
    • Répondre Alexandre

      Woouuuooo je vais te proposer un poste de rédactrice Ciné avec un tel commentaire, c’est pas possible ^^

      Tu vois le souci de ce film, c’est que ce que je trouve tes commentaires sont plus intéressants et prenant que ce que nous raconte le film. Je veux bien croire ce que tu me dis, ce que tu as interprété de Ramsès notamment. Tout ce que tu développes est très prenant et aurait pu donner lieu à bien mieux dans le film, sauf que Moïse est le coeur du film et ce que l’on voit du personnage de Ramsès est, en effet, caricatural, notamment dans ses choix.

      Concernant les animaux … et bien tu décris toi-même une bonne partie ^^ Ce que je critique est qu’à mon sens certaines scènes auraient gagné à être suggérées plutôt qu’explicites comme dans le film. Un gore superflu et quelque peu hors de propos, j’ai trouvé.

      Merci des éclaircissements au niveau des textes de la Bible concernant la représentation de Dieu, et bien que je le conçois tout à fait, c’est bien le choix sur l’oeuvre cinématographique que je critique, tant sur le caractère de l’enfant … que sur le fait que justement, ce soit un enfant. Ca aurait paru plus crédible s’il s’agissait d’un vieillard par exemple, puisque de toute façon ils n’allaient pas personnifier un buisson dans un film …

      Enfin dans ta conclusion tu condenses des questions que nous nous sommes posées avec Madame et que j’ai même oublié de faire figurer dans mon article. Le film a été étrangement découpé et en effet ce que nous attendions c’était l’après-traversée de la Mer Rouge, le voyage jusqu’à la Terre promise, et la vie des Hébreux là-bas. Tout a été raccourci, (trop) sous-entendus, et finalement nous laisse avec un goût amère à la fin du film, mélange de frustration et de déception.

      26 janvier 2015 at 13 h 35 min
      • Répondre Shayann

        Ahaha merci pour les compliments :)
        En fait concernant les animaux, ce qui m’a fait réagir c’est que tu sous-entendais qu’on montrait trop de cruauté humaine envers eux, or il sont surtout victimes des éléments, au même titre que les hommes. Mais c’est vrai, les images sont parfois choquantes et violentes (les crocodiles qui se bouffent entre eux, les chevaux et les vaches qui crachent du sang…).
        Et je suis d’accord aussi sur le caractère de l’enfant. Il est totalement capricieux, voire instable, on en viendrait presque à douter de ses motivations et de ses choix, tout comme Moïse le fait d’ailleurs. Mais c’est clairement un choix assumé, sinon Ridley Scott n’aurait probablement porté son choix sur un enfant. Comme tu le dis, un vieillard aurait été mieux. Mais je n’aurais eu aucun problème non plus si on avait entendu une sorte de voix qui résonne dans la tête de Moïse lorsqu’il voit ce buisson en feu.
        Bref, merci d’avoir pris le temps de lire mon commentaire et d’y répondre 😉

        26 janvier 2015 at 13 h 50 min
        • Répondre Alexandre

          Ah oui non rien à voir avec la cruauté humaine vis-à-vis des animaux, je parlais comme dit plus haut uniquement du traitement visuel qu’il en est fait ici.

          Pour la reste comme tu dis, c’est le choix du réalisateur et nous n’y pouvons rien, chacun y sera sensible, ou non :)

          Un plaisir sinon de discuter autour d’un film avec quelqu’un comme toi, c’est tout ce que j’aime : on peut ne pas être d’accord sur tout, mais en parler calmement :)

          26 janvier 2015 at 14 h 29 min
  • Répondre Yuan

    Aoutch, ah oui si mauvais que ça… Bon, bah je m’abstiendrai ^^

    25 janvier 2015 at 18 h 40 min
    • Répondre Alexandre

      Ben écoute franchement oui, je ne peux objectivement (et subjectivement, bien sûr) le conseiller, il n’a ni une valeur de divertissement ni historique, selon moi 😐

      26 janvier 2015 at 12 h 25 min
  • Répondre Marie_Samsara

    Coucou Alex !
    Et bien ! Moi qui n’était pas du tout tentée par ce film, au moins tu me confortes dans l’idée que j’avais de celui ci..
    Merci pour cette critique :-)

    25 janvier 2015 at 15 h 31 min
    • Répondre Alexandre

      Ravi de t’avoir fait faire des économies dans ce cas 😉

      25 janvier 2015 at 16 h 27 min