Beyond, le bilan.

Catégorie : Jeux Vidéo

1

Après la démo, le jeu. Et oui le 9 Octobre sortait enfin Beyond : Two Souls, le nouveau jeu de Quantic Dream, déjà auteur de l’excellentissime Heavy Rain. Après une semaine de jeu le voilà achevé et je vais vous livrer mes impressions. Vous pourrez le constater je ne vais pas faire le fanboy et souvent faire la comparaison avec son prédécesseur … très souvent d’ailleurs à son désavantage.

Si je devais faire un synopsis rapide je vous dirais que le jeu conte l’histoire de Jodie Holmes, une jeune fille, que l’on suit de la quasi naissance (et oui) à l’âge adulte, avec un gros passage pendant l’adolescence.

Depuis toute jeune elle est la cible puis progressivement l’actrice de phénomènes paranormaux : objets qui gravitent en l’air, appareils électriques autour d’elle qui se détraquent mais également un bouclier psychique pour la protéger de tout impact ou encore avoir des visions en touchant objets et personnes de son entourage.

Pourquoi ? Et bien vous saurez le réel pourquoi du comment vers la toute fin du jeu, mais une partie de l’explication se tient dans le pitch de départ : Jodie est liée à une entité immatérielle qui ne la quitte jamais, Aiden. Et oui nous voilà ainsi plonger dans une aventure qui va bercer dans le paranormal.

3

Le thème n’est pas quelque chose de choquant en soi, au contraire; si le tout est bien ficelé on peut me parler de dinosaures, si tant est que le scénario l’amène correctement. On se plait donc à développer petit à petit nos dons, mais aussi découvrir ce que cela implique au niveau des relations humaines. Et oui, pas facile d’avoir une vie sociale quand on a ce genre de capacités hors du commun …

C’est clairement un des 2 gros points forts du jeu, l’immersion, la capacité des développeurs à nous faire ressentir des émotions; et sur cet aspect, Beyond n’a quasi rien à envier à Heavy Rain. Sans trop spoiler, le joueur assiste parfois à certaines scènes fortes où beaucoup de thèmes sont abordés : accouchement, viol, séparations et trahisons se déroulent devant nos yeux et en font des moments importants du jeu.

L’autre élément majeur est clairement le réalisme des personnages et de leurs émotions, largement aidé par une motion capture de haute volée. En effet derrière Jodie, Nathan ou encore Ryan, on trouve respectivement Ellen Page, Willem Dafoe et Eric Winter qui prêtent leurs corps afin d’obtenir un rendu vraiment bluffant; le moindre sourcil ou centimètre de lèvres est animé au service de l’émotion perçue par le joueur.

2

Alors oui mais voilà, il n’y a pas que du rose dans ce nouveau Quantic Dream, bien au contraire. S’il est un point nous frappant très vite en jouant ayant le mérite d’être cité, c’est bien la narration. Chaque chapitre du jeu est séquencé, à savoir que vous allez jouer 20min avec Jodie enfant pour la contrôler par la suite adolescente en train de fuir une CIA qui la pourchasse et enfin revenir au moment de sa naissance. Choix judicieux ? Pas vraiment …

Si en effet dans le cadre d’une démo ce style peut faire mouche, faire tout un jeu ainsi n’est pas selon moi bénéfique pour l’histoire. En effet on passe sans arrêt (enfin si, justement) d’une époque à une autre sans aucune justification scénaristique parfois, brisant totalement tout semblant de rythme qui peine à s’installer. Une mission épique de plus de 30min qui se termine par une explosion et une tension presque palpable ? Et bien la seconde d’après retour en arrière à lancer des boulets de neige dans un jardin. Et à chaque séquence c’est comme ça, celles qui se suivent sont rares et se comptent sur les doigts d’une main d’un manchot.

Egalement le studio a opté pour de petits changements niveau gameplay. Si les QTE (ces petites actions demandant d’appuyer sur tel ou tel bouton à un moment donné pour déclencher une action) étaient omniprésentes dans Heavy Rain, elles le sont beaucoup moins dans Beyond, remplacées quasi toutes par du slow motion (un ralentissement des mouvements) qui indique au joueur qu’il faut faire quelque chose. Ce quelque chose ici,  c’est de faire un mouvement du stick dans la même direction que le mouvement de l’héroine. Bonne idée sur le principe, mais la crainte que j’avais en jouant à la démo s’est confirmée : souvent, il n’est pas évident de voir où diriger le stick, tellement il fait sombre et l’action brouillonne. Certains diront que ce n’est pas grave puisqu’on ne peut pas mourir malgré avoir échoué … pas sur que ce soit un argument en faveur du jeu.

4

Mais alors le scénario me direz-vous, qu’en est-il ? Peut il relever le niveau ? Et bien en fait, oui et non à la fois.

Oui car Beyond réussit avec brio à raconter une histoire de morts et d’esprits côtoyant notre monde, sans pour autant paraître lourdingue, le tout reste vraisemblable et est très convaincant. On suit l’héroine, sans pour autant être trafiquant de drogue (haha … haha … ha ..), avec plaisir et la qualification de film interactif lui convient tout à fait, sans y ajouter le côté péjoratif. Si l’on arrive à faire fi de la narration, la chronologie de l’histoire du début jusqu’à la fin suit une certaine logique et gagne en intensité …

… Mais malheureusement, c’est cette même narration qui plombe tout, qui casse tout rythme en usant et abusant d’ellipses qui finalement desservent l’histoire. Je reprendrai à cet effet une phrase qu’a lancée ma femme durant la fin du jeu et qui illustre bien ça : « Ya des gens qui meurent, mais ça fait rien ». C’est tout à fait ça, nous n’avons pas le temps de réellement nous attacher aux personnages, on navigue dans l’histoire en étant parfois même distant des événements qui se produisent, tant le découpage ne développe pas une suite d’événements de manière cohérente.

Enfin ce qu’il manque au scénario, c’est une putain de révélation qui met une bonne paire de claques sur les cou****s et qui fait se rappeler du jeu des années après. Alors oui on apprend quelque chose d’important sur la réelle relation entre Aiden et Jodie, pourquoi ils sont ainsi liés, mais ce n’est presque pas le propos du jeu. C’est intéressant certes, mais tout le jeu est axé façon Mass Effect où le but final est de sauver le monde, et non résoudre une enquête comme dans Heavy Rain quand on apprenait lors d’un flash-back que le tueur des origamis était … je ne vais pas le dire ici, au cas ou :)

Et cela m’amène à mon dernier point, ce qui différencie totalement Beyond de Mass Effect ou encore d’Heavy Rain : l’absence cruelle de réels choix, pourtant mis en avant durant toute la promo du jeu. On s’attendait à des propositions cornéliennes où l’intégrité du joueur pouvait être mise en question, comme avec son prédécesseur. Alors oui il y a des ‘choix’, oui des gens peuvent mourir, mais soit les premiers sont inutiles et leur influence sur le déroulement de l’histoire est absolument mineur, soit avec les seconds ils n’interviennent qu’à la toute fin, ne permettant pas le chamboulement annoncé. C’est bien beau d’annoncé et de proposer 23 fins différentes, mais si chacune ne diffère que de quelques secondes de cinématiques … mwé.

Download Free Wallpapers For A Desktop

Pour conclure Beyond : Two Souls n’est clairement pas la claque prévue de cette fin d’année. Le jeu est loin d’être mauvais bien au contraire, mais il possède tellement de petits défauts qui viennent pourrir l’expérience qu’il gâche sa propre histoire, ruine lui-même les émotions qu’il souhaite faire ressentir au joueur.

 Ah oui et j’oubliais un petit point qui, loin de changer mon opinion pour le jeu, est un petit ajout sympathique à noter : le jeu à deux. En effet grâce à l’application Beyond Touch un second joueur peut vous accompagner, incarnant ainsi Aiden grâce à son smartphone, ce qui représente une petite révolution dans ce genre de jeu, mais dont le gameplay s’intègre parfaitement à l’histoire.

N’hésitez pas à faire partager à tous votre vécu sur ce jeu polémique dans les commentaires si vous avez pu mettre la main dessus. Pour le reste, à bientôt pour la review de Prisoners :)

16 octobre 2013
Article précédent Article suivant

7 Commentaires

  • Répondre Yuan

    Récemment, j’ai vu un lien vers Beyond sur Allociné. Je me suis dit que ça voulait tout dire. J’ai ri.

    8 septembre 2014 at 23 h 22 min
  • Répondre kurt

    ce jeu est monstrueu on dirait un film

    20 octobre 2013 at 19 h 48 min
  • Répondre Ellie

    J’ai regardé plein de vidéos de ce jeu ! et j’ai bien aimé la comparaison a mass effect qui est un super jeu =)

    20 octobre 2013 at 16 h 51 min
  • Répondre Dorian.S

    Je trouve que t’on article est très pertinent et je partage la plupart de tes avis même si je vient de commencer le jeu. Il y a beaucoup de contenu autant que certaint Test de grand site de jeux vidéos, félicitations à toi pour cet article dans tous les cas. Le jeu est magnifique. Mais contrairement à Heavy Rain je ne trouve pas l’histoire intéressante(avis perso) et je ne me m’attache pas trop à Jodie pour le moment.

    20 octobre 2013 at 14 h 52 min
    • Répondre Alexandre

      Rassuré de savoir que je ne suis pas le seul à avoir une petite barrière vis à vis de l’héroine :)

      Merci pour les compliments !

      20 octobre 2013 at 16 h 28 min
  • Répondre Lyonnel

    Au moins ce test est objectif.
    Personnellement, je n’achèterai jamais ce « jeu » ne serait-ce que pour montrer à M. Cage et son équipe que ce leur vision du jeu-vidéo n’est pas celle qui m’intéresse. Dans un jeu-vidéo, le joueur doit être acteur, pas spectateur.

    De plus, ce jeu soufre énormément de la comparaison avec the Last of Us qui l’explose littéralement dans tous les domaines (graphismes, scénario, et , bien sur, gameplay car on joue dans celui-ci)

    18 octobre 2013 at 13 h 22 min
  • Répondre benoit

    Moi j’ai regardé le live sur jeuxvideo.com et j’ai bien aimé :)

    17 octobre 2013 at 17 h 51 min