Albator, corsaire de l’espace

Catégorie : Cinéma

2

Comme vous le savez sûrement depuis mon article sur Assassin’s Creed IV : Black Flag, j’aime l’univers de la piraterie. La liberté, le fait de ne pas forcément penser et faire comme tout le monde sans doute, je me devais donc d’aller voir cette adaptation d’un des plus grands dessins animés d’il y a quelques années : Albator.

Oui mais voilà, Albator je ne connais pas. Et oui, bien sûr je connais de nom, de réputation je dirais, et j’ai de vagues souvenirs d’avoir regarder des épisodes par ci par là à l’époque, mais sans plus. C’était l’occasion de réparer l’erreur, avec ce qui s’annonçait d’après les différents trailers comme une claque visuelle … et ce fût le cas.

4

Dès les premiers instants du film, on nous place le contexte : dans quelques centaines d’années l’humanité a continué son évolution et surtout sa conquête de l’espace, à tel point que l’univers tout entier est colonisé, saturant les planètes ainsi habitées d’espace et d’oxygène.

Pour remédier à cela, ils vont dès lors converger … vers la Terre, afin de récupérer leur terre natale. Oui mais voilà, il y a maintenant des dizaines de milliards d’êtres humains et chacun n’aura pas sa place. Une guerre éclate alors : la Guerre du Retour.

De cet affrontement sans fin émerge une solution, une voie vers laquelle une majorité d’humains va se ranger : GAIA. Référence évidente à la déesse primordiale de la Terre dans la mythologie grecque, il s’agit ici d’une coalition charger de réguler l’affluence vers la planète bleue. Seule une élite composée de dirigeants de planètes influentes pourra résider sur Terre, ainsi que l’armée de cette nouvelle faction. Ceux qui tenteront d’y atterrir seront éliminés sans aucun remord.

1

Mais ça, le capitaine et futur fléau de la coalition Albator ne peut l’accepter. Avide de liberté, il n’aura de cesse de mettre à mal l’organisation, lui le corsaire immortel, à la barre de son navire, le légendaire Arcadia.

Autour de lui va se réunir la crème de la piraterie, chacun désireux de combattre les plans de GAIA afin de permettre à l’humanité de retourner sur sa planète natale. Pourquoi ? Comment ? Quelle sera la réponse de la coalition face à cette rébellion ? Comme toujours je ne vous ne dirai pas plus ici, mais sachez que la réponse sera donnée à l’aide d’images de synthèse de toute beautay.

Oui un des points forts qui ressort de ce film, c’est l’incroyable qualité visuelle de ce qui est présentée à nos yeux, pwah la claque, c’est magnifique. Et cela se ressent aussi sur les personnages. Magnifiquement réalisés, parfois un peu trop (c’est tellement lisse que certains dialogues se font sans qu’on ait réellement l’impression que les lèvres bougent); le summum est sans aucun doute atteint avec le personnage d’Albator, d’une classe incroyable et un charisme de malade.

5

L’histoire enfin. Bon personnellement je ne peux être objectif étant donné mon affection pour l’univers. J’ai même réussi à voir des références à Mass Effect alors que bien sûr il n’y en a pas, disons donc que le background « spatial » est immersif et bien présenté à renfort de batailles spatiales gigantesques.

Malgré tout ce n’est pas qu’un vulgaire film d’animation/action non, le film possède son lot de rebondissements auxquels on ne s’attend pas forcément, très bien présentés, notamment à l’aide de flash-backs. On gamberge également en se demandant « mais putain ça va se terminer comment ? » tellement les retournements de situation sont nombreux. Et finalement cette fin arrive … une légère déception pour ma part, car je m’attendais à un ‘gros’ truc, une révélation que j’espérais depuis un moment.

Mais finalement, bon après je m’avance car je ne connais pas l’histoire, je pense que les réalisateurs ont voulu laisser la porte ouverte pour une suite (que j’irai voir sans hésitation), ce qui en fait pour moi un très bon film d’animation, avec des images magnifiques, mais à qui il manquera un petit quelque chose pour accéder au titre de tuerie inter-galactique (haha, drôle hein ?). Sur ce, je vous quitte avec la bande annonce qui je l’espère saura vous donner envie :

Article précédent Article suivant

4 Commentaires

  • Répondre Iekolove aka Cyril

    Ooh La La mais que vois je??!
    La c’est moi qui prend une claque….mon Dieu je devais avoir 7 ou 8 ans lorsque j ‘ai pu entreapercevoir ce Manga mythique,absolument fabuleux pour l ‘epoque je me souviens encore des Sylvidres qui me donnaient la chair de poule !!
    Bien sur le film est une reussite extraordinaire comme tout ce qui a ete mythique dans les années 80….Nostalgie nostalgie
    Je signale au passage que l’integralité de l’original si tu souhaites le voir etait Re-sortie en DVD il y a une dizaine d’années que j’ai et que j’ai dévoré
    Square Enix a également fait une figurine articulée de toute beauté a 90 euros et littéralement épuisée tellement cet anime est un mythe et j’en étais furieux
    Que de bonheur :) c’est bien loin tout ca

    28 juillet 2014 at 19 h 23 min
    • Répondre Alexandre

      Je comprends tout à fait l’engouement !

      Je ne sais pas si j’aurai un jour le courage d’entamer ce périple qu’est la saga Albator, même si je sais qu’elle en vaut le coup, mais satisfait de voir que cette adaptation a aussi fait des heureux parmi les fans. Figure-toi que c’est même plutôt rare, beaucoup se sont plaint d’un lore incomplet et de beaucoup d’incohérences … bien sûr moi je n’ai pas pu déceler tout ça, mais pour un profane, c’était top :)

      28 juillet 2014 at 21 h 47 min
  • Répondre lynda

    j avais peur d etre decue quand je suis allée le voir au ciné car c est toute ma jeunesse ! et j ai ete agreablement surprise car ils ont bien retranscrit l univers de la manga 😉 heureuse qu il ne l ai pas fait en film car je n aurais pas ete le voir !

    25 mars 2014 at 21 h 57 min
    • Répondre Alexandre

      Oh, content d’avoir le retour de quelqu’un connaissance de l’anime ! Mais oui ce genre d’adaptation en film avec de vrais acteurs serait plutôt se tirer une balle dans le pied qu’autre chose. Quand je pense aux derniers Resident Evil et mon petit Leon S Kennedy qui joue dedans … brrr …

      25 mars 2014 at 22 h 10 min