Votre dose de testostérone avec Equalizer

Catégorie : Cinéma

1

Quand Madame a voulu aller voir Lou avec son frangin dans la semaine, j’avoue ne pas avoir été très motivé, n’ayant que très peu suivi les BD, dont le dernier tome m’avait retourné la tête, et à l’heure actuelle je ne m’en suis toujours pas remis. Mais là n’est pas le propos j’ai donc eu envie d’un film plein de testotérone mais bien foutu et où il y a un petit truc en plus malgré tout.

Hercule et Dwayne Johnson n’étant plus à l’affiche chez moi, je me suis souvenu avoir vu la bande annonce d’un certain Equalizer, avec un impeccable Denzel Washington, mais sans plus. Puis j’ai lu cet article des filles de Belle & Cultivée qui a finalisé mon choix pour la séance. C’est parti !

3

Je préfère vous prévenir comme je l’étais avant d’y aller : ne comptez pas sur un scénario béton sur Equalizer. Clairement quand le film se termine on retient moins l’histoire que les exécutions brillantes que l’on a pu admirer durant plus de 2h. Faut-il y voir un lien avec le fait que nous n’étions que des hommes dans la salle ? Je n’espère pas …

Quoiqu’il en soit puisque j’évoquais l’histoire voici le pitch de départ : un homme dont on sait très peu de choses, Denzel Washington, travaille dans un magasin de bricolage et vit une existence calme, paisible, même routinière. On découvre très vite différents T.O.C. et une insomnie quotidienne s’ajoutant au personnage qui, on le découvre au fil des minutes qui passent, possède également un sens aigu de la justice et du bon sens.

Droit et discipliné, McCall vit donc sa retraite à l’écart des soucis de la société. Du moins, c’est ce que l’on croit. Une nuit lors d’une de ses lectures au commerce du coin, une des personnes avec qui il a l’habitude d’échanger verbalement, même brièvement, se présente au comptoir avec des traces évidentes de coups. Cette personne c’est Teri, une jeune prostituée qui ne va pas laisser notre héros indifférent, au sens protecteur.

2

Ainsi, et je ne vous en dévoilerai pas plus, on va découvrir que la sagesse et le savoir-faire de cet homme ne sont pas en lui par hasard et la véritable quête qui s’amorce pour démanteler une sorte de réseau mafieux m’a beaucoup fait penser à Taken avec Liam Neeson. Force, rapidité, efficacité, frappes chirurgicale et méthodique, c’est vraiment prenant et parfois jouissif, bien que très classique.

Si les premiers assassinats laissaient augurer un certain gores dans les mises à mort, la suite se fera plus calme à ce niveau, malgré un rythme global très soutenu, on ne voit pas le temps passer. Course-poursuite, espionnage, infiltration, traque, tous les éléments sont là pour un film d’action qui ne verse pas vers le sang facile. La réalisation est très propre, tout comme la bande son, et on sent que notamment sur la fin ils se sont fait plaisir, jusqu’à me rappeler certains effets de 300 (et oui !).

Alors non vous n’allez pas découvrir le film du siècle, non Equalizer n’est pas le prochain Inception, mais les choses sont claires dès le départ et quand on positionne le film dans sa bonne catégorie, on découvre qu’il est top, et joue sur les sentiments recherchés. Denzel Washington (âgé de 60 ans !) est impeccable dans ce rôle d’ex dur à cuir à la retraite avec un peu de Monk pour personnaliser le tout. Equalizer est donc ainsi dans une catégorie que j’aime nommer « pas le film de l’année, mais on y passe un bon moment devant » :)

12 octobre 2014
Article précédent Article suivant

6 Commentaires

  • Répondre Kallyane

    OK c’est un film hyper testosterone, mais moi il me tente bien même si je sais que je peux tourner de l’oeil à certaines scènes selon Dude, mais bon, j’aime bien Denzel… ok on dirait une groupie qui cause ! ^^
    Au moins toi + Dude aurez prévenu si je tombe dans les vappes !

    21 octobre 2014 at 20 h 26 min
    • Répondre Alexandre

      Tiens c’est la 1ère fois que j’entends ce surnom pour nous, pauvres Hommes que nous sommes :)

      Et honnêtement pas de quoi s’inquiéter ni tomber dans les vannes haha, hormis peut-être quelques exécutions au début ^^

      21 octobre 2014 at 21 h 49 min
  • Répondre Agrippine

    ca ne me tente pas du tout ! peut etre quand ca passera à la TV..

    13 octobre 2014 at 9 h 53 min
    • Répondre Alexandre

      Ah ça comme je l’ai dit c’est spécial et très « masculin » malgré tout :)

      13 octobre 2014 at 11 h 52 min
  • Répondre Sand

    Yeaaaah !!!
    Suis ravie que tu ne m’en « veuilles » pas comme pour Lucy ^^
    (Merci pour le lien 😉

    12 octobre 2014 at 18 h 21 min
    • Répondre Alexandre

      Nan en effet, j’ai vraiment apprécié !

      Et de rien, il faut citer ses sources d’inspiration :)

      13 octobre 2014 at 9 h 20 min

    Laisser un commentaire