Until Dawn

Catégorie : Jeux Vidéo

until dawn

S’il y a bien une surprise que j’avais retenu de la Gamescom 2015, c’était l’une des nouvelles exclus PS4 de cette année : Until Dawn. Et quelle ne fût pas ma joie quand le jeu est finalement sorti très rapidement il y a quelques semaines.

Grâce à Arthur Halais, Community Manager chez Playstation France, j’ai eu la chance de recevoir une copie du jeu afin de pouvoir le tester. Et punaise que je l’en remercie. Je me doutais, d’après la bande annonce que vous pourrez retrouver en fin d’article, que le jeu allait me plaire. Mais je ne m’attendais pas à une expérience si prenante, si haletante.

3

Il faut savoir que je n’ai pas été le seul à jouer lors de mon aventure sur Until Dawn. Ma femme, à qui j’avais vendu le jeu comme une « sorte de Heavy Rain qui fait peur », était enthousiaste à l’idée d’y jouer. Bien sûr c’était avant de savoir que l’on pouvait aisément le classer dans la catégorie épouvante tellement les sursauts allaient y être nombreux.

Nous avons donc découvert un jeu dont les fins sont nombreuses et ce mécanisme est annoncé en grande pompe (un peu lourdement d’ailleurs) dès le début de l’aventure sous le nom d’Effet papillon. Bon, en soi ça n’a finalement rien d’extraordinaire, son aîné de Quantic Dream proposait déjà les mêmes possibilités, sans pour autant en faire tout un foin.

Mais différentes fins pour quoi ? Et bien pour l’épilogue d’une aventure au pitch classique, celui d’un groupe d’adolescents ayant vécu des événements dramatiques lors de vacances annuelles ensemble une année, qu’ils décident d’exorciser en y retournant l’année suivante. Plus cliché tu meurs, on se croirait dans un vieux film d’horreur sans réflexion. Et pourtant, il se pourrait que la magie opère ailleurs …

En effet, notre groupe d’une dizaine d’adolescents va très vite se séparer (malin, hein ?) en différents groupes afin de vaquer à leurs occupations pour tenter d’oublier la tragédie qui les a unis l’an passé. Mais dès le début du jeu la tension s’installe et on entrevoit la possibilité qu’on les développeurs de nous faire peur : des angles de caméra parfaitement mis en place pour suggérer et/ou nous faire imaginer le moindre mouvement, une ambiance sonore qui parfois fait place au silence le plus total en nous faisant craindre le pire et bien sûr les « jumpscares » auxquels on s’attend, mais qui font hurler quand même.

2

Au début c’est gentil, mais on sursaute quand même, et puis progressivement l’histoire se densifie pour nous dévoiler un récit plus complexe qu’il n’y parait avec plus que des références, mais un véritable hommage aux films de la saga d’horreur Saw. Sans en dévoiler pour autant, je peux vous dire que certains codes sont repris à l’identique dans le jeu. Pas mal crieront au scandale et au manque d’inspiration, personnellement j’ai beaucoup aimé.

Et puis, il n’y a pas qu’une mais 3 intrigues différentes qui ne vont trouver leur dénouement presque commun dans les derniers chapitres (9 au total). Le jeu est d’ailleurs relativement court mais, à l’instar de The Order : 1886, j’en ai savouré chaque instant. Et les différents twists du scénario couplés aux moments intense de flippe que l’on vit manette en mains suffit à notre bonheur. Bon bien sûr comme pour le titre de Ready at Dawn, je n’aurais pas été contre quelques heures de jeu supplémentaires.

Enfin, je voulais revenir sur les graphismes, sur lesquels le rendu des personnages est malheureusement inégal. On oscille entre la perfection du motion-capture avec Hayden Pannetiere et certains autres acteurs, mais globalement chacun possède un visage … particulier, avec les traits souvent tirés et des mouvements « étranges » qui parfois nuisent à la scène qui se passe sous nos yeux.

Pour conclure sur ce jeu, je dirais qu’Until Dawn répond aux promesses qu’il avait fait. On nous avait annoncé des choix qui influencent l’histoire : on les a (même si cela se déroule vers la fin du jeu). On nous faisait craindre des moments de peur intense : on les a. Au final ce croisement entre Heavy Rain et Saw ravira les joueurs avides de sensations, si tant est qu’ils ne soient pas rebutés par le gameplay à base de QTE. Et là où certains déplorent un film interactif, je dis bonjour à l’immersion :)

En bonus, une session de jeu où durant laquelle Madame, mais surtout moi, avait la manette. Pas de gros spoils sur les intrigues, mais à ne pas regarder si vous voulez vous préserver à 100% du contenu du jeu !

17 septembre 2015
Article précédent Article suivant

14 Commentaires

  • Répondre Sweet Judas

    « Les « jumpscares » auxquels on s’attend, mais qui font hurler quand même »… Ahah, c’est typiquement pour ça que je regarde autant de films d’horreur et que je regarde jouer les autres à des jeux comme Until Dawn. Parce que j’aime avoir peur et sursauter, même quand c’est prévisible et qu’on le voit venir gros comme une maison 😀
    La poursuite d’Hayden en petite serviette de bain me laisse encore un vif souvenir… Notamment quand elle essaie de retenir sa respiration dans le garage (ou la cave, fin un endroit bien sombre et bien sale, sans fenêtres toussa) et que le clown lui passe à côté. Angoisse totale, uhuh 😀

    20 mai 2016 at 16 h 40 min
    • Répondre Alexandre

      Mais exactement ! La mise en scène est divine, on se croirait devant une production Ciné, à ceci près que la fin peut être catastrophique si on se bouge pas assez rapidement ou si on prend les mauvaises décisions. Ce stress 😮

      24 mai 2016 at 15 h 47 min
  • Répondre GeekEtc

    N’ayant pas de PS4 je n’ai pas pu le faire mais j’ai du coup suivi le let’s play de Squeezie et d’autres et ce jeu est absolument génial. Je ne suis pas jeu d’horreur en temps normal mais j’ai adoré cette aventure :) C’était excellent !

    17 janvier 2016 at 22 h 15 min
    • Répondre Alexandre

      Et bien écoute Madame a joué 75% du temps et elle non plus n’est pas du tout fan de ce type de jeu habituellement, et pourtant … et pourtant on l’a dévoré, et on a adoré ! 😀

      18 janvier 2016 at 11 h 36 min
  • Répondre Kallyane

    Je suis restée bloquée sur ce jeu, je mate encore des Let’s Play avec les différentes fins… J’ai vu tous les totems aussi et tout le fil de l’histoire « Evenements du passé » accessible avec les totems grâce à Blue (Dresseur de Jeux). Et il a sauvé tout le mooooooooooonde !!! XDDDD Et il a une fin assez surprenante hihi !
    Bref j’ai adoré ça suivre avec vous cela dit ! Ca m’a fait bien rire de vous entendre paniquer ! 😉

    4 octobre 2015 at 20 h 28 min
    • Répondre Alexandre

      Paniquer, nous ? Jamais 😮

      Mais sinon, on peut sauver tout le monde mais … je reste persuadé qu’en premier run (et sans avoir regardé les soluces) c’est IMPOSSIBLE XD

      4 octobre 2015 at 23 h 51 min
  • Répondre Cleophis

    Je n’ai toujours pas fini le jeu mais j’aime beaucoup, il est vraiment très prenant! Au point que je ne joue que par sessions d’une heure parce que c’est trop dur pour mes nerfs (pourquoi un film d’horreur, pourquoi???!!!!)

    23 septembre 2015 at 14 h 42 min
    • Répondre Alexandre

      Je croirais entendre Madame ^^’ …

      Et encore on a streamé les sessions de jeu parce que ça la « calmait » aussi, mais c’est terrible en effet la nervosité dans laquelle le jeu nous met !

      23 septembre 2015 at 16 h 01 min
  • Répondre Doc-addict

    Très bonne critique du jeu, néanmoins je ne suis pas d’accord avec toi sur un point : je trouve que la 2e partie, même si elle fait vraiment plus peur que la 1ere, part en cacahouètes. J’ai vraiment eu du mal à ce passage de slasher au film fantastico-épouvante. J’aime beaucoup les films d’horreur psychologique, où ce que tu penses être illogique devient logique tout à coup. Là, je suis restée vraiment confuse sur la fin, et ça m’a un peu déçue. Après ça reste un très bon jeu, on s’immerge totalement et puis… Le carnage que tu as fait XD!

    18 septembre 2015 at 10 h 01 min
    • Répondre Alexandre

      Mais heu, spas ma faute, c’est le jeu qui m’a piégé pour les morts :'(

      Et oui j’avais lu que tu faisais parties des personnes ayant du mal avec la dernière partie du jeu, lors des révélations. En fait il y une part de fantastique mais aussi des intrigues qui trouvent leur dénouement de manière rationnelle (à propos du psy, à propos du tueur/clown à la machette, etc), et finalement comme je n’en attendais pas énormément niveau scénar (j’y jouais pour les sensations), et bien l’explication du « mal » qui ronge la montagne et bien … ça passe :)

      18 septembre 2015 at 10 h 31 min
  • Répondre cinemadepigalle

    Bonne petite surprise que ce Until Dawn. La reprise des codes de slasher est bien faite et on alterne entre frissons et vrais moments drôles (de par le genre).
    Ceci dit je suis plus mitigé sur la seconde partie du titre. Elle m’a laissé beaucoup plus de marbre.

    18 septembre 2015 at 9 h 11 min
    • Répondre Alexandre

      C’est ce que beaucoup de personnes nous ont indiqué quand on streamait le jeu. La résolution des intrigues berçant pour certaines dans le fantastique a gêné. Pour ma part … ça ne m’a pas dérangé, c’était « le minimum » acceptable pour un jeu de ce style.

      D’ailleurs dans mon article j’ai fait la comparaison avec Heavy Rain. Et bien Until Dawn je savais dès le départ que c’était le titre de Quantic Dream moins le scénario, donc … je n’ai pas été déçu :)

      18 septembre 2015 at 9 h 44 min
  • Répondre tiloabnb

    Ayant « participé » à 2 streams sur 3, je dois dire que je suis majoritairement bien d’accord avec ta critique :)
    Je suis d’ailleurs très contente d’avoir pu suivre ce jeu en stream car je n’aurais jamais pu y jouer seule alors de pouvoir quand même le voir c’était vraiment chouette :)
    Je n’ai pas eu le sentiment que les graphismes étaient inégaux par rapport aux perso par contre.
    Niveau ambiance c’est vraiment excellent et ça met dans le bain du film d’horreur sans problème. La qualité des détails y participe !
    Le système de totems est vraiment intéressant je trouve et apporte son petit plus au jeu.

    17 septembre 2015 at 21 h 27 min
    • Répondre Alexandre

      Exact j’ai omis ce petit détail, alors qu’une fois ou deux ça nous a aidé de savoir qu’il fallait « faire » (ou pas) certaines choses … merci de la précision 😉

      Et ravi que les streams t’aient plus, ça encourage à renouveler l’expérience par la suite !

      18 septembre 2015 at 8 h 45 min