The Giver

Catégorie : Cinéma

1

Moi qui m’était juré de ne plus aller voir un film avec des héros adolescents à l’affiche (avec une exception pour Hunger Games bien sûr) car cette mode commence à me gaver, l’affiche de The Giver m’avait totalement rebuté. « Jamais je n’irai voir ce film », disais-je … et pourtant, hier, j’y suis allé.

Madame voulait toutefois se faire une ciné du week end et face à la disette actuelle de bonnes productions, le choix s’est porté sur ce film, dont j’ai finalement lu le pitch, et qui finalement ne serait peut-être pas si à jeter que ça, au premier abord. Alors, mauvaise ou bonne surprise ? La réponse n’est pas si évidente, mais je vais tenter d’y répondre.

2

Le pitch tout comme les premières minutes du film posent vraiment les bases de l’histoire, à savoir celle d’une société divisée en quartiers identiques les uns les autres, où un couvre-feu est instauré, des règles très strictes à respecter ou encore un traitement médicamenteux à prendre chaque matin. Chaque individu a un boulot bien défini selon les besoins de la population et ses capacités et le « monde » que l’on voit est ainsi très structuré.

Pourquoi cette organisation ? S’agit-il d’un futur d’anticipation ? On ne sait rien de tout ça au début … et on ne sait d’ailleurs pas tout à la fin. Toujours est-il que cette situation est arrivée des suites de la Chute, une catastrophe ayant réduit l’humanité à néant, et les Sages (sorte de grands manitous locaux) sont chargés de la bonne marche de cette société. Dans celle-ci se trouve toutefois une personne, « The Giver », traduit dans le film par « Le Passeur », qui a accès à la grande bibliothèque renfermant la mémoire du monde.

Car oui dans ce film les émotions ont été oubliées, supprimées, et les personnages n’en connaissent aucune. Les émotions sont sources de plaisir, le plaisir implique l’envie, l’envie peut entraîner le besoin, et le besoin à la guerre. Cette situation de régime communiste poussé à l’extrême est intéressante à voir de ce niveau et fait réellement s’interroger sur cette forme de société.

4

Pour appuyer cet effet de méconnaissance des émotions, des sentiments, le film est à l’image de l’illustration ci-dessus : en noir et blanc. Ca m’a un peu surpris au début mais on s’y fait et le tout est finalement cohérent. D’autant plus que Jonas, le futur Passeur, a des bribes de visions dans lesquelles il voit en couleurs. Il va être formé par l’actuel Passeur afin d’endosser ce rôle pour le restant de sa vie. Mais vous l’aurez deviné, cela implique certaines responsabilités, et certains chocs pour une personne ne connaissant pas la notion de douleur, de guerre, de mort. Doit-on tout savoir pour être heureux ? Chacun aura sa réponse …

On verra durant le film plusieurs visages connus, dont ceux de Katie Holmes et Meryl Streep. Pour cette dernière j’ai regretté … oui attention c’set très subjectif mais ça m’a bloqué tout de même, j’ai regretté sa coiffure. Elle incarne dans le film un des Sages (on ne voit d’ailleurs qu’elle à bien y repenser) et régit un peu tout dans la société, mais a des cheveux longs/lisses, ce qui avec son visage, et excusez moi son âge, n’est pas super adapté. C’est très con mais ça m’a un peu démystifié le personnage … ou peut-être que Madame commence à déteindre sur moi …

Ceci étant, The Giver est un bon divertissement et n’a intelligemment pas la prétention de se vouloir film d’anticipation complexe et prise de texte. On suit l’histoire sans difficultés et malgré des héros adolescents pour la plupart, on est curieux de voir comment tout cela va se finir, même si ce final est prévisible. Petit regret malgré tout sur la toute fin à qui je pense il manque 5/10 minutes pour ne pas laisser le téléspectateur frustré, sans toutes les réponses. Le film étant l’adaptation ciné d’une tétralogie de romans, peut-être aurons-nous ainsi le droit à une suite d’ici quelques années pour découvrir ce qu’il se passe « après ». Je pesterai toujours sur les films à ados et les productions à suites qui sont de plus en plus nombreuses actuellement, mais il n’est pas impossible que j’aille la voir si elle sort un jour :)

17 novembre 2014
Article précédent Article suivant

15 Commentaires

  • Répondre Tiloa

    Comme à mon habitude et avec énormément de retard sur tout le monde, j’ai vu ce film hier ^^ »
    Comme mon mari (qui l’a vu quelques temps avant moi comme je te l’avais dit), j’ai bien accroché sur ce film !
    Trop court à mon goût, j’aurais aimé en « voir » plus, pas forcément en « savoir » plus mais en voir plus. Car les scènes où Jonas (re?)découvre des sentiments oubliés m’ont vraiment fait ressentir ces émotions en questions. Une manière de relativiser aussi sur les belles choses auxquelles nous avons accès dans la vie. Non mais que serait notre vie sans musique sérieusement :p ?

    Un film que j’ai trouvé simple, dans le bon sens du terme, sans prétention, un jeu d’acteur sympathique et j’ai aimé l’idée du N&B qui gagne progressivement en couleur en suivant l’évolution de Jonas.

    15 février 2015 at 21 h 16 min
    • Répondre Alexandre

      Je ne serais pas aussi poétique que toi quant aux sentiments qui émergent mais en effet c’était clairement un des passages sympas.

      Malheureusement, comme pour la fin un peu brutale, je n’ai pas trouvé ça assez poussé, développé. Ca se voit gros comme une maison qu’il y aura une suite mais du coup, ça laisse sur notre faim =/

      16 février 2015 at 11 h 03 min
  • Répondre Nyah

    Comme toi, en période de dèche filmique, je m’étais tentée à voir The Giver… bon il s’avère que j’ai pas eu le temps et que je ne sais pas encore combien de temps il restera à l’affiche, mais ta critique confirme un peu ce que je pensais.

    Puis savoir maintenant que c’est encore un nième livre « d’adolescents » en plusieurs tomes, transposé à l’écran, ça me refroidit d’un coup.

    20 novembre 2014 at 16 h 24 min
    • Répondre Alexandre

      Bienvenue alors dans le clan des anti-films d’ado 😉

      20 novembre 2014 at 17 h 12 min
  • Répondre Sand

    aaaargh suis super déçue ! En tant qu’ado attardée, et surtout après avoir vu une interview de Jeff Bridges (arrrrrf), il était prévu au programme ! Suis carrément refroidie aussi, j’attendrais qu’un ami me le passe !

    19 novembre 2014 at 12 h 44 min
    • Répondre Alexandre

      Ben écoute si vraiment tu veux aller au ciné et que tu sais pas quoi faire de tes sous, vas y hein, l’ado attardée que tu es (tu parlais de toi hein, je fais pas de boulette ? :p) aimera peut-être ! Mais moi je sature sur ce genre de film surtout que comme je l’indique, j’ai été un peu frustré de la fin.

      Mais Jeff Bridges est notamment une des raisons qui fait que le film n’est pas du tout un navet. L’acteur et le personnage qu’il incarne sont très classes; un peu sous-exploité, mais très charismatique :)

      19 novembre 2014 at 13 h 00 min
      • Répondre Sand

        looool une femme qui ne sait pas quoi faire de ses sous ça existe ??? Ttttut j’ai toujours des invitations pour le ciné, c’est la raison pour laquelle je ne lis jamais rien avant d’aller voir un film, si pas bon pas de regret 😀 . Ben non je n’irai pas le voir, même si je ne paie pas, tu as écrit le mot magique : navet ! Jeff se contentera d’un visionnage dans mon salon ^^

        20 novembre 2014 at 12 h 11 min
  • Répondre tinalakiller

    Ahahaha je me suis bien marrée en lisant ta remarque sur Streep (la pauuuvre). Sinon je n’ai pas vu ce film, et pas envie, je crois que j’en ai ras le bol des productions SF pour ados. Et puis il n’a pas de bonnes critiques, ça n’encourage pas trop…

    18 novembre 2014 at 11 h 21 min
    • Répondre Alexandre

      J’avoue j’ai eu des scrupules en écrivant ça mais réellement ça m’a refroidi l’interprétation, malgré son statut d’immense actrice …

      Sinon, content de voir quelqu’un partageant mon aversion pour ce genre de production ^^

      18 novembre 2014 at 12 h 04 min
      • Répondre tinalakiller

        Disons que tu as été franc avec Streep 😀
        J’ai dû subir Le Labyrinthe il n’y a pas longtemps et cela m’a donné raison. Je n’ai rien contre les films pour ados (après tout, il faut bien de tout) mais là on prend ce public pour des imbéciles. Toutes ces productions finissent par se ressembler. Il faut aussi en vouloir aux auteurs de ces sagas qui n’en finissent plus.

        18 novembre 2014 at 14 h 03 min
  • Répondre Docaddict

    Il s’agit d’une adaptation du livre « Le Passeur » de Lois Lowry , le premier tome d’une trilogie. C’est pour cela qu’avant d’aller le voir, je lirais les 3 livres (d’ailleurs faut que je checke Priceminister pour voir si je peux les avoir d’occasion). J’ai vu des critiques youtube sur cette trilogie, et pour les questions que tu te poses, tu as toutes les réponses qu’à la fin du 3e tome. Donc tu vas devoir attendre les deux autres adaptations.

    18 novembre 2014 at 10 h 53 min
    • Répondre Alexandre

      Oh vraiment ? Lorsque j’ai rédigé l’article j’avais cru lire une tétralogie dont seulement 1 autre roman était la suite de The Giver o_o’

      Merci de ces précisions en tout cas, et rassuré de savoir qu’en effet il y aura d’autres adaptations, la fin me paraissait plus que rapide …

      18 novembre 2014 at 12 h 06 min
  • Répondre Kallyane

    Moi l’affiche me rappelle énormément Les Âmes Vagabondes (film adapté du livre du même titre de Stephenie Meyer, oui celle qui a écrit Twilight et pour te dire j’ai pas trop aimé Twilight, mais j’ai adoré The Host, mais pas le film. BREF OSEF!) Du coup c’est ça qui me bloque. Je n’ai pas vu la BA et personnellement je la regarderai peut être plus tard (merci de l’avoir mise tout de même :p).
    Les films d’ado moi j’aime bien (quoi je suis une grosse ado dans ma tête), mais pas tous. Je n’ai pas aimé Divergente, enfin pas apprécié comme j’avais plutôt bien apprécié les livres (mais pas tous là encore). Et j’aime tellement Hunger Games aussi :p (bon ce n’est pas bien de comparer, ils sont tous différents ces films/livres).
    En tout cas l’histoire peut être intéressante mais je t’avoue qu’aller au ciné pour ça, j’ai pas trop envie. Le noir & blanc doit en effet surprendre. Je n’ai même pas lu ces livres et je ne les connaissais même pas (pas dans ma pile à lire, ni dans aucune wishlist).

    Mais n’aies pas trop de préjugés pour les films « d’ado » parce qu’il y en a qui valent la peine ! 😉 C’est comme moi qui ne suis pas fan des films français et pourtant y en a qui en valent la peine :p (heureusement que nos moitiés sont là pour nous ouvrir l’esprit un peu plus).

    Bises

    17 novembre 2014 at 19 h 20 min
    • Répondre Alexandre

      Bon et bien je constate qu’au moins, on est d’accord pour Hunger Games ! Même si d’ailleurs j’ai peur que ça parte un peu trop en sucette dans l’action sur le prochain film … réponse dans la semaine :)

      Sinon ouais je sais que c’est un ressenti personnel mais j’en peux plus, ya que ça. Ok il y a des exceptions mais on sent une grosse vague de réalisateurs voulant créer les nouveaux Edward/Bella c’est horrible.

      Divergente, puisque tu le cites, je dois d’ailleurs toujours le voir … mais j’ai un peu peur de ternir l’image que j’ai de l’actrice principale (cf Nos étoiles contraires :) ) … du coup je repousse …

      17 novembre 2014 at 22 h 04 min
      • Répondre Kallyane

        Je n’ai pas apprécié Divergente, le premier film est une grosse histoire d’amour qui m’a mise très mal à l’aise. Dans le livre on le ressent moins comme ça.

        Oula ne t’inquiète pas, personne ne ressemble à Edward et Bella… parce que eux c’est le must du must du must de la daubitude (quoi je suis dure ?)

        Hunger Games dans le livre ça part déjà en sucette, c’est surement mon tome préféré alors le film ayayayaya! Je trouve que c’est l’une des meilleures adaptations de bouquin ces films (avec Harry Potter :p)

        ^^

        17 novembre 2014 at 22 h 32 min