Spiderman – Homecoming

Catégorie : Cinéma
spiderman homecoming

S’il y a bien une licence qui a connu des hauts et des bas ces dernière années, c’est bien celle de Spiderman. A une époque pas si lointaine que ça, nous avions eu droit à une trilogie de l’homme-araignée ayant pour visage Tobey Maguire. S’en est suivi un reboot, The Amazing Spiderman, qui aura eu une suite lui-aussi pour finalement accouché d’un autre reboot, celui dont il va être question ici, Spiderman Homecoming.

Guerre de droits dans les différents studios de production, succès plus ou moins (in)certain pour la version « The Amazing », je ne m’étendrai pas sur ce sujet, que je maitrise bien trop peu, pour retenir l’essentiel : Spiderman côtoie, depuis l’épisode Civil War, les Avengers, et ça c’est cool ! Mais la jeunesse du nouveau héros n’est-il pas un frein à son développement scénaristique et l’appréciation des fans ? Voyons voir :)

spiderman avengers

Je me suis donc rendu en salles sans a priori vis-à-vis de la jeunesse du héros, dont on avait déjà pu voir un aperçu. Même si, à titre personnel, je préfère le côté sérieux et mature de la trilogie initiale, je n’ai pas été choqué par ce que j’ai vu ici.

Oui, le héros est un ados et je déteste ça, pourtant j’ai apprécié d’une part le fait qu’on ne nous re-bassine pas avec les origines du héros. En effet, et sans spoiler outre-mesure, il est appréciable d’entrer directement dans l’intégration du « personnage » Spiderman dans les Avengers et de le voir face à un ennemi emblématique.

Ce choix pour le grand méchant est d’ailleurs discutable mais, même si je partage des avis que j’ai pu lire stipulant qu’il aurait été bon qu’il soit différent, celui-ci est convenable, car réfléchi et pas avec le bête objectif de détruire le monde. En soit, ça n’est clairement pas le point à retenir du film; j’ai trouvé par ailleurs plus dérangeante l’omni-présence de Tony Stark.

spiderman ironman tony stark

Certes le personnage est indispensable à la liaison avec les Avengers et certes il a grave la classe, mais la différence d’âge, de compétences et d’expérience des 2 héros creusent un fossé qui m’a dérangé. Comme une impression de « Mais en fait avec Ironman, osef de Spiderman, non ? » qui dessert dans l’œuf un potentiel pourtant important, avec des fonctionnalités liées à son costume encore endormies.

Ce sentiment a été malgré tout atténué par le fait que, comme pour la plupart des autres productions Marvel, on ne s’ennuie jamais. C’est fun, nerveux et on ne voit pas le temps passer. Et même à mon modeste niveau, j’ai réussi à déceler quelques clins d’œil à l’historie d’origine, dont on se libère beaucoup sur certains points, comme autant d’éventuelles pistes pour la suite.

En conclusion, ce second reboot des histoires de Spiderman ne plaira pas à tout le monde, mais vous dire ça serait d’une effroyable banalité. Comme j’ai tenté de vous le dire, le rajeunissement du héros peut clairement être un frein à toute appréhension de cette nouvelle production, tout comme un choix de super-vilain douteux qui aurait gagné à être magnifié. Malgré tout, il n’y a pas que du négatif et le film reste un bon divertissement. Le problème vient d’ailleurs peut-être de cette overdose actuelle de films de super-héros. Ainsi, on va davantage tous les mettre dans le même panier en attendant « le prochain » et ne pas faire attention à la qualité propre de ce que l’on est en train de visionner. Constat un peu triste qui ne demande qu’à s’amplifier vu les productions annoncées par DC et Marvel dans les années à venir.

24 juillet 2017
Article précédent Article suivant

Laisser un commentaire