Retour sur Spartacus, la série TV

Catégorie : Séries

1

S’il y a bien une série qui a marqué les esprits, et surtout le mien, ces dernières années, c’est Spartacus. Avant même Game of Thrones, on en entends parler comme de la « fameuse série polémique » du moment, où scènes d’action et de sexe s’alternent sur fond de conflits politiques.

Je me suis mis il y a peu à regarder de nouveau la série (aujourd’hui finie : 3 saisons + 1 préquelle), et je me suis dit qu’il fallait que j’en parle pour en dire tout le bien que j’en pense, et bien sûr la faire découvrir à celles et ceux qui ne connaîtraient pas.

3

La série traite donc de Spartacus, chef de guerre Thrace qui va être capturé par Rome afin de le réduire en esclavage, démarche habituelle pour l’époque où des classes de citoyens existaient réellement, de celles qui sont sur les plus hautes marches du Sénat à d’autres qui meurent misérablement dans l’arène.

Mais Spartacus n’est pas de ceux-là; en effet en l’enlevant on l’a séparé de sa bien aimée, Sura, et dès lors il n’aura de cesse de se relever sous les coups qu’il recevra, dans et en dehors de l’arène, tant par ses oppresseurs que par ses « frères » gladiateurs, voyant d’un très mauvais œil l’arrivée et la montée en puissance d’un Thrace au sein de leur communauté.

Il devra donc survivre dans ce contexte et chercher le moyen d’être réuni avec sa femme, et se venger des romains qui les ont réduits en esclavage. Il est difficile d’en dire plus sans spoiler le scénario, c’est pourquoi je m’arrêterai là au niveau de l’histoire.

2

Au fil des 4 saisons les combats s’enchaînent avec des effets similaires à ceux utilisés dans l’excellent film 300, où le roi Léonidas combattait les légions de Sparte. Une savante distribution donc de giclées de sang en image de synthèse totalement assumée, dans des combats d’une rare intensité, à la limite parfois du supportable visuellement.

Sans transition ou presque : le sexe. Oui il y en a dans cette série, et bien souvent débridé. Ames sensibles s’abstenir, ici les pratiques sexuelles et déviances en tout genre sont pratiquées ont lieu sans retenue, excepté  sur le rendu à l’écran. On suggère énormément, mais sans tomber dans le porno. On voit des nénés et des bouts de fesses, mais rien de plus.

Quant au scénario, et bien figurez vous qu’on en oublierait presque qu’il s’agit là d’une « série de gladiateurs », tant les intrigues gravitant autour sont nombreuses : politiques ou sentimentales, elles accompagnent avec brio les combats dans l’arène. Trahisons inattendues, rebondissements qu’on ne voit pas venir, combats haletants, vraiment le rythme est soutenu pendant les 50min de chaque épisode et on ne voit pas le temps passer.

Vraiment, si je devais conclure sur cette série, je paraphraserai légèrement mon introduction, en vous disant que c’est une des meilleures séries qu’il m’ait été donné de voir ces dernières années. Les 4 saisons s’enchaînent avec la même intensité et la fin est vraiment … épique, terrible. Que dire d’autre hormis que ces dames apprécieront peut être moins ce petit bijou du fait des combats prenant tout de même une part importante des épisodes, surtout dans les premières saisons; mais qui sait, voir des corps huilés à longueur de temps pourrait aussi leur plaire :)

Article précédent Article suivant

3 Commentaires

  • Répondre Tequi

    Ah ben tu vois je le connaissais en fait ton article ! lol

    7 février 2014 at 10 h 58 min
  • Répondre Tequi

    Je suis une inconditionnelle de la série et avant de regarder la dernière saison, je m’étais faite les 3 précédentes à la suite… J’ai terminé le dernier épisode en pleurs et il m’a fallu 1 bonne heure pour m’en remettre. Clairement une de mes séries fétiches dont je reverrai régulièrement l’intégralité ! <3

    6 janvier 2014 at 11 h 30 min
    • Répondre Alexandre

      Haha la même, c’est très dur en effet de résister à l’envie de voir la suite, jusqu’au final … amèrement génial :)

      6 janvier 2014 at 20 h 40 min