Final Fantasy 7 Remake

Catégorie : Jeux Vidéo
ff7 remake final fantasy square enix cloud sephiroth shinra aerith tifa barret soldat

Ces dernières années ont été riches en chimères dans le milieu du JV, chimères qui ont pris vie alors que rien ne les y prédestinaient. The Last Guardian ou encore Shenmue 3, des titres que beaucoup ne croyaient jamais voir un jour et pourtant, les développeurs ont répondu à l’énorme attente. Le fallait-il vraiment ? Je ne saurais répondre, n’ayant été attiré par aucun des deux. Par contre, il en est un autre qui a fait grand bruit dès les premières secondes de son annonce : le remake de Final Fantasy 7. Un mythe gravé dans le cœur de beaucoup auquel Square Enix a donné vie depuis plusieurs semaines.

Certains d’entre vous le savent, le 7ème épisode de la saga n’est pas mon favori (le X trustant bien trop haut le podium <3), mais cela ne m’empêche pas d’en avoir un excellent souvenir. Et je dis bien souvenir, car si je l’ai fini une fois il y a trèèèèès longtemps, je me suis rendu compte en jouant à ce remake que je ne me rappelais que de peu de choses, hormis les intrigues des premières heures autour de Midgar. Bon, finalement ça tombe bien, c’est exactement cette période que Square Enix a choisi de traiter dans ce 1er épisode. Aie oui j’ai oublié de le rappeler aux plus étourdis : il s’agit ici du 1er épisode du remake global du jeu, qui sera découpé en un nombre de jeux encore indéterminés à l’heure où j’écris ces lignes, l’équipe de développement n’étant pas d’accord sur le sujet. Mais assez parlé de détails chiants comme la mort, voici mon retour !

ff7 remake final fantasy plateau shinra destruction bidonville

Alors je vais être clair dès le départ : je vais parfois spoiler dans cet article, et dans les commentaires au besoin. Le but est d’échanger au maximum autour de ce jeu et je m’accorde cet écart car je le trouve pertinent ici. Mais revenons à nos préliminaires : Midgar, la cité futuriste de la compagnie Shinra est en effet le théâtre duquel nous serons les pions ici. Oui, dans le jeu de base cela ne représente pas un nombre incroyable d’heures de jeu et pourtant, j’ai personnellement fini le remake qui s’achève à la sortie de la ville en 33h. Le premier point que je vais donc développer ici est si cela est justifié ou non.

Et la réponse n’est pas évidente, même si ça penche légèrement vers le non me concernant. Je pense que tout le monde s’accordera sur le fait que développer le « lore » autour des membres d’Avalanche intéressants. Pour moi Jessie était un homme et je me souvenais à peine de Biggs et Wedge. Après avoir joué, je sais maintenant que Jessie est la femme de ma vie, Biggs le gars cool au bandeau et Wedge, le gros. Oui parce que s’intéresser à l’histoire et la personnalité de nos ptits gars c’est intéressant, mais voir une ligne de dialogue sur 2 concernant Wedge sur son poids, j’ai trouvé ça suffisamment lourd pour l’évoquer ici.

Du reste, les 18 chapitres que proposent le titre m’ont fait passer par tous les états : tout d’abord la claque du départ de voir cet incroyable transformation de l’univers 2D que l’on connait puis les libertés qui sont déjà prises dans le scenar pour introduire certaines idées et notions, dès le début. Sephiroth je parle bien sûr en grande partie de toi, et j’ai trouvé ça excellent, tout simplement. Beaucoup de choses sont complexes dans FF7 et la narration et les moyens de l’époque étaient ce qu’ils étaient et je suis certain que beaucoup ont été parfois perdus, moi le 1er. Les motivations de la Shinra avec la Terre Promise, les Anciens ou encore la nature de la Mako et ce qu’elle engendre pour et au détriment des habitants de Midgar, franchement les ajouts sont assez géniaux. Un point particulier pour les cinématiques dans la Tour Shinra à la fin qui résument avec une incroyable justesse l’histoire de Midgar et de la Shinra, un bijou.

Mais voilà, qu’il s’agisse des ajouts scénaristiques ou des moments riches et forts qu’offrent le scénario historique, j’ai souvent été stoppé dans ma hype par des longueurs d’un pénible, mais d’une lourdeur je vous jure. Quand on passe 1 chapitre à faire des quêtes annexes pour en apprendre davantage sur Avalanche pas de soucis, mais punaise sérieusement le passage avec Aerith avant Wall Market, chez elle dans son bidonville ou encore … attendez attendez, je détecte un pattern là, tout ce qui touche à Aerith serait chiant ? Oh, merde, je l’ai dit (non je déconne ne vous inquiétez pas, je l’aime bien dans le chapitre 18 !). Bref vous avez compris l’idée, proposer du contenu c’est bien, mais il faut qu’il soit qualitatif. Ma femme m’a souvent dit en regardant « ça ne s’appellerait pas Final Fantasy tout le monde cracherait sur ce passage », et … c’est surement vrai.

final fantasy 7 remake aerith cloud couloir

Bon, pfiou, il fallait que ça sorte désolé. Mais dans cette nouvelle section ne nous inquiétez pas il n’y aura que du positif, toutes ces choses qui m’ont décalqué le zboub à chaque instant, et je commencerai par l’évidence : les graphismes. La première claque c’est évidemment lors de l’introduction mythique : l’arrivée à la gare et le premier combat face aux gardes. Pwah, ça choque. Niveau graphismes on est sur du FFXV et le gap est super violent vu le matériel de base, mais bon sang que c’est plaisant !

Et cela ne se limite pas aux personnages bien sûr, des décors qui n’étaient parfois que des planches ou simplement inexistants prennent ici vie avec une majesté assez impressionnante. Parcourir les rues et bidonvilles de Midgar est plus que plaisant, là aussi on est presque sur de l’approfondissement du lore tellement cela apporte. Constater aussi … réellement les conséquences de la destruction de réacteurs Mako ou encore de la chute du plateau sont vraiment des expériences percutantes. J’ai a-do-ré, tout comme les randoms PNJs présents pour peupler l’univers, dotés de dialogues immersifs qui participent à cela.

Mais bien sûr, l’expérience visuelle n’était pas celle que j’attendais le plus : retrouver les thèmes musicaux que je connais par cœur  était également une chose très importante me concernant. Et là encore la claque fut monumentale. L’OST de base est déjà exceptionnelle et ils ont réussi à la magnifier davantage. La réorchestration de certains thèmes cultes (celui des combats, de la Shinra et de Sephiroth) a vraiment joué dans mon appréciation du jeu et j’ai été bercé à chaque instant, une vraie réussite.

Quant aux combats, c’est simple : j’adore. Dans chaque épisode depuis un moment, les combats se cherchent un peu dans les Final Fantasy, oscillant entre une volonté explicite de temps réel et malgré tous ne pas oublier certains éléments tactiques que permettait le tour par tour. FF7 Remake réussit selon moi le tour de force d’allier parfaitement les deux, tout simplement. Puisant ses inspirations de la nervosité du 15ème épisode, de la simplicité apparente de Lightning Return mais également du presque tour-par-tour offert par le freeze dès que l’on veut faire une autre action qu’une attaque de base, FF7R offre une synthèse super jouissive. Et attention, attaquer bêtement en matraquant la touche vous conduira inéluctablement à votre perte : il faut observer le rythme des attaques adverses, leur nature, leur pattern pour ainsi dire afin de les défaire au mieux. Un régal !

ff7 remake systeme combat ralenti tour par tour ffxv barret

Enfin, je vais ici parler de l’ajout majeur au jeu : les « putains de serpillères volantes », pour citer le philosophe de ce siècle, Barret. Tout au long du jeu elles interviennent de temps à autres, parfois passivement pour le plaisir de laisser vagabonder notre esprit en théories, parfois pour interrompre une action en s’intégrant directement au scénario de ce remake. Finalement, leur identité sera révélée par Aerith dans l’un des derniers chapitres du jeu : il s’agit de fileurs, des gardiens du temps et de l’Histoire telle qu’elle doit se dérouler; et ils n’hésitent pas à intervenir lorsque c’est nécessaire. Mais voilà ça reste encore assez flou et l’ensemble de leurs actions posent de sérieuses questions sur leur motivation : nous empêcher d’arrêter Rude (faisant chuter le plateau), sauver Barret de la mort ou encore nous combattre pour nous empêcher de quitter Midgar.

J’ai appris en finissant le jeu que différentes théories existaient. Avant de brièvement vous en parler, je vais vous dire ce que moi j’en pensais durant ma partie : il s’agirait de la matérialisation de la Mako, de cette Rivière de la vie que l’on connait et qui recueillent les âmes des Anciens et de ceux qui meurent sur la planète. Ils veilleraient au bon déroulement de son destin, que l’on nous dit écrit (pourquoi pas tel qu’il est dans FF7 d’ailleurs, ce serait ça l’Histoire) et à la protection de la planète, comme le dit Aerith sur la fin. Quand on les combat sur la fin, on comprend qu’ils voient réellement l’avenir puisque chacun reçoit des visions et on comprend qu’Aerith et certainement Sephiroth le connaissent eux aussi très bien en tant qu’Anciens, mais veulent chacun le combattre, pour les raisons que l’on connait.

Ma version valant ce qu’elle vaut, d’autres avec qui j’ai pu discuter pensent qu’il s’agit en fait de l’âme des personnes ayant eu des cellules de JENOVA, la Calamité des Cieux, en eux. Cela expliquerait leur côté neutre qui soutient tantôt Sephiroth dans ses plans et à d’autres moments nos héros. Et on le sait avec les dialogues d’Hojo, les sujets d’expérience n’ont pas manqué entre les SOLDATS et tout être vivant un peu particulier de la planète. Mais la théorie qui m’a retourné le cerveau est celle selon laquelle les serpillères seraient en fait … nous, les joueurs ayant déjà fait FF7. Et tout ce qui déroge à la trame de base serait combattu comme ça a pu être le cas dans le jeu. Le Gardien du temps à la fin de l’autoroute serait la représentation d’un joueur et les 3 mini-boss de couleurs que nous combattons (l’un à l’épée, l’autre avec magie offensive et le dernier qui soigne) serait la représentation du trio Cloud/Tifa/Aerith. C’est fou !

Fou et d’ailleurs cette théorie comme les autres posent de réelles questions pour l’avenir : jusqu’où va-t-on lutter pour changer l’Histoire ? L’idée est-elle vraiment de la changer d’ailleurs ? Je ne pense pas personnellement que ça aille si loin, ou même que cela berce dans les univers parallèles d’ailleurs comme j’ai pu le lire suite à l’apparition de Zach à la fin. Imaginez si par exemple Aerith devait combattre sa vision : elle survivrait ?! Ca deviendrait un jeu totalement différent, on sort du remake pour presque proposer un autre titre à ce niveau. Mais je trouve ça génial de laisser autant de portes ouvertes sur un jeu que l’on croit connaitre. Ca permet des théories alors qu’on est censé déjà tout connaitre et je trouve ça merveilleux. Je pense pour ma part simplement qu’il est normal de ne pas tout savoir ni tout comprendre dans cette seule première partie du remake et qu’il faudra patienter pour avoir d’autres éléments de réponse.

ff7 remake cloud jenova sephiroth

Si je devais donc conclure cet article d’une longueur proportionnelle à la lourdeur ressentie LORS DE CETTE PUTAIN DE FUITE DANS LES LABOS D’HOJO, je dirais que j’ai vraiment apprécié l’expérience. Le parasitage de trop de petites choses m’empêchent de le qualifier de chef d’œuvre, mais je sais que cela est intrinsèquement lié au fait qu’il s’agisse du 1er épisode. Le jeu final devrait, lui, être fantastique si tous les points forts ici sont maintenus.

Alors on va oublier la caméra qui est très souvent une plaie en combat lorsqu’il faut réaliser des locks rapides de nos cibles ainsi que ces foutus niveaux-couloirs que l’on a tant reproché au XIII, le mal-aimé, alors qu’il disposait d’excellentes qualités lui-aussi au niveau du scénario. Oublions aussi ces longueurs inutiles et souvent peu pertinentes, même en matière de gameplay. Sérieusement je suis le seul à avoir rager dans ce sous-terrain de merde avec Aerith et ses bras mécaniques alors que j’avais qu’une hâte, sauver Tifa ? Rhaaa, l’horreur.

Enfin, si l’on exclut donc tout ça, l’avenir promet d’être bon, excellent même car les bases sont là et elles sont très bonnes. J’ai hâte de voir quelle théorie va se vérifier, quels autres changements vont apparaitre dans les prochains épisodes mais aussi le connu. Le passage où Sephiroth débloque à Nibelheim, Aerith bien sûr mais aussi l’entrée en scène de Youffie avec ce Wutai extrêmement présent ici. Les intrigues promettent davantage de complexité et d’ampleur selon moi avec ce qui est teasé dans ce premier remake. Mais nous verrons bien car le temps va désormais nous paraitre long et la suite ne viendra pas avant au grand mieux 2 ans, et au pire … demandez aux fans de Kingdom Hearts pour voir. Alors en attendant je vous invite à me raconter votre propre expérience et comment vous avez vécu et interpréter les différents événements ! Plus que jamais attention aux spoilers, et merci d’avoir lu jusqu’ici 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Article précédent Article suivant

1 commentaire

  • Répondre Momo

    Oui.

    C’est tout.

    Les putain de bras mécaniques, on en a pas parlé mais putain oui quelle putain de putain de plaie.
    Une fois le jeu fini j’ai voulu refaire tout le chapitre Wall market pour voir les différentes robes d’aerith ( même si j’avais déjà choppé la plus jolie ). J’enclenche le chapitre.
    Le regret instant. Les putains de bras mécaniques de merde putain. J’ai give up.

    1 mai 2020 at 19 h 39 min
  • Répondre à Momo Annuler la réponse.