Duel de l’été : Stranger Things VS Sense8

Catégorie : Séries
sense8 stranger things

J’ai accumulé pendant l’été un sacré retard en terme d’articles Séries à réaliser sur le blog. J’ai profité de cette période pour me mettre à jour sur certaines d’entre elles avec Madame mais l’envie d’en découvrir de nouvelles s’est aussi fait sentir.

Du coup c’est dans un genre que je n’affectionne pourtant pas d’habitude, la science-fiction, que Netflix a offert dernièrement deux productions en exclusivité sur sa plateforme : Stranger Things et Sense8. Le traitement est pourtant différent pour chacun et j’ai voulu faire un article un peu particulier où je les confronte afin de faire ressortir celui qui a ma préférence. C’est parti !

stranger things

Commençons donc arbitrairement par Stranger Things. Le cadre de la série se situe dans les années 80 à Hawkins, dans l’Indiana, et le pitch est celui de disparitions mystérieuses que vont essayer de résoudre un groupe d’amis. L’un d’entre eux, Will Byers, sera d’ailleurs l’élément déclencheur alors que ses camarades tomberont sur une jeune fille étrange et apparemment dotée de certaines « facultés » …

Conspirations et expérimentations gouvernementales, clins d’oeil aux classiques de la science-fiction, la production de Netflix semble cristalliser tout ce que les amateurs du genre apprécie. Sauf qu’avec un style soigné jusqu’au visuel, mon non-amour particulier pour la SF ressort et certains passages seront trop « retro » pour moi, comme l’impression de regarder un vieux film. Et cela ne va pas spécialement en s’arrangeant avec les épisodes par ailleurs.

Ceci étant et afin de tenter de faire oublier ce sentiment purement subjectif, je dois avouer que j’ai aimé le casting de la série. Je ne suis pas un fan de tout ce qui met en avant un/plusieurs jeune/s  mais ceux choisis, surtout en VO, régalent franchement. Winona Ryder, sans conteste la meilleure actrice de la série, campe une mère épeurée s’accrochant à l’espoir de revoir son fils. L’interprétation est bouleversante et oblige à l’empathie, surtout quand avec le shérif de la ville, interprété par David Harbour, l’enquête progresse d’un cran et que l’on découvre petit à petit le « pourquoi » de ses disparitions.

Enfin, l’évolution de la mystérieuse inconnue du nom de « 11 » dans le groupe est également intéressante à suivre. D’objet de curiosité, elle deviendra progressivement un membre à part entière du groupe en aidant ses nouveaux amis à retrouver Will, à sa façon. Et si la conclusion de cette aventure est très agréable dans le sens où elle achève toutes les intrigues, elle ne perd pas pour autant de vue une saison 2 qui vient tout juste d’être officialisée, avec des pistes intéressantes pour le futur. Une pure série retro qui pense aussi à l’avenir, donc 😉

sense8

L’opposant du jour est donc Sense8, qui dans un genre très différent va dispenser une science-fiction d’anticipation moderne, à une époque qui pourrait être la nôtre. De prime abord cela m’intéresse plus car même si je sais que ces choses n’arriveront jamais (qui sait ?), j’aime le côté plausible des faits et le soin apporté à la crédibilité du propos. Ca me rappelle l’excellente série Fringe qui était d’un très haut niveau dans le domaine.

Mais trêve d’égarement, le concept ici est celui d’un groupe de personnes, un « cercle » d’êtres humains qui vont petit à petit découvrir qu’ils sont liés les uns aux autres et ce, malgré  le fait de vivre aux 4 coins du globe. Et ce lien se matérialisera de plusieurs façons : empathie, connaissances des langues parlées par les autres, et même plus encore. Les possibilités sont énormes, et on découvre en même temps que les personnages eux-mêmes ce dont ils sont capables, et c’est énorme.

Généralement, il s’agira de survie car ces capacités ne passeront pas inaperçus; directement ou indirectement cela provoquera des changements dans leur vie et cela suscitera un certain intérêt dans les hautes sphères. Mais cela, je ne le développerai bien sûr pas pour me concentrer uniquement sur l’incroyable variété de caractères et d’histoires mises en place : c’est énorme, et le tout reste cohérent malgré le nombre d’informations à traiter. Le défi d’avoir 8 héros bien distincts est relevé et même si certains tombent parfois dans le cliché, cela permet une évasion incroyable au cœur des différentes capitales du monde.

L’esthétique est en effet un point essentiel que me fait totalement accrocher à cette série et la découverte des cultures et traditions du globe sont très enrichissantes et la symbiose opère. La réflexion sur le « potentiellement possible » m’intéresse également beaucoup et si je devais donc opposé ces 2 productions, Sense8 aurait clairement ma préférence. Ajoutez à cela mon aversion quand un ou plusieurs héros « jeunes » sont mis en avant, et vous aurez la fin de mon argumentaire. Mais vous avez là une preuve de la diversité du genre qu’est la science-fiction et c’est bien là l’essentiel, avoir le choix, non ? 😉

Article précédent Article suivant

11 Commentaires

  • Répondre creakiff

    en retard mais moi c’est stranger things j’adore , par contre sens 8 je note j’ai toujours pas vue !

    26 mars 2017 at 19 h 23 min
  • Répondre Solene

    Je ne connaissais pas Sense8. Est-ce un jeu similaire à Stranger Things ? Celui-ci j’y suis habituée par contre. C’est un de mes préférés !

    9 novembre 2016 at 6 h 35 min
  • Répondre Sweet Judas

    Même si les deux ont été un gros coup de coeur (Sun & Wolfie)(#Team11), je trouve que les deux séries mettent du temps à démarrer. Je commence à me persuader que c’est la marque de fabrique Netflix : Jessica Jones et Daredevil m’avaient déjà donné la même épisode. Je remarque un tournant aux alentours de l’épisode 4 (c’est là où j’ai continué la première pour abandonner la deuxième, dont la lenteur me donnait des envies de suicide).

    10 octobre 2016 at 22 h 13 min
  • Répondre tinalakiller

    Je n’ai vu aucune des deux séries. Je suis tentée par Stranger Things car j’aime bien sur le papier cet univers rétro. Par contre, je sens que Sense 8 c’est pas pour moi (et j’aime pas spécifiquement les Wachowski).

    9 septembre 2016 at 16 h 33 min
    • Répondre Alexandre

      Ah c’est très spécial Sense8, au moins du côté de Stranger Things tu ne seras pas déboussolée c’est certain, et tu pourrais même carrément apprécier de ce que tu me dis, « retro » étant le maître-mot :)

      12 septembre 2016 at 14 h 03 min
  • Répondre Franck

    J’ai regardé les deux, j’ai aimé les deux, mais pas à la même échelle. Stranger Things est pour moi un 10/10, j’ai avalé les épisodes en quelques jours, pas de problèmes.
    Sense 8 me laisse un bon souvenir global, mais j’ai trouvé ça très long à démarrer (en même temps 8 héros à présenter c’est forcément long). Comme tu dis, esthétiquement c’est parfait et même si dans l’ensemble effectivement c’est très cohérent, on s’y perd aussi très facilement.

    Personnellement j’accorde la victoire à Stranger Things même si le grand héros de ce combat, c’est Netflix qui sait vraiment régaler dans le genre séries originales !

    9 septembre 2016 at 12 h 04 min
    • Répondre Alexandre

      J’aurais dû conclure comme tu le fais, c’est clair que Netflix est le grand gagnant, et nous par son intermédiaire ! Beaucoup de très bonnes séries originales dernièrement dans leur catalogue :)

      12 septembre 2016 at 13 h 51 min
  • Répondre Grim

    C’est difficile de comparer les deux séries (que j’ai adoré toutes les deux, mais pas pour les mêmes raisons), je n’ai même jamais penser à Sense8 sous le spectre de la SF. Ironiquement, je pourrais dire qu’une est une série « feel good », l’autre une série « feel old » 😀

    Parce que quand tu dis que tu as eu l’impression de voir un vieux film en regardant Stranger Things, c’est totalement voulu et je pense que le succès de la série vient en partie de cette sensation de replonger dans les films de notre enfance.

    8 septembre 2016 at 21 h 13 min
    • Répondre Alexandre

       » je pourrais dire qu’une est une série « feel good », l’autre une série « feel old »  »

      Tu as résumé bien mieux que je ne le ferais la façon dont on peut décrire les séries 😀

      Et oui je le vois bien sur les réseaux sociaux, même si personnellement c’est ce qui me rebute, l’attrait pour Stranger Things est assez incroyable ! Un véritable raz-de-marée mérité malgré tout, dans un monde submergé par de la SF post-apocalyptique qui perd son essence à mesure que les productions sortent …

      9 septembre 2016 at 11 h 16 min
  • Répondre Elodie

    Petite erreur dans l’article, c’est Eleven « 11 » la gamine, pas « 13 » ^^ Perso mon coeur va vers Stranger Things sans aucun doute. J’ai adoré, je l’ai fini en deux jours tellement je ne pouvais m’en décroché. L’ambiance style année 80 (les scènes où ils sont en vélo ça m’a fait penser à la scène dans ET xD), les acteurs, l’histoire, tout m’a plu ! Et comme tu le dis j’ai apprécié le fait qu’on a les réponses qu’on attendait pour cette saison, l’intrigue est « finie » mais on nous laisse quand même avec un petit truc à attendre pour la saison2.

    J’ai regardé Sense 8 peu après qu’elle soit sorti, on en a fait tout un foin, c’était LA série à voir et j’ai été tellement déçue ! Je l’ai trouvé juste bof, il m’a fallu pas mal d’épisode pour rentrer dedans, les persos sont chouettes oui mais il y a beaucoup trop de lenteur.

    Je regarderais les saisons 2 de ces deux séries quand meme mais GROS GROS coup de coeur pour Stranger Things.

    Je vais attaquer The night of ensuite, qui est sorti à peut près en même temps que Stranger Things, j’en entend beaucoup de bien aussi.

    8 septembre 2016 at 19 h 55 min
    • Répondre Alexandre

      C’est vrai que Sense8 met du temps à démarrer, là où Stranger Things entre de suite dans le vif du sujet. Les références à ET sont nombreuses, mais oui clairement les scènes à vélo c’est difficile d’occulter 😀

      Je ne connaissais pas « The nigh of » par contre, je vais me renseigner !

      9 septembre 2016 at 11 h 05 min