Assassin’s Creed Valhalla

Catégorie : Jeux Vidéo
ac valhalla assassins creed bug ubisoft viking eivor

Aujourd’hui, inauguration d’un genre nouveau d’article. L’article pas fini, l’article en kit. Ptêt que je le patcherai plus tard, ptêt pas, on verra. C’est Assassin’s Creed Valhalla qui servira ainsi de cobaye, je l’espère pour votre plus grand plaisir. Personnellement, j’en attendais pas mal de choses et les premiers retours de la presse étaient prometteurs (les enculés), tout pour me mettre en confiance et sauter sur le jeu.

Mais voilà, parfois la vie vous chie à la bouche comme l’orée du matin, et jouer à ce nouvel AC a été l’un de ces merveilleux moments. Oui je vous spoile déjà le contenu de ma critique mais, hey, Ubisoft se fout pas mal de ses joueurs, alors je peux bien faire tourner les bons tuyaux. Bref, finies les palabres et place au macabre. En route pour la Norvège !

dragons

Les premiers instants de jeu auraient dû me le faire comprendre, mon périple n’allait pas être de tout repos pour le gros fan de la saga que je suis. En effet, j’y joue depuis le tout premier épisode et j’accorde une importance toute particulière à la méta histoire, qui fit jadis la grandeur des opus. Desmond, je parle de toi bien sûr, tu manques frère.

Ah d’ailleurs j’ai oublié de vous le dire en intro, mais l’épisode précédent, Odyssey, je l’ai considéré comme l’un des meilleurs AC existants. Je précise pour bien indiquer que je ne vais pas ici cracher aveuglément sur le jeu comme le font beaucoup car il s’agit

  • d’un copier-coller des 2 épisodes précédents Origins et Odyssey
  • d’un random open world made in Ubisoft avec ces putains de quêtes de merdes et collectibles pour remplir l’univers
  • du lipsynch et des expressions faciales les plus claquées au sol jamais vues sur Terre

Bon, merde, je l’ai fait quand même. Tant pis !

Et pour reprendre un peu plus sérieusement cette intro, le départ a réellement été catastrophique avec des bugs de texture et/ou empêchant la finition de certaines quêtes, brisant quelque peu l’immersion. Pourtant tout était là pour me plaire : mythologie nordique, vikings, un héros barbu bien charismatique. Malheureusement, j’ai trop souvent eu l’impression dans ma courte aventure qu’ils ont voulu faire un pot-pourri autour des 2 premiers points, avec d’évidentes inspirations des séries The Last Kingdom et Vikings, en moins bien.

vikings

Vraiment ça n’est pas de la mauvaise foi, chaque phrase des différents protagonistes contient ‘drakkar’, ‘par Odin’, ‘viking’ ou encore ‘hache’ et j’en passe. Au début c’est sympa, mais à force c’est lourd. Lourd comme les personnages qui semblent incarner ce qu’est en train de redevenir la saga : un truc patos qui a du mal à se mouvoir et à évoluer dans un monde pourtant en grand changements.

Trêve de métaphores douteuses, il y a malgré tout de bonnes nouvelles idées comme le sphérier de talents pour faire évoluer le personnage et heu … vous savez le … bon là ça me revient pas de suite mais je vous jure qu’il y a des trucs sympas et originaux !

  • La méta histoire
  • Les visages des PNJ peuplant le monde
  • Le feu ne vous crâme plus pour un rien
  • Les déplacements et mouvements du personnage désormais fluide et agréable
  • Ah, si ! Pouvoir viser à l’arc sur des parties ciblées du corps (bugué et sous arthrose) des ennemis. Ça c’est stylé, bande de haters.

Fort du constat de ces améliorations, je me suis motivé (très) petit à petit à jouer, dépassant même les 10h de jeu après avoir rencontré certains PNJs importants en Angleterre, rapide destination de choix pour le héros, Eivor. Le plaisir était presque présent à la découverte de la prise de fort avec charge de bélier, réveillant le guerrier vaillant en moi quand alors le drame survint. Le bug bloquant.

Et je ne parle pas du bug qui vous fait garder une flèche sur le visage durant une cinématique ou celui qui fait qu’un boss se suicide (littéralement) devant vous, mais de celui qui, après une honorable mort au combat, vous ramène en jeu … pour vous y faire mourir à l’infini. Quelque soit la sauvegarde que je tente de relancer, tout me ramène à cette mort assez pathétique, tel le Ragnarok que l’on essaie d’empêcher mais que l’on sait inéluctable.

the last kingdom

Alors pour moi c’était clairement le bug de trop, la chose que je ne peux pas pardonner. J’ai essayé de prendre du plaisir et j’en ai même un peu pris en étant honnête, mais les tas de points noirs me sautent au visage désormais (dégueulasse, oui je sais), alors que je suis dans l’incapacité totale de jouer. D’ailleurs, je ne compte pas attendre un éventuel patch pour hypothétiquement reprendre mon aventure car je trouve la situation déjà bien assez aberrante comme ça. C’est fini, c’est trop.

Mais allez, je vais achever avec une conclusion sérieuse malgré tout. Assassin’s Creed Valhalla ne vit tout simplement pas avec son temps. Graphismes et animations des personnages, durant les cinématiques ou en combat, tout est vieillot. Et s’il y a quelques années, personnellement, ça ne me dérangeait pas spécialement, je sais qu’ici ça a énormément freiné mon début d’aventure, les bugs n’arrangeant rien.

C’est donc une énorme déception de joueur, mais aussi de fan. Car nous ne sommes pas seulement en présence d’un open-world générique assez moyen, mais oserais-je dire également d’un mauvais AC. La formule ne prend plus et même la méta-histoire qui me passionnait autrefois voit une régression assez affolante avec un pompage à peine masqué des éruptions solaires de l’époque Desmond causant de plus en plus de dégâts sur Terre. Bref, j’ai déjà passé bien plus de temps que le jeu ne mérite de faire parler de lui, je vous laisse avec cette vidéo-parodie du Youtuber Ganesh résumant parfaitement mon ressenti (pardonnez sa voix assez horrible, le texte vaut le coup).

9 décembre 2020
Article précédent

Laisser un commentaire